Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


lundi 2 juillet 2018

Le syndrôme E (Franck Thilliez)




Nationalité de l’auteur: Française
Editions Pocket (13 Octobre 2011)
numéro 14556
512 pages
ISBN-10: 2266211722
ISBN-13: 978-2266211727
Genre: Thriller
Lu le: 22 Juin 2018
Ma note: 16/20





Résumé/4ème de couverture:

Un film mystérieux et malsain qui rend aveugle... Voilà de quoi gâcher les vacances de Lucie Henebelle, lieutenant de police à Lille.
Cinq cadavres retrouvés atrocement mutilés... Il n'en fallait pas plus à la Criminelle pour rappeler le commissaire Franck Sharko, en congé forcé.
Deux pistes pour une seule et même affaire qui va réunir Henebelle et Sharko.
Des bidonvilles du Caire aux orphelinats du Canada, les deux nouveaux coéquipiers vont mettre le doigt sur un mal inconnu, d'une réalité effrayante et qui révèle que nous pourrions tous commettre le pire.
Ceux qui ne connaissent pas le syndrome [E], ne savent pas de quoi ils sont capables..

Mon avis…:

…Général:

            Ce n’est qu’assez récemment que l’on me disait qu’il fallait que je lise, et donc que je découvre par la même occasion, Franck Thilliez, du fait que ses thrillers regorgeaient de références pointues au monde scientifique (étant moi-même cartésienne et scientifique). C’est donc ma petite Elsa qui m’a offert en premier lieu, et dans le désordre « Gataca » puis « Le syndrôme E » (puisque l’on m’avait dit qu’il fallait mieux suivre la logique et les personnages de la série).  Et ça a était aussi l’occasion de faire une nouvelle lecture commune avec Ingrid du blog Les instants de lecture.
 Le bilan de ma lecture était très riche. La première question et ressenti que j’ai eu c’est pourquoi … je n’avais pas lu ce livre ou cet auteur là avant ! Car oui, j’ai adoré ma lecture, par sa promesse scientifique ultra bien documentée, cadrée et crédible. Et tellement crédible que cela m’a conféré un sentiment d’ahurissement que j’expliquerais plus tard et que la rencontre avec l’auteur, à Saint-Maur en poche, 2 jours après avoir terminé le livre, allait m’éclairer !
… Sur les personnages:

« Le syndrome E » s’avère être le premier tome de la série Sharko et Lucie Hennebelle, puisque c’est à partir de ce livre que Sharko rencontre la jeune femme. Pour ma part, je ne connaissais ni l’un ni l’autre, tous deux sont donc des découvertes (en plus de l’auteur, mais que de découvertes ce livre !). Et j’ai beaucoup aimé ces deux personnages. En effet, ils sont totalement décalés, à l’opposé de ce qu’on l’on retrouve d’ordinaire, notamment dans le monde de la police. 
Sharko est un ancien de la police criminelle et qui a connus de nombreuses souffrances, qu’elles soient venues du côté professionnelle ou privée. C’est ce dernier point, un drame familial, qui fait ce qu‘il est devenu aujourd’hui : un homme en mal d’amour, qui vit psychologiquement dans le passé, au point d’en être devenu schizophrène,  et qui ne peut que vivre ou survivre à travers son ancien métier adapté à son cas actuel, c’est-à-dire être analyste comportemental venant en aide sur certaines affaires criminelles. Alors quand il rencontre la jeune Lucie Hennebelle, il voit autant de failles et de détermination que lui dans cette lieutenant de police. J’ai beaucoup aimé retrouver une jeune femme de 30 ans qui est mère de famille de jumelles et qui doit gérer seule leur éducation en même temps que sa carrière. Cela change que la jeune femme, aux allures de garçon manqué, frivole, volage et en quête perpétuelle mais non assumé d’une vie plus classique. Mais pour Lucie, beaucoup de zones d’ombres restent en suspens : il me semble notamment que l’on explique pas pourquoi une de ses filles est à l’hôpital et ce qu’elle y a véritablement subi. 
Quoiqu’il en soit, Sharko et Lucie sont tout les deux cabossés, ils n’ont pas été épargnés par la vie (c’est d’ailleurs la base de la dédicace que Franck Thilliez m’a faite), ce qui les rend attachants, humains et qui fait que l’on a pas vraiment envie de les lâcher.
Points de vue/Critiques:

            De par le sujet traité dans cette histoire, le côté scientifique est donc très important. On y parle de cerveau, de films, d’œil, de manipulation, d’expériences etc, et même si tout cela peut paraître compliqué et vous rappelez de mauvais souvenirs de cours de bio, il n’en est rien, puisque Franck Thilliez utilise des mots et des tournures très simples, donnant des explications claires et permettant à n’importe qui de comprendre.
Et dans cette histoire « scientifique », on va également retrouver d’autres thématiques comme celle du voyage (dans les contrées froides du Canada ou encore sous la chaleur en Egypte où on s’y croirait vraiment), du cinéma ou encore celle de l’histoire puisque certains faits prennent part à l’intrigue.
C’est donc sur cette base multiple que Franck Thilliez a construit son histoire et tout y est extrêmement bien documenté.
Et cela est tellement bien documenté, que ça s’approche de la réalité et c’est ce qui a fait naître cette sensation étrange. En effet, je suis chercheuse en Neurosciences et quelques jours avant de commencer cette lecture, je lisais un article scientifique venant d’être publié et qui reprenait les grandes lignes expérimentales de l’histoire de Franck Thilliez (la manipulation ou activation du cerveau s’effectue de manière différente et le comportement résultant est similaire – ceci étant fait chez la souris). Quoiqu’il en soit, cette ressemblance m’a fortement interpellé et en en parlant avec l’auteur, lui était au courant encore d’un autre article liés aux souvenirs et à l’agressivité. 
Trêve de digressions, l’enquête est rondement bien menée et les descriptions fines et précises de l’auteur, et donc parfois glauques, trash et morbides, confèrent véritablement toute l’ambiance nécessaire pour un bon et vrai thriller. Hystérie collective, impact et manipulation visuelle et théorie du complot forme donc un embroglio dans cette intrigue. Et puis la fin… ! C’est vraiment le cliffhanger de la dernière phrase de la dernière page du livre ! Je vous conseille d’avoir la suite à portée de main !
En bref:


            A travers « Le syndrôme E » je découvre l’auteur et son univers, et cette découverte de Franck Thilliez me fait seulement regretter de ne pas l’avoir découvert plus tôt ! En effet, le côté scientifique de l’intrigue est pointu, net, précis, il fourmille de détails, frôlant la réalité, ce qui prouve tout le formidable travail de recherche de l’auteur. Et lorsqu’on ajoute à cela différents autres thèmes pour épicer le tout, des descriptions faisant froid dans le dos mais nécessaire à l’installation de l’ambiance de thriller et des personnages pleins de fêlures et attachants, vous obtenez alors la recette d’un très bon thriller qui se termine avec un véritable cliffhanger comme cerise sur le gâteau !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire