Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


samedi 8 mai 2021

Le château des animaux


LE CHÂTEAU DES ANIMAUX, TOME 1 : MISS BENGALORE


Scénario: Xavier Dorison

Illustrations: Félix Delep

Nationalité des auteurs: Française

Editions Casterman (18 Septembre 2019)

72 pages

ISBN-10: 2203148888

ISBN-13: 978-2203148888

Genre: Bande-dessinée

Lu le: 3 Octobre 2020

Ma note: 15/20



Résumé/4ème de couverture:

Quelque part dans la France de l’entre-deux guerres, niché au cœur d’une ferme oubliée des hommes, le Château des animaux est dirigé d’un sabot de fer par le président Silvio… Secondé par une milice de chiens, le taureau dictateur exploite les autres animaux, tous contraints à des travaux de peine épuisants pour le bien de la communauté… Miss Bangalore, chatte craintive qui ne cherche qu’à protéger ses deux petits, et César, un lapin gigolo, vont s’allier au sage et mystérieux Azélar, un rat à lunettes pour prôner la résistance à l’injustice, la lutte contre les crocs et les griffes par la désobéissance et le rire… 

 

Premier tome d’une série prévue en quatre volumes, Le Château des animaux revisite La Ferme des animaux de George Orwell (1945) et nous invite à une multitude de réflexions parfois très actuelles…

Mon avis:

Cette histoire est la revisite contemporaine de « La ferme des animaux » de Georges Orwell où il est donc question d’oppression du plus faible par le plus fort, de dénonciation de l’oppression et du totalitarisme sous les traits d’animaux. L’auteur a utilisé les animaux « types » et logiques pour chacune des situations : l’immense taureau en dictateur, les chiens comme gardes, les cochons et les poules comme nourriture, sans compter le lapin gigolo qui satisfait toutes ses congénères et le rat qui se faufile et qui permet de redonner espoir.

Pour que tous les messages puissent correctement passés, l’auteur a parfaitement maîtrisé les illustrations puisque les émotions humaines passent très bien sur tous les animaux. Mais puisqu’il est question d’injustice et d’exécution sanglante (même si c’est une poule ou une oie), j’éprouve une certaine gêne et un pincement au cœur de voir ces animaux en si mauvaise posture, à l’image de Miss Bengalore, cette chatte ultra courageuse qui travaille à s’en épuiser et qui est presque incapable de subvenir aux besoins de ses deux petits…



LE CHÂTEAU DES ANIMAUX, TOME 2 : LES MAGUERITES DE L'HIVER


Scénario: Xavier Dorison

Illustrations: Félix Delep

Nationalité des auteurs: Française

Editions Casterman (4 Novembre 2020)

56 pages

ISBN-10: 2203172509

ISBN-13: 978-2203172500

Genre: Bande-dessinée

Lu le: 25 Avril 2021

Ma note: 16/20



Résumé/4ème de couverture:

L'hiver a gagné le château. Le climat est rude pour ses habitants, d'autant que le Président Silvio continue de faire régner la terreur... Mais Miss B et ses amis, le lapin César et le rat Azélar, n'ont pas dit leur dernier mot. Baptisé "les Marguerites», leur mouvement, continue les outrances au taureau dictateur, refusant le port de collier à grelots et exigeant la gratuité du bois pour tous les animaux. Pour être mieux entendus, ces courageux compagnons bravent le froid chaque nuit pour faire un sit-in sous les fenêtres de Silvio. Mais pour Miss B, vaincre la dictature ne peut se faire qu'en évitant le plus redoutable des pièges : la tentation de la violence. Parviendra-t-elle à convaincre ses amis de résister pacifiquement ? Le défi semble bien difficile…

Mon avis:

        L'arrivée de l'hiver est synonyme pour les animaux d'une multiplication des injustices: une heure de travail supplémentaire non payé, le bois de chauffage devient payant et l'arrivée du froid intense impliquent du bois et la nourriture qui sont difficiles à acheter. Afin de préserver leur minimum vital, toute idée de grève est à exclure pour s'opposer à la dictature de Silvio. Marguerite a alors l'idée d'une résistance non violente. Si l'idée est peu à peu fédératrice, elle va en laisser sur le carreau plus d'un! On retrouve ainsi comme dans le premier tome cette idée de rébellion avec les moyens du bords. Bien que l'allégorie avec le totalitarisme soit réussie, il faut avouer que l'histoire manque parfois de souffle et possède quelques longueurs. L'idée de base reste la même et même si cela est intéressant, l'histoire de progresse pas tellement dans le fond pour ce deuxième acte. En revanche, des courts instants s'intéressent aux chiens sbires de Silvio, pour lesquels on pourrait espérer une petite lueur d'espoir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire