Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


jeudi 11 mars 2021

Les lendemains (Mélissa Da Costa)




Nationalité de l’auteur:
 Française 
Editions Le Livre de Poche (3 Février 2021
numéro 36001
379 pages
ISBN-10: 2253079901 
ISBN-13: 978-2253079903 
Genre: Contemporain
Lu le: 21 Février 2021
Ma note: 17/20 



Résumé/4ème de couverture:

Réfugiée dans une maison isolée en Auvergne pour y vivre pleinement son chagrin, Amande ne pensait pas que l'on pouvait avoir si mal. Les jours se suivent et dehors le soleil brille, mais, recluse, elle refuse de le voir. Lorsqu’elle tombe par hasard sur les calendriers horticoles de l'ancienne propriétaire des lieux, elle décide pourtant, guidée par les annotations manuscrites de Madame Hugues, d’essayer de redonner vie au vieux jardin abandonné. Au fil des saisons, elle va puiser dans ce contact avec la terre la force de renaître et de s'ouvrir à des rencontres uniques. Jusqu’à ce que chaque lendemain redevienne, enfin, une promesse d'avenir.

Un roman subtil et plein d’émotion qui nous invite à ouvrir grand nos yeux, nos sens et notre cœur, et un formidable hymne à la nature qui nous réconcilie avec la vie.

Mon avis:

        Après le beau coup de cœur qu’avait été « Tout le bleu du ciel » je ne pouvais ne pas continuer à découvrir l’autrice. « Les lendemains » est un poil différent mais il reste tout aussi beau. Ce récit, plutôt contemplatif mais pas ennuyeux, nous plonge dans une bulle de douceur et de douleur dans le but d’une reconstruction. Si le sujet principal est lourd et douloureux, Mélissa Da Costa réussit tellement bien à doser les émotions, qu’aucun sentiment malaisant ou de pitié larmoyante n’est à déplorer.

Points de vue/Critiques:

        Dés le début du récit, nous découvrons Amande et toutes les casseroles qu’elle traine derrière elle. Sa vie est désormais synonyme de deuils. Il est difficile de constater tout ce qu’elle a vécu tant tout cela est terrible. Elle est totalement au fond de l’eau, complètement abattue, dans l’abandon de vivre. Le deuil est donc le sujet principal et la porte d’entrée de cette histoire. Néanmoins, malgré ce sujet très lourd, difficile et cette atmosphère très sombre, à aucun moment on ne ressent une certaine noirceur. L’abattement d’Amande ne se retranscrit pas sur la plume ou sur l’histoire, sans pour autant avoir un détachement du lecteur vis-à-vis d’Amande et de sa situation. On reste en communion avec elle. Et c’est là tout le talent de l’autrice qui arrive à faire de cette histoire, dure au départ, une histoire dans laquelle c’est finalement l’espoir et la luminosité qui jaillissent. 

        La reconstruction d’Amande va se faire lentement mais sûrement. C’est dans une maison isolée, seule et dans le silence que la jeune femme va peu à peu retrouver le chemin de la vie. Cette reconquête de soi va passer par des petites choses: planter des fleurs et entretenir un potager suivant un planning fixe, faire rentrer de nouvelles personnes dans sa vie et conserver piano piano le lien avec sa famille. Tous ces éléments arrivent sur le chemin de la construction d’Amande suivant son propre rythme. C’est vraiment elle qui s’écoute et qui prend son temps. On se retrouve donc plutôt dans un récit contemplatif, mais avec les petites victoires au quotidien d’Amande qui progresse chaque jour, on ne s’ennuie pas une seule seconde.

En bref:

        Pour ce deuxième roman, Mélissa Da Costa confirme son style de nous fournir de véritables belles histoires. Dans « Les lendemains », elle nous entraine dans une bulle de douceur et de douleur. En effet, le sujet douloureux du deuil puis que la reconquête de soi sont au coeur de ce récit. Et même si l’origine de cette histoire est dramatique et vraiment émouvante, on est loin du larmoiement et de l’apitoiement: tout s’effectue en douceur, avec une plume magnifique porteuse d’émotions qui fait plutôt rejaillir de l’espoir et de la luminosité. En mettant en avant le pouvoir de la nature, Amande est une héroïne abîmée que l’on voit progressivement revenir à la vie suivant son propre rythme. On est peut-être ainsi davantage dans un roman contemplatif mais pas ennuyant, bouleversant et fort en émotions.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire