Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


lundi 26 avril 2021

Mamma Maria (Serena Giuliano)




Nationalité de l’auteur:
 Française 
Editions Pocket (18 Mars 2021
numéro 18073
228 pages
ISBN-10: 226631288X 
ISBN-13: 978-2266312882 
Genre: Contemporain
Lu le: 7 Avril 2021
Ma note: 14/20 



Résumé/4ème de couverture:

Sous le coup d'une déception amoureuse, Sofia a quitté Paris pour son petit village natal de la côte amalfitaine. Là, la jeune traductrice respire enfin. Attablée à sa place habituelle, sur la terrasse du Mamma Maria, le bonheur est simple comme un espresso au soleil ou une chanson d'Adriano Celentano... Ce caffè, c'est le cœur du village, le rendez-vous des jeunes, des vieux, dans le généreux giron de la patronne, Maria, leur mère à tous. Or ce matin-là, pour la première fois depuis des lustres, il s'est glissé comme une fausse note dans la partition. Le vieux Franco ne s'est pas présenté pour son éternelle partie de scopa... La fin de la dolce vita ?  

Mon avis:

        J'avais hâte de voir la sortie poche de "Mamma Maria" pour enfin découvrir le deuxième livre de Serena Giuliano, avec son premier roman qui avait été une très jolie surprise. D'autant plus que je ne voyais que de très bons avis sur ce livre! Mais malheureusement, "Mamma Maria" fera parti de ces livres très appréciés par bon nombre de personnes mais pour pour moi. En effet, même si j'ai plutôt bien aimé l'histoire de fond et que j'ai adoré voyagé en Italie, où il est vrai le dépaysement est total, j'ai trouvé l'histoire cousue de fils blancs, pas réaliste et qui vous fait lever les yeux au ciel tellement certaines choses sont kitchs et prévisibles

Points de vue/Critiques:

            Commençons par les points positifs de ce livre, car après tout ils vont venus en premier au cours de ma lecture. La trame de l'histoire est plutôt bonne et fait passer un vrai bon moment: une jeune femme repart dans son village natal pour se ressourcer et se retrouver et l'on sent bien les valeurs importantes véhiculées comme l'attachement à ses racines et le charme des petits villages, où qu'ils se situent, où tout le monde se connaît et où entraide, solidarité, partage font partis de la vie courante. Et le meilleur de tout cela, c'est le fait que l'on parte littéralement en voyage en Italie. Car l'immersion est totale. Entre les phrases en langue originale et les mets culinaires italiens (nourriture et boissons) qui ponctuent régulièrement le récit, on a vraiment l'impression d'y être au point de presque sentir le soleil caresser la peau. Tout ceci fait en sorte que l'histoire se dévore très rapidement, car l'autrice s'abstient de prendre du temps pour décrire longuement des choses ou pour planter un certain décor. Le minimum est assuré et l'on privilégie l'action ce qui donne un récit très dynamique. 

            Mais progressivement, au fil de ma lecture, des petites choses sont venues tels des petits grains de sable se prenant dans les rouages. En effet, certaines situations apparaissent peu réalistes comme les petits soucis et problèmes du quotidien qui se dénouent avec beaucoup trop de facilités. On retrouve par exemple le fait d'obtenir des papiers et permis de séjour très rapidement et sans aucun problème en remplissant un simple formulaire ou encore le fait qu'un simple petit discours aux bords moralisateurs est suffisant pour que les habitants du village majoritairement racistes ne le soient plus du tout le lendemain et deviennent accueillants et chaleureux... C'est donc un peu le monde des bisounours! De plus, avec le personnage de Maria surtout, on est dans l'exagération et dans l'illogisme. En effet, elle n'est certes jamais sortie de son village mais ce n'est pas pour autant qu'elle n'a pas connaissance du monde extérieur. Ainsi la voir voyager avec sa panoplie de draps et d'ustensiles ménagers et de cuisine n'est finalement pas drôle surtout quand elle s'étonne que ces bocaux, conserves et autres flacons ne passent pas à l'aéroport...  Maria nous dit qu'elle aime suivre certaines choses à la télévision, donc si elle a ce moyen de communication au fond de son village, cela veut dire qu'elle est connectée au monde et qu'elle n'habite pas sur une autre planète! C'est typiquement le genre de choses qui revient souvent dans le récit et qui finit par m'énerver plutôt que me faire sourire. L'exagération continuelle de Maria fait aussi en sorte que l'on n'est finalement pas surprise lorsque l'on en apprend un peu plus sur sa vie privée. Et puis vient l'épilogue... qui achève de vous faire encore plus lever les yeux au ciel. Entre les couples formés, les prénoms des enfants et la nouvelle vie du village, tout est cousue de fils blancs et "tout le monde il est beau". Mais le pompon sur le haricot revient aux dernières lignes: je m'était dit et imaginé dans le récit qu'il ne manquerait plus que ça pour faire quelque chose de kitch à souhait et d'absolument pas crédible. Le livre se termine sur ça...

En bref:

           Si j'attendais avec beaucoup d'envie de découvrir cette histoire et si beaucoup de personnes l'ont adoré, je vais aller à contre-sens des avis et je ressors de cette lecture avec des sentiments plutôt négatifs, même si j'ai aimé certaines choses. La trame de l'histoire est plutôt bonne et fait passer un vrai bon moment (le livre se lit d'ailleurs très rapidement car on pris par l'histoire). Et surtout le voyage en Italie est plus que réussi. Entre les boissons, les mets culinaires et les paysages, l'immersion est garantie. Mais des grains de sables ont fait leur apparition au fil de la lecture. En effet, certaines situations apparaissent peu réalistes, des problèmes de déverrouillent avec beaucoup de facilités et le personnage de Maria nous entraine toujours dans l'exagération et dans l'illogisme. Toutes ces choses font que j'ai cru être dans le monde des bisounours où tout est cousu de fils blancs. Et le pompon sur le haricot revient à l'épilogue et aux dernières lignes qui achève de vous faire lever les yeux au ciel...

Autour du livre:

De la même autrice:

° Ciao Bella (<-- chronique à retrouver ici)

2 commentaires:

  1. Tu n'es pas tendre avec ce livre dis donc.
    C'est tout de même une autrice que j'ai très envie de découvrir, j'ai d'ailleurs Ciao Bella dans ma PAL
    Merci en tout cas pour ce retour très honnête.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est pas très plaisant de faire un retour négatif, mais je vais pas prétendre l'avoir aimé alors que ce n'est pas le cas. Mais je continuerais de découvrir cette autrice car j'avais beaucoup aime "ciao bella" et ce n'est pas pour ça non plus que je ne recommanderais pas "mamma maria" car la grande majorité des gens ont aimé! ;)

      Supprimer