Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


lundi 31 mai 2021

Demain les chats (BD)



Scénario: Pog d’après l’oeuvre de Bernard Werber
Illustrations: Naïs Quin
Nationalité des auteurs: Française
Editions Albin Michel (28 Avril 2021)
Collection BD
114 pages
ISBN-10: 2226449302
ISBN-13: 978-2226449306
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 8 Mai 2021
Ma note: 16/20



Résumé/4ème de couverture:

Après la guerre et l’épidémie, qui des chats ou des rats gagnera le pouvoir et le savoir des humains ?


À Montmartre vivent deux chats extraordinaires. Bastet, la narratrice qui souhaite mieux communiquer et comprendre les humains. Pythagore, chat de laboratoire qui peut se brancher sur Internet grâce à une prise USB greffée au sommet de son crâne. Ces deux-là se rencontrent et se découvrent alors que le monde des humains s’embrase.


Les chats doivent se préparer à prendre la relève de la civilisation humaine… et éviter que l’effrayant Cambyse ne mène les rats à la conquête du monde.


Après le succès de Demain les chats de Bernard Werber, Bastet et Pythagore s’incarnent en bande dessinée pour gagner la guerre contre la barbarie.

Mon avis:

        Ce n'est pas faute d'avoir le roman dans ma pal depuis un petit moment déjà, mais je ne connaissais pas encore cette histoire. Cette nouvelle adaptation en bande-dessinée de la part des éditions Albin Michel, m'aura donc permis de découvrir cette fameuse histoire d'une autre manière et de façon plus rapide que le roman. Si je ne suis pas fan du style d'illustrations, le récit est en revanche très bon. De façon assez synthétique, on retrouve énormément de thèmes abordés qui permettent de retrouver pleinement le style et la signature de Bernard Werber.

Merci aux éditions Albin Michel pour cet envoi!

Points de vue/Critiques:

        Si je savais que l'histoire serait appréhender selon el point de vue des chats comme personnages centraux, j'ai été surprise de démarrer cette lecture en constatant que l'on était en présence d'un monde post-apocalyptique. En effet, l'espèce humaine n'en a pas finit de se déchirer, avec les chaos et les attentats ce qui fait qu'ils reste peu d'hommes, qu'il n'y a plus aucune règles et que face à la nature qui reprend ses droits, c'est du chacun pour soi. Découvrir ce monde dévasté en proie à la désolation est instantanément glaçant. Et peut-être d'autant plus quand on constate qu'il ne faudrait pas grand chose pour réellement basculé dans le déchirement de l'humanité... 

            Et puis face à l'humanité qui part à vau l'eau, il y a la communauté féline qui elle, s'en sort. Bastet, notre narratrice cherche à communiquer avec les autres espèces qui l'entoure. A ses côtés, Pythagore est un puit de sciences absolu grâce à son troisième œil qui lui permet d'accueillir le moindre savoir. Nos deux protagonistes ne sont donc pas de "simples" chats. Et à travers cela, l'auteur montre tout simplement que les félins sont certainement plus intelligents que la société humaine, car non seulement, la destruction et la désolation ne semble pas être un but en soi, mais en plus, face à l'adversité, ils peuvent évoluer et rapidement! Cette histoire permet donc d'illustrer le fait que l'humanité est finalement assez faible. On retrouve aussi d'autres thèmes chers à l'auteur comme l'aspect historique, scientifique et philosophique où le tout est porté par des animaux presque anthropomorphes. 

        Je ne sais pas précisément si l'histoire se termine réellement ici où s'il est sensé y avoir une suite. Quoiqu'il en soit, l'histoire ne se termine pas sur une fin ouverte. Et par ses nombreuses actions et péripéties, le récit est haletant et l'on se s'ennuie pas une seule seconde. Je n'ai pas particulièrement accrochée au style d'illustrations car les traits sont très anguleux. Cela apporte beaucoup de froideur mais si cela ne permet pas d'avoir le genre de chats tout mignons, au niveau des paysages et de l'ambiance de désolation, cela colle parfaitement. 

En bref:

            Dans cette adaptation en bande-dessinée, l'histoire nous plonge immédiatement dans son aspect science-fiction. En effet, on retrouve l'espèce humaine qui n'en finit plus avec les chaos et les attentats. Peste, famine, rats, terrorisme et désolation sont monnaie courante. Mais face au déchirement de l'humanité, c'est la société féline qui semble être bien plus intelligente et qui s'adapte très rapidement avec Bastet et Pythagore, des chats presque anthropomorphes qui développent des capacités hors du commun. Si l'on montre majoritairement la faiblesse de l'humanité, on retrouve les autres thèmes chers à Bernard Werber comme l'histoire, la science ou la philosophie. L'assemblage donne quelque chose d'atypique et de très intéressant, mais aussi de très dynamique. Les illustrations, avec ce style très tranché et anguleux ne m'ont pas trop convaincus mais collent parfaitement à l'ambiance post-apocalyptique de l'histoire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire