Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


mercredi 7 octobre 2020

L'ivresse des libellules (Laure Manel)




Nationalité de l’auteur: Française 
Editions Le Livre de Poche (3 Juin 2020) 
numéro 35743
384 pages
ISBN-10: 22532934607
ISBN-13: 978-2253934608 
Genre: Contemporain
Lu le: 10 Septembre 2020
Ma note: 16/20



Résumé/4ème de couverture:

Quatre couples d'amis décident de s'octroyer des vacances sans enfants dans une luxueuse bastide. Mais l'ambiance qui promettait d’être insouciante et idyllique ne tarde pas à se charger d'électricité. La faute aux caractères (et petites névroses) de chacun et chacune, aux modes de vie différents, à l'usure et à la routine qui guettent les amoureux quand s'invite le quotidien, et à des parents qui ont oublié ce qu'était leur existence lorsqu'ils ne l'étaient pas encore...

Quand débarque une jeune et jolie célibataire, le groupe est plus que jamais au bord de l'implosion.

Mon avis:

            Amour et amitié sont au coeur de ce roman feel-good mais la force et la beauté de cette histoire, relativement simple dans les faits, résonne dans les personnages. En effet, la bande d’amis sont à l’aube de leur quarantaine: les remises en question, les moments difficiles, les épreuves de couple et le temps qui passe avec l’arrivée de cette fameuse « crise de la quarantaine » font en sorte que cette histoire aborde avec justesse et bienveillance ces aléas de la vie, donc beaucoup de personnes pourront s’y retrouver

Points de vue/Critiques:

            Pour cette nouvelle histoire, on part sur les bases de l’amitié puisque l’on retrouve 4 couples d’amis, chacun étant soit récemment en couple, soit mariés depuis de nombreuses années ou encore (beaux)-parents ou non d’enfants et/ou d’adolescents, pour 15 jours de vacances, loin des enfants, du travail et des tracas du quotidien. On ne va pas retrouver énormément d’actions et de péripéties même si le groupe d’amis profite de leurs vacances pour se balader ou faire un peu de sport. On va surtout suivre tout ce petit monde à travers leur relations personnelles. Et si c’est l’amitié qui est le point de départ et fil rouge de toute l’histoire, cela va peu à peu progresser vers les relations amoureuses et plus particulièrement sur les relations de couple. Car une seule petite étincelle en la venue de Valentine dans le groupe va faire voler en éclats tous les acquis de chacun et remettre ainsi en question ainsi beaucoup de choses!

            Dans tout ce petit groupe, on va retrouver une certaine hétérogénéité des relations amoureuses. On va donc retrouver l’éternelle célibataire qui trouve enfin chaussure à son pied jusqu’à ce que tout le monde se rende compte du pot-aux-roses; le couple qui forme une famille recomposée; le couple marié et amoureux comme au premier jour et le couple au bord de la crise qui est englué dans leur morne et routidien quotidien. Grâce à chacun d’entre eux, on va pouvoir ainsi mettre en lumière différents thèmes qui sont extrêmement matures, qui changent des romans feel-good assez classiques, qui donnent un poids certain à ce roman et qui montrent toute l’intelligence de l’autrice qui a su mettre sur le devant de la scène des choses basiques du quotidien qui arrivent chaque jour à bon nombre de personnes. Ces aléas de la vie (la « crise de la quarantaine », les remises en question, les moments difficiles, les épreuves de couple et le temps qui passe) sont donc abordés avec justesse et bienveillance.

            On retrouve également une certaine hétérogénéité dans les caractères de chacun des membres du groupe d’amis. En effet, l’autrice montre qu’il n’est pas nécessaire d’être plus ou moins pareils pour être amis. Les différences sont aussi là pour souder tout un groupe. A l’image de X qui s’avère volcanique et toujours tranchante dans le vif ce qui pourrait dérouter plus d’un mais dont on découvre finalement qu’elle est amicale et sympathique. On déplora tout de même dans cette histoire, le sexisme exacerbé et cliché qui m’a franchement agacé: les hommes se prélassent et ne font rien du tout dans les tâches domestiques et l’assument pendant que les femmes s’occupent de tout et tardent à hausser (finalement inutilement) le ton…!!

En bref:

            Sous ses apparences de roman feel-good, « L’ivresse des libellules » va traiter des relations humaines, qu’elles soient amicales ou amoureuses. Laure Manel réussit une fois de plus à aborder avec justesse et bienveillance les aléas de la vie, dont beaucoup de personnes pourront s’y retrouver grâce à des personnages touchants auxquels on peut aisément s’identifier. Le fait de retrouver des quarantenaires permet d’apporter beaucoup de poids à cette histoire qui va donc parler, sous fond d’amour et d’amitié, de remises en question, de moments difficiles, d’épreuves de couple et de temps qui passe avec l’arrivée de cette fameuse « crise de la quarantaine ». Un roman humainement profond et touchant, qui peut sembler léger et pourtant, il y a derrière chaque personnage et chaque situation, matière à réfléchir et s’interroger sur la vie, le couple, l’amitié, la famille. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire