Mes derniers avis romans:



dimanche 3 février 2019

Ekhö, monde miroir, tome 8: la sirène de Manhattan





Scénario: Christophe Arleston
Illustrations: Alessandro Barbucci
Nationalité des auteurs: Française et Italienne
Editions Soleil Productions (29 Août 2018)
48 pages
ISBN-10: 2302069854
ISBN-13: 978-2302069855
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 27 Janvier 2019
Ma note: 16/20



L’histoire:

            Retour à la Grosse Pomme pour cette aventure qui voit la belle Fourmille habitée par l'esprit d'un sommelier assassiné. Une enquête qui se déroule dans les milieux du vin. Des très chics restaurants de Manhattan aux fantasmatiques égouts, repaires, comme chacun sait, de crocodiles terribles et de créatures d'outre-monde, Yuri et Fourmille affrontent un ennemi inattendu et redoutable...

Mon avis:

            Déjà le huitième tome de la série, je n’ai pas vu défiler les histoires tant chaque album est un vrai ravissement. Même si nous avons eu un certain virage dans la série au moment où nous apprenons la vérité sur les fameux Preshauns qui nous a fournit une pointe d’enquête et de mystère à l’intérieur de la base de la série, depuis cela, on retourne dans des histoires somme toute assez classiques, mais qui sont toujours divertissante. Pour cette nouvelle histoire, après de nombreux voyages aux quatre coins du monde, Fourmille et Yuri sont de retour à New York et à Manhattan pour être plus précis. Même si nous ne voyageons pas vraiment, ils nous entraînent tout de même dans des endroits hors du commun, puisque c’est aussi sous la surface de Manhattan que se déroulent l’histoire. 

Néanmoins, pour cette huitième histoire et enquête, on peut la considérer un poil en deçà des autres tomes puisqu’en ayant les bases classiques et rien d’autres, l’histoire manque d’originalité et de pétillant. Le Grand Méchant n’est pas très surprenant, ses motivations sont bateaux, et l’on retrouve pas notre fameux et drôlissime Sigibert.

En bref:


            Pour ce huitième tome de la série « Ekhö », les auteurs ont choisi un retour aux sources, que se soit la façon de placer leur histoire qui ne nous entraîne pas très loin en voyage, mais aussi en terme d’histoire puisque le scénario est finalement assez classique dans sa construction, même si elle reste tout de même très divertissante. Ce tome manque peut-être d’un peu d’originalité et de peps, avec un manque d’humour et également de références avec notre propre monde, mais façon miroir. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire