Mes derniers avis romans:



dimanche 25 février 2018

Blacksad, tome 2: artic-nation




Scénario: Juan Diaz Canales
Illustrations: Juanjo Guarnido
Nationalité des auteurs: Espagnole
Editions Dargaud (1er Mars 2003)
56 pages
ISBN-10: 2205051997
ISBN-13: 978-2205051995
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 17 Février 2018
Ma note: 17/20




L’histoire:

Oldsmill, le maître de la ville, est un tigre blanc.
Karup, le chef de la police, un ours blanc.
Huk, l’âme damnée de Karup, un renard blanc.

Avec les autres animaux à pelage immaculé, ils forment la société WASP (W pour White, AS pour Anglo-Saxon, P pour Protestant).
Tous les autres habitants, de la pie noire au renard brun-roux en passant par le chat tacheté et la biche châtain, ne sont que racaille. Et si la police n’est pas capable de maintenir l’ordre des blancs, les gros bras d’Arctic-Nation, le parti raciste, cagoulés et vêtus de robes blanches, s’en chargent sans états d’âme. Ils ont les cordes et les croix enflammées qu’il faut.

Dans cette ambiance pas câline, câline, Blacksad, le chat détective privé, enquête sur la disparition d’une enfant de couleur. La mère de Kyle, Dinah, travaillait comme femme de ménage chez le même Karup et, selon quelques bonnes âmes, serait au mieux avec le fils Oldsmill.

Un vrai nœud de vipères dans lequel Blacksad plonge les pattes et joue au justicier prompt à griffer si nécessaire… Son seul appui est Weekly, le reporter d’un magazine à scandale, un fouille-merde qui sera utile à John. Et ça vaut mieux. Coups bas et coups tordus vont pleuvoir comme à Gravelotte...

Mon avis:

            Après un premier tome, dans lequel nous faisons connaissances avec le personnage de Blacksad et de l’ambiance générale pour nous donner une enquête au scénario assez simple et classique tout en étant efficace, dans ce deuxième tome, l’enquête est beaucoup plus poussée, alambiquée et a su me surprendre. En effet, dés les premières pages, le lecteur est pris dans le feu de l’action et il n’y aura pas de répit tant le scénario est intelligemment pensé. Sans compter que la base de l’enquête repose sur une ségrégation raciste, cela n’est pas sans nous rappeler quelque chose. Néanmoins, l’histoire est loin de ne tourner qu'autour du racisme, puisqu’elle va nous offrir un récit tragique d'une famille détruite.
Ainsi, toujours sous cet aspect animalier qui est très distrayant, les auteurs ont voulu pointer du doigt notre propre société et son lot d’intolérance, de haine et de violence gratuite. 

En bref:

            Un très bon tome qui vient compléter un début de série qui était prometteur avec le premier tome, mais qui ici trouve plus de poids dans son scénario que ce soit dans l’enquête en elle-même avec plus d’actions ou dans ce qu’elle dénonce. De plus, le fait de retrouver un tome version one-shot dans lequel l’enquête est close à la fin est toujours agréable. 

Autour du livre:
  • Tome 1: Quelque part entre les ombres (<— chronique à retrouver ici)
  • Livre emprunté à la bibliothèque



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire