Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


dimanche 4 août 2019

Le prince et la couturière




Titre original : The Prince and the Dressmaker
Scénario et Illustrations: Jen Wang
Nationalité de auteur: Américaine
Traduction: Achille(s)
Editions Akileos (2 Mai 2018)
277 pages
ISBN-10: 2355743061
ISBN-13: 978-2355743061
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 26 Juillet 2019
Ma note: 16/20



Résumé 4ème de couverture:

Le prince Sébastien cherche sa future femme, ou plutôt, ses parents lui cherchent une épouse… De son côté, Sébastien est trop occupé à garder son identité secrète à l’abri des regards indiscrets. La nuit, il revêt les tenues les plus folles et part conquérir Paris sous les atours de l’époustouflante Lady Crystallia, l’icône de mode la plus courue de toute la capitale !
Sébastien a une arme secrète : sa couturière, Francès, une des deux seules personnes à connaître son secret, et sa meilleure amie. Mais Francès rêve de s’accomplir par elle-même, et rester au service du prince lui promet une vie dans l’ombre… pour toujours. Combien de temps Francès supportera-t-elle de vivre dans le boudoir de Sébastien en mettant ses rêves de côté ?

Mon avis:

            Je découvre enfin cette bande-dessinée qui a fait l’unanimité partout où elle est passée ! Je ne serais pas aussi dithyrambique mais j’ai passé un bon moment avec une histoire qui offre un scénario original par rapport à son époque. En effet, nous faisons la connaissance d’un côté de Sébastien, un jeune prince qui est loin de rentrer dans le moule que sa place et sa conditio exigent, puisqu’il aime se déguiser en femme afin de mener une toute autre existence la nuit, que sa vie protocolaire et rigide lui impose le jour. De l’autre côté, Francès est une jeune ouvrière pleine de talent qui se rêve en créatrice de mode, mais que la société va brider puisqu’elle n’est pas née avec le bon rang associé à ses exigences professionnelles. Francès et Sébastien vont se trouver, s’apporter l’un l’autre et vont devenir mutuellement le tuteur et le support de l’autre. Cette relation évolue rapidement vers quelque chose de fort. Mais que se soit au sujet de leur relation ou aux orientations sexuelle de Sébastien, que l’on pourrait définir comme un « genderfluid », il n’est jamais question de mettre une étiquette fixe et déterminée. La relation entre Sébastien et Francés est-elle purement amicale ? Fraternelle ? Amoureuse ? Sébastien est-il gay ? Bi ? Cela va-t-il fusiller sa relation avec Francès ? Ces questions ne trouveront pas de réponses et c’est tant mieux puisque l’on se concentre uniquement sur les personnes, sur ce qu’elles sont et sur ce qu’elles ont envie, sans aucun sous-entendu.

Sans gâcher le tout, la fin de l’histoire arrive rapidement, elle est un peu trop facile et peu crédible. Le dessin est simple, les traits sont bien définis et les couleurs vives. Ce n’est pas le genre d’illustrations dont je raffole du fait de leur simplicité mais elles non plus ne gâchent en rien cette jolie histoire traitant de la quête d’identité, le non-conformisme et l’aboutissement de soi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire