Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


mercredi 4 novembre 2020

Charly and the chocolate factory (Roald Dahl)





Nationalité de l’auteur: Galloise 
Editions Puffin Books (16 Août 2007) 
180 pages
ISBN-10: 0142410314
ISBN-13: 978-0142410318
Genre: Jeunesse
Lu le: 9 Octobre 2020
Ma note: 16/20 

 


Résumé/4ème de couverture:

Willy Wonka's famous chocolate factory is opening at last! But only five lucky children will be allowed inside. And the winners are: Augustus Gloop, an enormously fat boy whose hobby is eating; Veruca Salt, a spoiled-rotten brat whose parents are wrapped around her little finger; Violet Beauregarde, a dim-witted gum-chewer with the fastest jaws around; Mike Teavee, a toy pistol-toting gangster-in-training who is obsessed with television; and Charlie Bucket, Our Hero, a boy who is honest and kind, brave and true, and good and ready for the wildest time of his life!

Mon avis:

Grâce à un défi de groupe, j’ai enfin réalisé ma première lecture en version originale sur ce livre que j’avais acheté en Bulgarie. Pour une première lecture VO, un roman jeunesse est déjà la bienvenue mais en plus quand on connait l’histoire, c’est toujours plus facile. Malgré l’utilisation de termes pas très connus pour des mots connus de la part de l’auteur et des tournures de phrases parfois complexes, la lecture s’est avérée assez facile et je suis bien contente et fière d’avoir enfin réalisé ma première lecture VO !

Points de vue - Critiques:

En ayant le film bien en tête, il est facile de suivre cette histoire en anglais, d’autant plus que livre et film sont vraiment bien semblable ! Roald Dahl nous prouve qu’il est un excellent conteur et a une imagination débordante, car créer une histoire qui plonge le lecteur dans un monde rempli de bonbons, de chocolats et d’usine fabriquant et inventant toute sorte de confiseries, c’est un peu le rêve de tous les enfants ! Autant dire que l’on a l’eau à la bouche à chaque page en dévorant ce livre ! Mais comme toujours l’auteur distille sa petite morale et l’on se rend compte qu’il n’est pas vraiment tendre avec les enfants. Grâce à Willy Wonka qui est parfois très flippant avec son excentricité et sa façon de prendre les choses parfois dures et difficiles à la légère, on découvre qu’il arrive de drôle de choses aux enfants pas sages, capricieux, dédaigneux et pas gentils. Et d’ailleurs, il n’y a pas que ces enfants qui sont punis, puisque les parents aussi en prennent pour leur grade. J’aime beaucoup retrouver cette sorte de leçon, où petits et grands sont loger à la même enseigne, qui nous montre que la richesse ne se compte pas en terme d’argent et que l’éducation faite d’amour et de valeurs est bien plus enrichissante et bénéfique qu’une éducation luxuriante et détachée. Ainsi malgré sa pauvreté de vie mais sa richesse dans les parents et les grands-parents qui l’entoure, Charlie incarne l’enfant modèle, sage, modeste et raisonnablement gourmand qui a été bien éduqué 

Concernant la lecture en anglais, le sens des phrases est très facilement compréhensible. L’humour du texte et les jeux de mots sont ainsi facilement discernables. Il y a toutefois des mots précis dont je ne comprenais pas la signification même si j’avais compris la phrase. Dans ce cas-là, par curiosité et aussi pour enrichir mon vocabulaire, j’allais rechercher ce mot dans le dictionnaire. Et je me rendais compte qu’il s’agissait bien souvent d’un mot courant, que nous connaissons sous un autre mot anglais, mais l’auteur a seulement déniché le mot que l’on n’a pas l’habitude de retrouver. De plus, je n’ai pas pris la peine de lire et essayer de comprendre les chansons des Oompas-Loompas puisqu’elles sont truffées de jeux de mots typiques des Oompas-Loompas (donc pas vraiment anglais) et qu’elles n’apportaient pas grand-chose au récit.

En bref:

Une première lecture en version originale réalisé avec ce titre qui a été facile puisqu’il s’agit d’un titre jeunesse et qu’il est plus facile de suivre cette histoire que l’on connaît grâce au film. Roald Dahl nous montre qu’il est un formidable conteur et inventeur d’histoire puisqu’il nous plonge dans un monde rempli de confiseries qui serait le rêve de tout enfant malgré le coté loufoque voire inquiétant de Willy Wonka. Mais il oublie de distiller sa petite morale et ainsi de pointer du doigt les enfants cupides, méchants et déraisonnables, ainsi que leurs parents qui ne se fourvoient quant à la richesse de leur éducation.  La lecture en anglais est donc très aisée, la tournure des phrases est facilement compréhensible ce qui permet de mettre l’accent sur du vocabulaire inconnu. Même en anglais Charlie et la chocolaterie reste une lecture savoureuse et succulente, qui nous met l’eau à la bouche et qui se dévore sans modération !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire