Mes derniers avis romans:



lundi 5 février 2018

Temudjin, tome 1




Scénario: Antoine Ozanam
Illustrations: Antoine Carrion
Nationalité des auteurs: Française
Editions Daniel Maghen (17 Mai 2017)
104 pages
ISBN-10: 2356740252
ISBN-13: 978-2356740250
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 27 Janvier 2018
Ma note: 14/20



L’histoire:

            La nuit où naquit Temujin, le vieux chaman Özbeg était en retard. Quand il arriva sur les lieux les membres de la tribu étaient très agités. Il était trop tard pour sauver la mère et de sombres évènements entouraient la conception de cet enfant. mais tout ça, le chaman le savait déjà. Il avait été contacté par les esprits pour venir en aide à ce petit être, afin qu'il puisse vivre et ainsi donner libre court à sa fabuleuse destinée ! Entre Histoire et Fiction : Le scénariste Antoine Ozanam offre là une variation personnelle sur la jeunesse de Gengis Khan ; une fiction, un « revival » de la vie de ce grand chef Mongol. L'idée est que la vie n'est qu'un cycle et que des personnalités fortes, des destinées exceptionnelles peuvent se répéter, mais de façon un peu différente. Ainsi, il s'agit bien de Temujin, qui deviendra Genghis Khan dans un autre temps, dans une autre vie. Adopté par le chaman Özbeg, Temujin bénéficie d'un enseignement proche des esprits. Il s'avère même avoir un talent particulier qui lui permet de récupérer les âmes des défunts. Cette jeunesse chamanique et son lien particulier avec l'Ayami (l'esprit de la Terre Mère) pousseront Temujin à devenir le guide du peuple Mongol : Le grand Gengis Khan. Cependant, le fil des évènements de cette histoire laisse à penser que le destin de ce leader charismatique aurait pu être tout autre dans cette autre vie.

Mon avis:

            J’ai emprunté cette bande-dessinée uniquement pour sa couverture qui m’avait déjà tapé à l’oeil précédemment: un immense loup majestueux placé derrière un moine tibétain sur lequel toute la lumière est dirigée. 
J’attendais donc de la magie, du fantastique et de la fantasy. Finalement, l’histoire repose sur une quête initiatique qui se penche sur la question de la prédestination et de la place du libre arbitre, certes  imprégnée de fabuleux, mais qui n’apporte pas suffisamment de magie et de mystique pour rendre quelque de beau et magistral. De plus, le fait d’être sur un petit côté philosophique, fait plus en sorte que l’on s’ennuie durant la lecture. Et pourtant, un certain rythme est instauré grâce à la succession des évènements qui alternent la réalité tangible et l’univers reposant mais totalement insaisissable de l’esprit de la Terre-Mère. Entremêlés dans l’intrigue, les deux espaces se superposent également dans le texte, mais même avec tout cela, je suis restée imperméable à cette histoire, peut-être trop ésotérique. 

En bref:

            Même si l’histoire est très bien construite et rythmée en mêlant différentes représentations, elle manque cruellement de magie et de fantastique, que l’on penserait plus présente et majestueuse au vue de la couverture. Tout baigne dans un univers onirique trop flottant pour qu’il m’atteigne pleinement.

Autour du livre:
  • Livre emprunté à la bibliothèque



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire