Mes derniers avis romans:



jeudi 20 juin 2019

Ghost in love (Marc Lévy)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Robert Laffont (14 Mai 2019)
360 pages
ISBN-10: 2221157877
ISBN-13: 978-2221157879
Genre: Contemporain
Lu le: 1er Juin 2019
Ma note: 16/20




Résumé/4ème de couverture:

Ils ont trois jours à San Francisco.

Trois jours pour écrire leur histoire.

Que feriez-vous si un fantôme débarquait dans votre vie et vous demandait de l’aider à réaliser son vœu le plus cher ?

Seriez-vous prêt à partir avec lui en avion à l’autre bout du monde ? Au risque de passer pour un fou ?

Et si ce fantôme était celui de votre père ?

Thomas, pianiste virtuose, est entraîné dans une aventure fabuleuse : une promesse, un voyage pour rattraper le temps perdu, et une rencontre inattendue.

Mon avis:

Le vingtième est là ! Merci beaucoup aux éditions Robert Laffont de m’avoir contacté et envoyé ce petit bijou tant attendu !
Pour son nouvel opus, Marc Lévy a mis à l’honneur cette fois-ci la filiation paternelle donnant une belle histoire, vraiment touchante et très drôle. C’est véritablement un bel hommage que l’auteur fait à son père, et il nous réjouit d’autant plus, car non seulement c’est du bonheur et de la douceur à l’état pure, mais en plus, on renoue avec ses écrits du début.

Points de vue/Critiques:

            Je trouve que Marc Lévy change considérablement de sujet et de thème dans ces derniers livres puisque l’on a eu l’amour, l’amitié, la famille et qu’à chaque fois le ton était différent (on passe du ton romantique de « Elle & lui » à celui plus scientifique avec « l’horizon à l’envers » ou encore un ton plus historique avec « la dernière des Stanfield »). Pour ce vingtième opus, nous partons sur les relations homme/père, avec un ton porté à la fois sur l’humour et sur le fantastique. Avec une histoire de fantôme, ma rationalité et moi étions quelque peu fébriles, mais qu’à cela ne tienne, on se laisse porter par l’histoire sans que l’on cherche le pourquoi du comment, la question n’est pas à l’ordre du jour.

            La relation père/fils entre Thomas et Raymond est très bien retranscrite. Certains diront comme toujours que le style est trop familier, pas assez poussé et approfondi, mais pour moi, la simplicité de leurs échanges reflète justement une authenticité que l’on ne retrouverait pas forcément si tous ces dialogues étaient plus travaillés.  De plus, ces échanges brefs et peu loquaces entre les deux hommes prouvent que leur relation n’est pas simple (ils s’aiment mais la communication n’a jamais été leur fort !) et leur maladresse l’un vis-à-vis de l’autre est touchante et elle apporte beaucoup de pudeur et donc de tendresse. Et pour compenser toute cette douceur presque cotonneuse, le peps et le carburant nécessaire est apporte par l’humour omniprésent. J’ai été assez étonné de retrouver cet aspect chez Marc Lévy, mais cela fonctionne à merveille !

            Pour les fans de l’auteur, celui-ci nous fait la joie de pouvoir recroiser certains personnages de ses précédents romans comme Arthur et Lauren, du diptyque « Et si c’était vrai/ Vous revoir », Paul et Mia de « Elle & Lui » ou encore l’éternel inspecteur Pilguez. Autant de petites surprises qui font très plaisir et pour lesquelles on se prête au jeu du « cherche et trouve ».

En bref:


            Quelque soit le ton donné à l’histoire, cette fois-ci avec une touche de fantastique qui nous ramène à ses premiers écrits, on peut dire que Marc Lévy a un don pour créer une histoire qui nous entraine avec bonheur, douceur et délectation, et cela, quelque soit le thème. Avec « Ghost in love », ce sont les relations père/fils qui sont mis à l’honneur, relations qui ne sont pas toujours évidentes et simples. On retrouve beaucoup de tendresse à travers les deux personnages, contrebalancé par un humour omniprésent et piquant à souhait !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire