Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


jeudi 19 novembre 2020

Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles (Suzanne Hayes & Loretta Nyhan)


Titre original: I'll be seeing you
Traduction: Nathalie Perrony 
Nationalité des auteurs: Américaine 
Editions Pocket (18 Juin 2015) 
numéro 16248
416 pages
ISBN-13: 978-2266256339
Genre: Historique
Lu le: 3 Novembre 2020
Ma note: 18/20 



Résumé/4ème de couverture:

États-Unis, années 1940. Glory, enceinte et déjà mère d'un petit garçon, souffre de l'absence de son mari, parti au front, de l'autre côté de l'Atlantique. À des centaines de kilomètres d'elle, Rita, femme et mère de soldat également, n'a pour compagnie que la fiancée de son fils. 
Une lettre, envoyée comme une bouteille à la mer, va les réunir. Entre inconnues, on peut tout se dire. Les angoisses, l'attente des êtres aimés, mais aussi les histoires de voisinage, les secrets plus intimes et les recettes de cuisine. Les petites joies qui font que, dans les temps les plus difficiles, le bonheur trouve son chemin.

Mon avis:

        Je suis une fan des romans épistolaires et des histoires tournant autour de la Seconde Guerre Mondiale. Avec sa très belle note sur Livraddict, il me tardait de trouver ce livre et de le dévorer. Dans la lignée du "cercle des éplucheurs de pommes de terre", j'ai adoré ce livre que j'ai dévoré goulument tout en me délectant. On retrouve une histoire d'amitié forte, sincère et émouvante et qui définie à la perfection ce qu'est l'entraide et l'amitié. Glory et Rita sont toute deux attachantes et nous font vibrer d'émotions.

Points de vue/Critiques:

         Ce roman est uniquement basé sur un échange de lettres entre deux femmes, Rita et Glory, restées chez elle, pendant que les hommes sont partis au front de la Seconde Guerre Mondiale. Les autrices ont donc véritablement mis en lumière le rôle et surtout le quotidien de ces femmes durant cette période, de l'autre côté de l'Atlantique. Car si l'ont connait peut-être mieux le rôle des femmes durant la guerre en France, entre les actions de résistance ou encore les emplois qu'elles ont occupés pour remplacer leur maris et continuer de faire vivre le pays et la guerre, en passant par les femmes au foyer, les femmes de GI ont elles aussi dû faire face, et cela en étant beaucoup plus loin de leurs hommes que ne l'étaient les Européennes. Ainsi, parfois avec des enfants en bas âge ou véritablement seules, ces femmes ont dû gérer leur profonde inquiétude avec la peur de ne jamais revoir leur maris ou enfants, leur incertitude quand à savoir où ils étaient sur le front, dans quel pays et dans quel état de santé. Ce sentiment profond de peur, d'anxiété et d'incertitude est palpable tout le long du roman, au fil des lettres et surtout face aux rares télégrammes passés entre les filets de la censure, qui les relient, trois ou quatre fois par an à leurs soldats. Et cet axe d'échange de nouvelles avec leurs proches est très intéressant tant il montre la dichotomie entre ce que les femmes écrivent à leurs hommes (pour les rassurer et leur apporter un minimum d'espoir) et ce qu'elles ressentent véritablement. Leur dévotion en tant que femmes s'occupant de leur foyer et en tant qu'épouse est forte et admirative.

            Rita et Glory sont toutes les deux très attachantes, même si beaucoup de différences entre elles sont à noter. Elle viennent de milieux différents et n'ont pas le même style de vie, elles n'appartiennent pas à la même génération, n'ont pas les mêmes passions, ni le même profil de famille. Néanmoins, ce sont deux femmes angoissées de soldats en attente de nouvelles de leurs hommes et de la fin de la guerre, ce qui est le point commun essentiel et suffisant pour les relier. Le point de départ de l'échange de lettres était de créer un mouvement d'entraide entre ces femmes restées au foyer. Mais Rita et Glory vont trouver bien plus que cela: c'est une amitié quasiment fraternelle qu'elles trouveront. N'ayant jamais eu l'occasion de se rencontrer et pour fêter la fin de la guerre lorsqu'elle arrivera et qui sera l'occasion pour elles de se voir en chair et en os, elles vont tisser au fil des mois et des lettres, une amitié qui reposera sur la sincérité et l'intensité. Leur relation est donc terriblement touchante, belle et particulière. Même à des centaines de kilomètres l'une de l'autre, leur solidarité est telle qu'elle nous fait vibrer d'émotions et qu'elle nous emporte sans cesse le coeur vers l'espoir. 


En bref:

        Avec son titre enchanteur et parlant, "petites recettes de bonheur pour les temps difficiles" est un véritable coup de coeur. Ce roman purement épistolaire sur fond de Seconde Guerre Mondiale se dévore autant qu'il nous délecte, tout en nous faisant vibrer d'émotions. Rita et Glory, deux femmes américaines restées plus ou moins seules dans leur foyer en attendant le retour de leurs hommes et la fin la plus rapide possible de cette guerre, sont très attachantes. Malgré leurs différences apparentes, leur point commun et essentiel qu'est l'attente et l'angoisse va faire en sorte de les unir à travers leur échange de lettres. Elles vont y puiser une entraide infaillible, un soutien indéniable, un tendre réconfort et surtout une amitié fraternelle. Même si elles ne sont jamais rencontrées, la force de leur lien et de leur amitié est tellement belle, touchante et attachante qu'elles nous permettent de vibrer en même temps qu'elles dans leur quotidien, le coeur sans cesse tourner vers l'espoir.

2 commentaires:

  1. Je l'ai lu un tout petit peu après toi (nous avons eu la même idée et avons sélectionné ce roman pour le Challenge des 12 thèmes !) et je ne regrette pas... Mon seul regret au final c'est d'avoir laissé dormir ce roman si longtemps dans ma PAL...je crois que je n'avais plus trop envie de l'en sortir au final et...quel dommage si je ne l'avais pas fait.
    Ce roman est une petite perle de chaleur et de réconfort, je m'en suis délectée...il est plein d'espoir malgré l'anxiété et l'angoisse latentes, comme tu le dis dans ta chronique. Je me suis attachée à Glory comme à Rita, j'ai essayé d'imaginer leur quotidien en me disant que c'était aussi probablement celui de mes arrières-grand-mère, qui avaient une vingtaine ou une trentaine d'années dans les années 1940... on compatit, on communie vraiment avec elles, parce que leur histoire est finalement assez universelle et peut parler à tout le monde.
    Une très très bonne surprise ! Quand on pense aux romans épistolaires contemporains, on pense souvent au Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates mais je crois que le roman de Suzanne Hayes et Loretta Nyhan mérite vraiment d'être connu. C'est l'histoire d'une très belle amitié. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton joli commentaire, je ne peux que partager ton avis et effectivement ce livre restera autant marqué dans mon esprit qu'a pu l'être "Cercle littéraire des amateurs d'épluchures de patates"

      Supprimer