Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


lundi 16 novembre 2020

Le jour de ma mort (Jacques Expert)





Nationalité de l’auteur: Française 
Editions Le Livre de Poche (30 Septembre 2020) 
384 pages
ISBN-10: 2253181315
ISBN-13: 978-2253181316
Genre: Thriller
Lu le: 30 Octobre 2020
Ma note: 13/20 



Résumé/4ème de couverture:

Et si vous connaissiez le jour de votre mort ?

Le nouveau piège de Jacques Expert.

Charlotte est une jolie jeune femme sans histoire. Elle a un travail qui lui plaît, un petit ami avec qui elle s’apprête à se marier, un chat. Elle se dit heureuse. Cependant, cette nuit d’un dimanche d’octobre, elle se réveille en sueur, tremblante de peur, à l’affut du moindre bruit. Elle est seule chez elle, il est minuit passé. On est le 28 octobre. Le jour de sa mort.

Trois ans plus tôt à Marrakech, Charlotte et trois copines sont allées consulter un voyant. Toutes les prédictions faites à ses amies se sont avérées exactes. Qu'en sera-t-il de Charlotte à qui il avait annoncé une mort violente le 28 octobre.

Commence alors un suspense de tous les instants.

La jeune femme est-elle victime d'une paranoïa alimentée par l'effrayant souvenir ou est-elle réellement en danger alors que rôde dans la ville un tueur psychopathe ? 

Une fois de plus Jacques Expert joue avec les nerfs du lecteur dans ce récit implacable, aux retournements aussi nombreux qu’imprévisibles.


Mon avis:

        Quoi de mieux pour lire son premier livre de Jacques Expert que de faire une lecture commune à 4 et surtout de lire "Le jour de ma mort", pile le jour où se déroule cette histoire, c'est-à-dire le 28 octobre? Et c'est sûrement ces deux points qui m'ont plu dans cette lecture, qui se révèle un fiasco: que se soit les personnages ou l'histoire, tout manque de profondeur. Difficile d'en retirer quelque chose de positif, si ce n'est le huit-clos bien respecté et la tension constante ambiante.


Points de vue - Critiques:

                Pour ne pas partir bille en tête sur le négatif, commençons par le point positif de cette lecture: c'est l'aspect addictif de cette histoire, même si celle-ci ne trouve pas grâce à mes yeux de lectrice. En effet, tout le récit nous berce constamment d'incertitudes: on n'arrive jamais à saisir le vrai du faux, la paranoïa du cauchemar, la manipulation de la réalité, l'amant du tueur ou encore la menace du vrai montre. Il y a donc une tension constante qui se maintient et qui fait que nous ne savons plus à quel saint se vouer. C'est de là que vient le côté addictif et qui nous fait tomber dans le piège de l'auteur.

            Mais commençons par revenir sur les personnages et comme nous n'en n'avons pas énormément, c'est le personnage principal de Charlotte qui fait grincer des dents. En effet, elle est l'archétype du cliché féminin et d'une jeune femme aux antipodes du réalisme. Du haut de ses trente ans, elle est célibataire est vit seule avec son chat (#cliché). Et avec son beau métier, elle habite dans un gigantesque appartement à Paris, dans les beaux quartiers et s'offre des week-end à l'étranger avec ses copines à 500 euros la nuit (#pasréeeldutout) où elles n'hésitent pas à prendre de haut et dénigrer les gens "normaux et lambdas", c'est-à-dire les femmes de la classe moyenne qui s'amusent simplement d'un rien. Charlotte devient donc rapidement un personnage antipathique et détestable donc difficile de partager avec effroi ce qui lui arrivera. Ses choix et ses réflexions dans les situations improbables dans lesquelles elle se met sont grotesques et l'on se fiche un peu de savoir si elle s'en sortira vivante ou pas de toute cette histoire...

                 A l'image de Charlotte, l'histoire manque cruellement de profondeur. L'idée du huit-clos psychologique est bien et malgré la tension constante, il y a parfois un sentiment de lassitude car on comprend très vite que l'auteur veut nous emmener sur de fausses pistes et tout tourne autour de cela. En revanche, étant donné que le récit alterne entre le point de vue de Charlotte et celui du tueur en série, c'est une dynamique payante car elle permet d'accentuer l'effet addictif. Et par rapport à la personnalité de Charlotte, j'ai nettement préféré suivre la vie du tueur et être dans sa tête complètement barrée et machiavélique. La fin m'a assez surprise puisque l'on va au-delà des révélations finales et elle est totalement imprévisible.


En bref:

            Pour mon premier livre de l'auteur, je ressors totalement déçue de cette lecture. Il faut reconnaître que "Le jour de ma mort" est très bien conçu par rapport à l'histoire en huit-clos qui fournit un suspense et une tension constante. Le côté addictif du récit qui nous berce d'incertitudes est parfait. Cependant, même si le fait d'avoir des chapitres dans lesquels on suit le point de vue du tueur en série qui sont très intéressants et divertissants, l'histoire manque cruellement de profondeur. Et ceci est sûrement dû au personnage de Charlotte, antipathique et détestable à souhait (tellement clichée et non réaliste) qui se met dans des situations et a des réflexions tellement nigaudes qu'on se fiche finalement de sa destinée à l'issue de cette journée fatidique. Ce thriller psychologie est un véritable page-turner... mais pas convainquant!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire