Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


dimanche 17 janvier 2021

Dahliya, artisane magicienne

TOME 1 Titre original :
Madougushi Dahlia wa Utsumukanai: Dahliya Wilts No More, book 1

Traduction: Melody Pages

Scénario: Hisaya Amagishi

Illustrations: Megumi Sumikawa

Nationalité des auteurs: Japonaise

Editions Komikku (24 Septembre 2020)

191 pages

ISBN-10: 2372875353

ISBN-13: 978-2372875356

Genre: Manga

Lu le: 1er Décembre 2020

Ma note: 17/20



Résumé/4ème de couverture :

Dahliya va vous ensorceler ! Depuis sa plus tendre enfance, la jeune DAHLIYA a appris la magie auprès de son père et elle peut fabriquer de nombreux objets magiques grâce à des gems : des épées, des protections contre les slime ou encore des verres enchantés. Ainsi, lorsqu'elle se réincarne dans un monde fantasy et se retrouve à travailler dans un salon de coiffure pas comme les autres, elle est fin prête à utiliser ses talents ! Une aventure incroyable commence !

Mon avis:

            Une jeune fille comme héroïne, un univers fantastique et une profession où il est question de fabriquer des objets magiques à partir d’objets courants et humains, tout était réunit pour passer un très bon moment et ce premier tome a été au-delà de les espérances, puisque c’est un petit coup de cœur. Je ne m’attendais pas à retrouver une héroïne aussi déterminée et féministe avant l’heure, dés sa plus jeune enfance, que se soit dans ses idéaux ou dans ses actions. Et pourtant, même si les pensées de Dahliya sont déterminées dans le sens d’une émancipation féminine, les premiers chapitres ne nous entraine pas du tout vers cette thématique. Bien au contraire, il y a de quoi nous faire grincer des dents puisque l’on assiste, impuissant, au déferlement de la supériorité masculine. En effet, Dahliya est totalement dévouée envers son père, qu’elle admire et qu’elle idéalise. Mais la société n’a que faire de son inventivité, de sa créativité et de sa rigueur studieuse. Et que se soit dans sa vie de jeune femme (sous-entendre à marier) ou dans son métier d’apprentie artisane, la place majeure est donnée à l’homme. Dahliya va donc se marier, s’effacer derrière son mari et se plier à ses volontés. J’ai été assez désappointée de cette tournure prise par l’histoire… ! Mais cela ne dure qu’un bref instant jusqu’à ce que l’auteur nous montre une jeune femme qui va prendre sa vie en main, s’affirmer tout en dépeignant un homme ingrat, tourné complétement en ridicule et bête à souhait. Ce revirement avec ces caractères affirmés qui se retournent est purement savoureux et relance totalement et pleinement l’histoire.

 


            L’univers de ce manga est tout aussi savoureux. On part sur une base de réincarnation (qui est vite évincée, pas expliquée car ce n’est pas le but). Dahliya qui vivait dans un monde tout à fait ordinaire, va donc se réincarner dans un monde où les objets magiques sont les électroménagers du monde des humains. La jeune fille ayant conservé les souvenirs de son ancien monde, va donc puiser dans ceux-ci afin de créer d’ingénieux objets bien utiles, tel que le sèche-cheveux ou l’imperméable, par le biais de pierres magiques et autres ingrédients qui remplacent électricité et circuits imprimés. Suivre la confection de tels objets connus du quotidien par le biais qu’autres composants classiques est très agréable à suivre et la réaction des habitants de ce monde magique sont très drôles et sont un vrai régal supplémentaire.

 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire