Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


mercredi 7 avril 2021

Une époque formidable (Kiley Reid)



Titre original:
 
Such a Fun Age  
Traduction: Elodie Leplat 
Nationalité de l’auteur: Américaine 
Editions Le Cherche-Midi (18 Mars 2021
400 pages
ISBN-10: 2749166543 
ISBN-13: 978-2749166544 
Genre: Contemporain
Lu le: 17 Mars 2021
Ma note: 15/20 



Résumé/4ème de couverture:

Philadelphie. Emira Tucker, jeune diplômée afro-américaine, s'occupe de Briar, la fille d'une influenceuse réputée. Un soir, dans un magasin avec l'enfant, Emira se fait prendre à partie par un vigile. Une jeune Noire et une petite fille blanche, ensemble, à une heure tardive : la situation est forcément louche. La scène, humiliante, est filmée par un passant. Pour tous ses proches, Emira devient alors la victime idéale. Celle que l'on doit prendre en charge, conseiller, aider et défendre. Mais très vite celle-ci est excédée par la bonne conscience facile que chacun se donne à cette occasion. Peu à peu, l'atmosphère devient irrespirable, puis explosive... et les illusions des uns et des autres volent en éclats. 

Mon avis:

        "Une époque formidable" est typiquement une histoire d'actualité puisqu'elle va parler de racisme et de délit de faciès. Mais j'ai beaucoup aimé le fait que l'on ne soit pas dans un récit dur, très moralisateur qui frapperait fort. On est plus dans quelque chose de factuel pour que toutes les réflexions soient sous-jacente et peut-être plus marquante. Si cette neutralité est appréciable dans les actes et le faits, le personnage principal de Emira est par contre assez fade et peu intéressante, faisant d'elle plutôt un symbole.

Points de vue/Critiques:

        La scène fatidique du délit de faciès énoncé dans le résumé de 4ème de couverture arrive très tôt dans le roman. C'est la scène déterminante pour toute la suite de l'histoire et je dois avouer que l'on ressent une grande tension constante durant ce moment. Je pensais réellement que les choses partiraient dans une connotation beaucoup plus dramatique. Une fois cet épisode passé, force est de constater que c'était le seul véritable moment d'action du roman. On est ainsi plus dans un roman qui va se concentrer sur ses personnages et même si l'action et les rebondissements ne sont pas fracassants et monnaie courante, cela ne m'a étonnement pas dérangé. La psychologie des personnages, avec leurs doutes, leurs interrogations et les suspicions qu'ils dégagent font en sorte que la lecture reste agréable et assez rapide.

        L'intrigue va donc se concentrer sur le relation entre Emira et sa patronne chez qui elle fait du baby-sitting, Alix. Leur relation est très difficile à cerner: parfois amicale et bienveillante, parfois suspicieuse mais véritablement perturbante et toxique. Et cet étrangeté est formidablement bien mis en scène par l'autrice qui arrive idéalement à imager le racisme ordinaire, retranscrit dans cette relation. Des mots ou des actes anodins pour certains peuvent s'avérer déplacées pour d'autres et on retrouve constamment cette opposition entre personnes blanches et personnages noires. Cela peut parfois s'avérer exagérer mais c'est sûrement ce que l'autrice a voulu montrer.  Emira et Alix ne sont pas du tout des personnages attachants. Emira est âgée de 26 ans et pourtant, je l'ai trouvé très puérile par certains aspects, faisant penser qu'elle avait 18 ans, comme dans sa façon de s'exprimer (en répondant toujours de façon monosyllabique par "ouais...") ou dans son manque de discussion. A contrario, par d'autres aspects elle parait plus réfléchit, comme dans sa façon de gérer le délit de faciès dont elle a été victime ou dans ses interrogations et son désir de trouver sa voie professionnelle. Pour ce qui concerne Alix, il est très difficile de la cerner, savoir qui elle est et ce qu'elle pense réellement. Si tantôt elle paraît une bonne personne, tantôt elle devient odieuse par une simple parole ou pensée. Je l'ai constamment trouvée louche et j'avais beaucoup de suspicions sur elle en pensant qu'elle franchirait gravement certaines limites. Il s'agit donc d'un personnage complexe très bien travaillé.

En bref:

        Avec "Une époque formidable", Kiley Reid a réussi à imaginer une histoire afin de dénoncer des problèmes de société actuels, tels que le racisme ordinaire et le délit de faciés, sans en faire quelque chose de fracassant dans les actes, l'horreur et dans une dénonciation et une morale exacerbée. En effet, tout s'effectue en douceur afin de révéler doucement mais sûrement des réflexions sous-jacentes. Et c'est en faisant de son roman une histoire plutôt concentrée sur ses personnages et leur psychologie plutôt que sur les actions que l'autrice réussit habilement et efficacement à nous entrainer dans ce récit. L'intrigue repose essentiellement sur les rapport qu'entretiennent la baby-sitter et sa patronne, et même si les deux femmes ne sont pas attachantes, c'est leur relation, dérangeante et toxique, qui amène une tension dramatique constante tout à fait maîtrisée. Un roman très contemporain et utile afin d'ouvrir certaines consciences et faire réfléchir à nos comportements vis-à-vis des autres.

Autour du livre:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire