Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


dimanche 1 novembre 2020

Les filles de Salem


Scénario et Illustrations: Thomas Gilbert

Nationalité de l’auteur: Française

Editions Dargaud (21 Septembre 2018)

200 pages

ISBN-10: 2205077023

ISBN-13: 978-2205077025

Genre: Bande-dessinée

Lu le: 2 Octobre 2020

Ma note: 15/20




Résumé/4ème de couverture:

1692. Salem, en Nouvelle-Angleterre. Abigail, 17 ans, raconte l'histoire des sorcières de Salem dont elle fut l'une des victimes. Suspectées d'être possédées par le démon, des jeunes filles de ce village puritain dénoncent d'autres membres de la communauté de les avoir ensorcelées. La psychose s'emballe, donnant lieu à des procès en sorcellerie et à de nombreuses exécutions.

Mon avis:

Sans détailler de quoi il était réellement question dans cette bande-dessinée, je l’avais souvent vu passé avec des commentaires qui la qualifier d’émouvante, mais aussi sombre, voire dérangeante. J’ai donc intrigué par cette histoire avec une pointe d’appréhension sur le côté noirceur de cet ouvrage.

Même si l’on connait Salem de nom par sa réputation passée « à cause de » ses sorcières, on ne sait pas véritablement ce qui s’est passé là-bas en 1692. Et c’est donc le récit de cette chasse aux sorcières qu’aborde cette bande-dessinée. Je ressors de cette lecture totalement déboussolée puisque l’on « connaît » cet évènement mais qui est finalement méconnu puisque totalement à l’opposé de l’idée que l’on s’en faisait. Il est donc grand temps de rétablir la vérité et de lever le voile sur ce pan de l’Histoire et sur les idées reçues que l’on a dessus !

L’auteur reprend donc le déroulement des événements qui ont conduit au tristement célèbre procès des Sorcières de Salem dans le Massachusetts en 1692. Et on se rend compte qu’à cause de presque un seul homme et sur la bases de préjugés, d’excuses et de manipulations, la tension monte crescendo, jusqu’à atteindre son paroxysme et cette tuerie de masse. Lorsque le procès arrive, on se dit et on espère (même si l’on connaît la destinée de ces femmes) qu’il y a peut-être un espoir, mais la folie des hommes qui veulent suivent la bienséance et montrer l’exemple, abusent de leur pouvoir, profitent de la crainte, de l’ignorance et de la lâcheté d’autrui, et n’hésitent pas alors à condamner innocemment les plus faibles.

C’est donc effectivement un récit noir et très sombre, dans lequel il y a une sorte de malaise constant à la lecture mais dans laquelle nous ne sommes pas capables de nous détacher. On retrouve véritablement un épisode d'hystérie collective et d'emprise masculine résonne étrangement dans l'actualité et qui fait naître aisément un sentiment de compassion et d'impuissance chez le lecteur révolté.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire