Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


vendredi 6 novembre 2020

Charlie et le grand ascenseur de verre (Roald Dahl)




Titre original: Charlie and the Great Glass Elevator 
Traduction: Marie-Raymond Farré 
Nationalité de l’auteur: Pays de Galles 
Editions Folio (1997) 
196 pages
ISBN-13: 978-2070515172
Genre: Jeunesse
Lu le: 11 Octobre 2020
Ma note: 15/20 



Résumé/4ème de couverture:

Charlie a gagné la fabuleuse chocolaterie de Willy Wonka, qu'il survole maintenant à bord d'un extraordinaire engin, le grand ascenseur de verre, en compagnie de toute sa famille. Mais une fausse manœuvre projette l'ascenseur dans l'espace. Un espace qu'ils découvrent peuplé d'être fantastiques et monstrueux, les Kpoux Vernicieux, terreurs de l'univers interstellaire, contre lesquels ils vont livrer une terrible bataille.

Mon avis:

            Après ma lecture en VO de « Charlie et la chocolaterie », je voulais rester dans l’univers loufoque et justicier de Roald Dahl et enchaîner dans l’histoire de Charlie puisque j’avais cette suite, c’était l’occasion de le sortir de ma PAL. Avec peut-être un peu moins de magie enfantine et avec une partie dans l’espace puis une autre plus terre à terre, on reste tout de même dans la bizarrerie de Willy Wonka, ainsi que dans son esprit moralisateur. 

Points de vue/Critiques:

            Cette suite de « Charlie et la chocolaterie » est nettement moins magique et intéressante que le premier tome, et n’est donc pas nécessaire pour connaitre ce qui se passe pour Charlie après avoir su que la chocolaterie était pour lui. L’avantage est que cette histoire est la suite directe du premier tome, puisque l’on avait laissé Charlie arrivant chez lui par le biais d’un grand ascenseur en verre, et comme le titre l’indique, cette suite commencera via cet ascenseur. 

            Pour cette histoire, on ne va pas retrouver l’univers magique et gourmand comme dans le premier opus, même si l’on retrouve un peu de loufoquerie propre à Roald Dahl… ou Willy Wonka. En revanche, on a l’impression d’avoir deux histoires distinctes, sans véritable lien entre elles. En effet, au début, Charlie et toute sa famille vont voyager jusque dans l’espace via l’ascenseur de Willy Wonka. Dans cette partie, on va retrouver le genre de mésaventure loufoque et drôle qui correspond au personnage de Willy Wonka. Et puis lorsque tout le monde est de retour à la chocolaterie, une seconde histoire commence où il est plutôt question de moralité et où les expérimentations de l’ex-chef de la chocolaterie arrivent comme un cheveu sur la soupe. On y oublie alors la loufoquerie, la drôlerie et j’ai été surprise par les mauvais caractères des grands-parents de Charlie. Les deux sortes d’histoires sont donc assez incohérentes quand à leur continuité puisqu’elles n’ont aucun rapport entre elles. Cela est d’autant plus déconcertant que l’on s’attend à ce que l’on parle du nouveau propriétaire de la chocolaterie, de comment il va prendre le relai et comment va se passer sa nouvelle fonction et comment va se développer la chocolaterie. 

            Dans ce second opus, il semblerait que Roald Dahl ait voulu mettre en avant et dans un premier temps, les agissements des Américains pendant la Guerre Froide et surtout leur dérives ridicules et leurs ambitions démesurées avec le toujours plus loin, le toujours plus grand, la peur des espions, la conquête de l’espace et le « on est les plus fort ». Dans un deuxième temps, l’auteur a voulu critiquer les hommes de façon générale et leur volonté de toujours vouloir paraître plus jeune qu’ils ne le sont, leur quête incessante vers le beau sans jamais se soucier des conséquences ni s’inquiéter des effets. 

En bref:

            Cette suite de « Charlie et la chocolaterie » n’est pas une lecture indispensable pour connaitre la suite des aventures de Charlie puisque ce deuxième opus n’est pas à la hauteur de l’univers fantasque et gourmand que l’on avait dans le premier livre. C’est certes une lecture beaucoup moins palpitante, mais elle reste tout de même intéressante si l’on prend la peine de pointer ce qu’a voulu dénoncer l’auteur. On va retrouver dans cette histoire, deux sortes de récits assez incohérents, sans véritable lien entre eux. Ils vont être le reflet d’une critique politique pour la première partie et une critique de l’homme, de façon générale, dans la seconde partie. Avec moins de loufoquerie et de magie, mais avec plus de critiques et de dénonciations, Roald Dahl nous fait moins rêver dans cette suite qui malheureusement ne revient pas sur le devenir de Charlie et sa toute nouvelle chocolaterie. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire