jeudi 28 novembre 2019

La quête d'Ewilan: Ellana, tome 4: l'envol




Scénario: Lylian d’après l’oeuvre originale de Pierre Bottero
Illustrations: Montse Martin
Nationalité des auteurs: Française et Espagnole
Editions Glénat (10 Avril 2019)
Collection Grafica
72 pages
ISBN-10: 2344032479
ISBN-13: 978-2344032473
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 12 Novembre 2019
Ma note: 16/20


L’histoire:

Après avoir passé l'épreuve du Rentaï, Ellana et Nillem reprennent leur formation auprès des Marchombres. Bien qu'elle éprouve des doutes sur ses capacités, en dépit de ses succès, son maître la pousse vers une facette de la Voie où l'attendent d'autres épreuves. Une mission de surveillance d’un groupe menaçant lui est alors confiée, au cours de laquelle sa relation avec Nillem est mise à mal.

Mon avis:

            Je continue de découvrir l’oeuvre de Pierre Bottero à travers le adaptations en bade-dessinées, qui sont non seulement de superbes oeuvres mais qui sont en plus, apparemment, très bien retranscrites. Même si ce quatrième tome est la suite directe du troisième, j’ai retrouvé beaucoup moins d’actions et d’enjeux dans celui-ci. Si l’on part du principe que l’on se focalise plutôt sur la relation entre Ellana et Nillem qui semble partir dans deux directions différentes entre Ellana qui a obtenu la greffe et Nillem qui s’est vu la refuser et qui émet plutôt de la jalousie teintée d’une furieuse ambition, on se retrouve finalement un peu déçu puisque j’ai trouvé que cet aspect relationnel n’était pas assez approfondi. 
Quoiqu’il en soit Ellana continue d’être passionnante et ne cesse d’impressionner. On a hâte de poursuivre son voyage à ses côtés d’autant plus que la chartre graphique tellement exceptionnelle et belle se prête totalement pour un dépaysement et une évasion totale qui vous en met plein les yeux.

Autour du livre:

Livre emprunté à la bibliothèque

L'univers des Schtroumpfs, tome 7: Les Schtroumpfs en vacances






Scénario et Illustrations: Peyo
Nationalité de l’auteur: Belge
Editions Le Lombard (1 Juillet 2016)
48 pages
ISBN-10: 2803636913
ISBN-13: 978-2803636914
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 12 Novembre 2019
Ma note: 15/20



L’histoire:

On les attend durant toute l'année, les voici enfin : les grandes vacances ! Quand il s'agit de s'amuser, les Schtroumpfs ne sont pas en reste et les voilà embarqués pour un séjour rempli de jeux de piste et d'activités toutes plus fun les unes que les autres. Mais Gargamel ne prend jamais de vacances ! Il faudra aux Schtroumpfs autant de malice que d’habitude pour déjouer ses plans, souvent pas très habiles, il faut bien l'avouer.

Mon avis:

            Dans cette petite série des Schtroumpfs, trois ou quatre petites histoires sont regroupées dans un album autour d’un thème donné par le titre. Dans ce tome 7, on s’intéresse à un phénomène qui, sur le devant, nous éloigne de la vie quotidienne et caractéristique de sSchtroumpfs pour se rapprocher davantage de l’univers des Hommes avec le phénomène des vacances. D’ailleurs, c’est dans la première des histoires que les petits lutins bleus vont découvrir la définition et le concept des vacances, dont ils prennent vite goût. Avec leurs différentes vacances, quelles soient au bord de la mer ou au bord de la piscine (municipale ou privative), les Schtoumpfs se rapprochent nettement de la vie des humains, et cet aspect est non seulement assez déstabilisant lorsque l’on est adepte et fan des Schtroumpfs, mais en plus, cela fait perdre le charme typique des lutins bleus. Mais lorsque l’on reste un grand enfant, on aime, on se régale et on se divertit toujours autant avec les Schtroumpfs. 

Aspic, détectives de l'étrange, tome 6: Rapsodie fantomatique




Scénario: Thierry Gloris
Illustrations: Emmanuel Despujol
Nationalité des auteurs: Française
Editions Soleil (27 septembre 2017)
Collection Quadrants
48 pages
ISBN-10: 230206402X
ISBN-13: 978-2302064027
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 5 Novembre 2019
Ma note: 16/20



L’histoire:

L'Opéra Garnier n'abrite pas que les egos surdimensionnées des divas ou les passions dévorantes de riches mécènes. Ses coulisses renferment également les sanglants desseins d'un ténébreux criminel.
Qui se cache sous le masque de Méphistophélès ? Serait-ce la costumière ? Le directeur ? Ou ce journaliste à l'imagination débordante, nommé Gaston Leroux, un original que Flora et Hugo croisent bien trop souvent durant leur enquête ?

Toutes les tentatives pour débusquer le fantôme ont échoué. Qui donc invoquer aujourd'hui pour les aider : le spectre de la mère de Flora, récemment disparue ? Ou bien la science avant-gardiste (et légèrement instable) du professeur Le Tendre ?

Mon avis:

            Ce n’est qu’après avoir refermé ce sixième tome, de cette saga que j’apprécie beaucoup, que je me suis rendue compte que non seulement la série fonctionnait de dyptique en dyptique, sans que je m’en sois aperçue jusque là, et qu’en plus, ce tome 6 était la seconde moitié du troisième dyptique, la première moitié ayant été lu il y un petit moment. Malgré tout cela, j’ai pris encore beaucoup de plaisir à suivre les enquêtes et les péripéties du duo Hugo et Flora, sans avoir des problèmes de compréhension. Pour notre plus grand bonheur, on continue de suivre des méfaits perpétrés à l’Opéra Garnier, dans un Paris du XXème siècle, des méfaits ayant leurs petites étincelles de paranormal. C’est cette influence ésotérique présente dans un postulat assez classique qui fait vraiment tout le charme et l’intérêt de cette série. Avec un humour bien présent et caractéristique de la série, avec des joutes piquantes, le sérieux et le drame ne sont pas mis au ban pour autant avec la violence des crimes et le passé familial de la miss en bottes de cuir, particulièrement le flou entourant le décès de sa maman.

Autour du livre:

Livre emprunté à la bibliothèque

Zombillénium, tome 4: la fille de l'air





Scénario et Illustrations: Arthur de Pins
Nationalité de l’auteur: Française
Editions Dupuis (23 Novembre 2018)
48 pages
ISBN-10: 280016106X
ISBN-13: 978-2800161068
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 3 Novembre 2019
Ma note: 16/20




L’histoire:

Le parc Zombillénium ne s'est jamais aussi bien porté : sa cote de popularité atteint des sommets suite aux réformes démoniaques opérées par Behemoth, qui décide alors de jouer sa propriété au cours d'une compétition bien spéciale... Un sabbat de sorcières ! Gretchen, Aurélien et Von Bloodt ont quant à eux monté un réseau d'évasion clandestin afin d'offrir aux damnés la chance d'une reconversion, loin des neuf cercles de l'Enfer. Des opérations périlleuses, sous le manteau, qui ne font pas du tout les affaires des dirigeants. Déterminés à y mettre un grand coup de balai, ils s'offrent les services d'une redoutable enchanteresse qui donnera du fil à retordre à sa rivale attitrée : Gretchen. Sous terre comme dans les airs, le combat promet d’être épique !

Mon avis:

            Autant comme avec certaines séries, il n’est pas difficile de se replonger dans un tome après avoir lu les précédents depuis un petit moment, sans que cela soit gênant pour comprendre le tout et seulement l’histoire du tome en question, autant pour la série « Zombillénium » ce n’est pas le cas. Il m’est difficile de me rappeler le tout et la découverte d’un nouveau tome ne me permet pas de rattraper le coup (il faut dire qu’il aura fallu attendre 5 ans pour voir arriver ce quatrième tome). Le récit de ce tome 4 est parfaitement compréhensible et vraiment plaisant, mais remettre l’histoire dans le contexte depuis le début de la série est impossible pour moi tant j’ai perdu le fil. Si le scénario n’est peut-être pas aussi prenant que pour les autres, c’est peut-être que nous sommes dans une sorte de transition vers un nouveau cycle, la découverte de nouveaux personnages étant sûrement un bon indice. 
Le style graphique étant toujours celui du début, on prend toujours autant de plaisir à zoner dans cet univers génial d’une société démoniaque, mais doucement méchante et pas effrayante. 

Autour du livre:

Livre emprunté à la bibliothèque