Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


jeudi 3 décembre 2020

Et nous danserons sous les flocons (Clarisse Sabard)





Nationalité de l’auteur: Française 
Editions Charleston (13 octobre 2020)
374 pages
ISBN-10: 2368125523 
ISBN-13: 978-2368125526 
Genre: Contemporain
Lu le: 13 Novembre 2020
Ma note: 16/20




Résumé/4ème de couverture :

Après des années d'absence, Valentine est de retour à Vallenot, le village de son enfance qu'elle a quitté très jeune pour se marier. Un mariage pour lequel elle a sacrifié toutes ses propres aspirations, obnubilée par l'idée de construire une famille, loin du schéma familial qu'elle a connu, de sa mère et sa grand-mère qui ont élevés leurs enfants seules. Mais c'est bien seule que Valentine revient aujourd'hui, ou plutôt, uniquement accompagnée de son fils adolescent, car le mari, lui, a préféré continuer sa route avec une autre.... En cette période de fêtes, elle va croiser le chemin d'un Anglais récemment installé au village, de Rémi, qu'elle n'avait pas vu depuis des années... et d'une vieille photo représentant un beau jeune homme marocain, qui aurait vécu à Vallenot dans les années 50/60, avant de disparaître du jour au lendemain...

Mon avis :

            Je n’avais pas encore lu les comédies romantiques de l’autrice, mais avec un tel titre et une telle couverture, je ne pouvais pas passer à côté de cette lecture pour se préparer au mieux à Noël. Sans grands rebondissements, on a un récit qui cadre parfaitement à la comédie romantique de Noël et on passe donc le bon moment de lecture au coin du feu en cette saison hivernale comme on le souhaite et se l’imagine. Le petit truc en plus de cette histoire c’est que l’on a tout de même un aspect familial assez conséquent voire prépondérant par rapport à l’histoire romantique.

Points de vue - Critiques:

            Dès les premières pages, avec ce qui arrive à Valentine, on ne peut qu’instantanément s’attacher à elle, ne serait-ce que par solidarité féminine ! Mais contrairement à l’héroïne clichée qui aurait sombré et pleuré toutes les larmes de son corps après un tel affront, Valentine elle, va vite de l’avant. Cette maturité qui fait apprécier le personnage et qui permet de s’éloigner de certains codes classiques de début d’histoire de comédie romantique vient du fait que Valentine n’a plus 20 ans et qu’elle est mère de famille d’un adolescent. Ce changement inopiné de situation va au contraire lui mettre un coup de pied aux fesses, un coup de pied aux étiers et lui permettre de changer plus ou moins sa vie. J’ai beaucoup aimé ce sursaut d’orgueil, qui est en plus parfaitement dosé. Car on ne va pas non plus dans une certaine extrémité où l’héroïne va prendre son sac à dos et partir en vadrouille à l’autre bout du monde pour essayer de trouver une nouvelle quête intérieure : on modère les actions et Valentine va « simplement » retourner auprès de ses parents dans la petite communauté de son enfance, Vallenot. Pareil, les clichés de la citadine qui revient dans son village natal sont certes présents (car je pense immanquables et véridiques dans ce genre de situation), mais sont également bien dosés puisqu’ils vont être occasionnels en début d’ouvrage, pas insistants ni répétitifs. 

            L’aspect romantique, ainsi que les réactions d’un adolescent à ce sujet, vont être assez banals et prévisibles… encore que j’ai été surprise par le futur et nouvel amoureux de Valentine à Vallenot ! On ne le voit pas venir au premier abord puisque l’histoire est faite ainsi et que l’on est tout simplement pris par le récit. Le revirement de situation amoureuse et le « switch » des amoureux est drôle à souhait et j’ai beaucoup aimé de mettre fait avoir ! Si l’histoire d’amour de Valentine est un peu le fil rouge du livre, je trouve qu’il s’agit aussi et avant tout d’un roman traitant d’affaire de famille. Dans les premières pages, j’ai détesté la mère de Valentine : son manque de retenue, son exubérance, son intrusivité, et sa volonté de mettre mal à l’aise constamment sa fille m’a énervé et m’a fait penser qu’elle n’était vraiment pas sympa ! Mais au fur et à mesure, on découvre qu’il y a eu un évènement qui a fait séparer de façon irrémédiable les sœurs jumelles de Valentine qui sont fâchées depuis de nombreuses années. Ce clivage a non seulement fait voler en éclat l’union de la famille entière, mais il a en plus soulever des secrets, des non-dits, des incompréhensions et de l’amertume. Car, hormis bien sûr les jumelles, personne ne sait ce qu’il s’est réellement passé et l’on ressent parfaitement bien la tristesse que cette fâcherie a cause et cause toujours sur les parents et Valentine. Je me suis ainsi plus focalisée sur cette aspect du livre, avide d’avoir les réponses à mes questions, plutôt que sur l’histoire d’amour de Valentine, que j’ai davantage pris comme un bon décor. 

En bref:

En cette saison hivernale, quoi de mieux que de déguster au coin du feu, une bonne petite comédie romantique ? Avec « Et nous danserons sous les flocons » nous avons cette lecture délicieuse que l’on souhaite et que l’on s’imagine. Si l’on a inévitablement quelques clichés comme le regard critique et avisé d’une citadine de retour dans son village natal ou le point de vue blasé ou mordant de l’adolescent, on ne va pas dans l’extrême et le tout est même assez jubilatoire car attendu voire espéré. Hormis ces détails, le récit reste généralement assez surprenant. Valentine est attachante avec sa maturité et sa volonté de tourner la page sans pour autant changer radicalement de vie. C’est son sursaut d’orgueil qui va amener le côté comédie romantique qui a su me surprendre et me faire rire dans certaines situations. Mais ce roman c’est aussi offrir une part importante à la famille qui est presque prépondérante à la romance, qui m’a agréablement surprise et que j’ai beaucoup aimé. Clarisse Sabard nous offre donc une comédie romantique drôle, pétillante, pleine d’amour avec beaucoup d’humour et un peu de mystère.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire