Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


mercredi 7 juillet 2021

Le crocus jaune (Laila Ibrahim)




Titre original:
 
Yellow Crocus

Traduction: Marie-José Thériault

Nationalité de l’auteur: Américaine

Editions Pocket (15 Avril 2021)

numéro 18163

300 pages

ISBN-10: 2266315439

ISBN-13: 978-2266315432

Genre: Historique

Lu le: 11 Juin 2021

Ma note: 16/20

 

Résumé/4ème de couverture:

À sa naissance, Lisbeth est confiée à Mattie, une esclave, qui se voit contrainte de se séparer de son propre bébé pour devenir la nourrice de l'enfant.

Au fur et à mesure que le temps passe, découvrant le monde qui les entoure, Lisbeth comprend de moins en moins l'attitude froide et distante de sa mère biologique, et celle, hautaine, de son père, sûr de ses privilèges. En grandissant, elle va développer avec Mattie une relation très intense qui va influencer toute leur vie. Mais le désir de liberté et de dignité qui les fait vivre et les unit ne sera pas sans conséquences....

Mon avis:

            "Le crocus jaune" est le genre de livre que j'ai vu quelque fois passé et qui a de plus en plus titillé ma curiosité au point de la satisfaire et de craquer lors de sa sortie poche. La thématique de cette histoire est très intéressant puisque l'on aborde l'esclavagisme dans les fermes coloniales des Etats-Unis au 19ème siècle, mais pour parler d'une histoire d'amour et d'amitié forte. Une jolie histoire touchante dans laquelle les liens sont plus forts que la couleur de peau. 

Points de vue/Critiques:

                Le récit nous place dans un contexte historique fort et marquant: celui de l'esclavagisme aux Etats-Unis au 19ème siècle. L'histoire se déroule donc dans une ferme coloniale où les patrons blancs achète, troque et exploite leurs "biens" noirs. On va ainsi découvrir les mœurs de l'époque, les codes de la vie de propriétaires de fermes et d'esclaves, les conditions de vie des noirs et la cruauté et le trafic de certains régisseurs. Néanmoins, ce portrait d'une époque et d'une société n'est que la toile de fond de l'histoire et n'est pas le sujet principal.

                           En effet, à travers le personnage de Mattie, on va assister à une touchante histoire d'amitié et d'amour filial qui va au-delà des mœurs et des codes de l'époque. On découvre ainsi une jeune femme noire travaillant dans les champs et qui vient d'avoir un petit garçon, obligée de tout abandonner et de tout laisser derrière elle afin de venir vivre dans la maison de ses maîtres pour y être la nourrice de leur enfant, Lisbeth. La voir être obligée de laisser son fils sans savoir quand elle pourra le revoir afin de s'occuper intégralement d'une enfant qui n'est pas la sienne est déchirant. Son aversion du début pour la petite Lisbeth est d'ailleurs somme toute légitime et compréhensible, malgré la bonté et la gentillesse de Mattie. Mais face à l'indifférence (voire dégoût) de la mère de Lisbeth et face à l'esprit vif, doux et frondeur de la petite fille, un lien très fort va se créer entre Mattie et Lisbeth. On assite au fil des pages à la création de ce lien très émouvant et qui sera d'autant plus (trop) fort que Lisbeth considère Mattie comme une vraie figure maternelle, une relation qui dérangera... Et la réciprocité a lieu puisque Mattie élèvera Lisbeth en lui racontant des anecdotes sur sa vie passée, sur son histoire et sa famille, confrontant ainsi la petite fille durant toute son enfance aux différences de leurs milieux. Lisbeth sera ainsi régulièrement amenée à réfléchir et à se questionner sur les obligations liée à son époque et à son statut social face à ses convictions personnelles qu'elles a pu développé sous l'éducation de Mattie. Lisbeth représente donc un filet d'espoir pour Mattie et pour l'avenir de la condition des esclaves noirs. 

                            Lisbeth et Mattie forment un duo très attachant et au fil des pages, leur relation devient de plus en plus belle et solide. Les espoirs, les attentes et l'intelligence de chacune vont faire en sorte qu'elles s'apportent mutuellement afin de faire naître quelque chose de significatif pour l'avenir. Et si en grandissant on se doute que Lisbeth aura de moins en moins besoin de sa nourrice, même parvenue à l'âge adulte, ce lien fort et unique qu'elles ont tissé reste tendu. On s'approche ainsi de plus en plus vers quelque chose de touchant et d'émouvant. 

En bref:

                    Si l'esclavagisme dans les fermes coloniales aux Etats-Unis à la fin du 19ème siècle est le sujet en toile de fond, ce récit est avant tout l'histoire d'un lien très fort d'amitié et d'amour filial qui va au-delà de la couleur de peau et des codes sociétaux de l'époque. Lisbeth et Mattie sont deux personnages féminins forts qui dénotent pour leur époque et la relation que la nourrice et la petite fille vont tisser au fil des pages va illuminer l'avenir et être porteuse d'espoir pour la conditions des noirs. Si elles ont créer ce lien indéfectible depuis la petites enfance de Lisbeth, leur destinée et les années vont les séparer à jamais de part leur classe sociale et leur couleur de peau. Une très belle histoire qui devient de plus en plus touchante et émouvante. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire