Mes derniers avis romans:

vendredi 7 juillet 2017

La guerre des Lulus, tome 4: 1917, la déchirure




Scénario: Régis Hautière
Illustrations: Hardoc
Nationalité des auteurs: Française
Editions Casterman (14 Septembre 2016)
56 pages
ISBN-10: 2203102837
ISBN-13: 978-2203102835
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 29 Juin 2017
Ma note: 16/20



Résumé/4ème de couverture:

1917
La guerre s'éternise. Le blocus naval mis en place par l'Angleterre, pour empêcher le ravitaillement des puissances centrales, provoque une pénurie alimentaire dans toutes les zones contrôlées par l'armée allemande. Dans cette Europe meurtrie, le périple des Lulus se poursuit. Malgré leur optimisme naturel, ils commencent à désespérer de revoir un jour l'abbé et les copains de l'orphelinat. Et, s'ils restent soudés dans l'adversité, des lézardes apparaissent dans leur belle amitié.
Leur route, semée d'embuches, leur réserves toutefois de belles surprises et c'est d'un pas décidé qu'ils partent à la rencontre d'un pays qui leur est inconnu et de ses drôles d'habitants...

Mon avis:

            Quel plaisir et quel bonheur de retrouver les Lulus!! Après avoir lu les trois premiers tomes il me tardait que voir les autres tomes sortir et arriver dans ma bibliothèque! On avait donc laissé les Lulus, ces 4 garçons orphelins et Luce, fuir la guerre, se cacher et en route pour essayer de passer au-delà du front. Voulant aller en Suisse, ils s’étaient au final retrouver en Allemagne et les voilà dans ce quatrième tome en Belgique. Leur périple échappatoire est donc semé d’embûches, de bonnes et mauvaises rencontres, des surprises, du danger et de la débrouille les obligeant à rapidement grandir. 

Dans ce quatrième tome, tout cela ne déroge pas à la règle. On met ici un peu plus l’accent sur la vie des civils restés à l’arrière des fronts, privés de leurs biens et sans cesse contrôlés par les soldats allemands. La faim et les pénuries sont de plus en plus présentes pour tous, alors quand on est tout un groupe d’enfants qui se sait pas vraiment où aller ni comment, les repères tombent les uns après les autres et l’on doit grandir plus vite que prévu. Ainsi, alors que l’on avait commencé cette série avec la naïveté de l’enfance, on retrouve cette enfance de moins en moins présente avec l’augmentation des préoccupations préparant les Lulus au passage de l’âge adulte. On retrouve d’ailleurs cet aspect dans le fait que Luce gagne en féminité et trouble de plus en plus ses compagnons de route qui ne la regardent plus uniquement avec des yeux de  l’amitié.

Le fait que Luce arrive à sa destination et retrouve ainsi sa grand-mère, offrant par la même occasion un moment de répit pour les Lulus, donne du baume au coeur. J’espère que l’on aura prochainement, tout de même, de ses nouvelles, mais voir qu’elle retrouve sa famille nous fait pousser un ouf de soulagement.

En bref:

            Les Lulus continuent leur périple pour fuir la guerre et arrive finalement en Belgique sur les terres natales de Luce ce qui nous réconforte après tout ce qu’ils ont pu traverser. Et même si toutes ces épreuves ne sont pas terminées pour autant, on voit de plus en plus que cette guerre les oblige à grandir et à sortir de l’enfance plus vite que prévu.

Autour du livre:


  • tome 1: 1914, la maison des enfants perdus (chronique ici)
  • tome 2 : 1915, Hans (chronique ici)
  • tome 3 : 1916, le tas de briques (chronique ici)
  • livre emprunté à la bibliothèque

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire