Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


jeudi 15 octobre 2020

N.E.O, tome 1: la chute du soleil de fer (Michel Bussi)





Nationalité de l’auteur: Française 
Editions Pocket Jeunesse (1er Octobre 2020) 
512 pages
ISBN-10: 2266306219 
ISBN-13: 978-2266306218
Genre: Jeunesse
Lu le: 21 Septembre 2020
Ma note: 17/20 


 

Résumé/4ème de couverture:

 

Dans un monde où les adultes ont disparu, il existe deux refuges pour les deux bandes rivales qui ont survécu au cataclysme : le tipi et le château. Les uns chassent pour se nourrir, les autres vivent reclus et protégés. Bientôt, une étrange maladie fait peser un risque de famine sur le clan du tipi, le privant de ses proies. Et si ceux du château étaient à l’origine de cet empoisonnement ? L’heure de la confrontation est venue : la guerre entre les deux tribus peut-elle encore être évitée, alors que la nature est plus menacée que jamais ? Zyzo, l’espion au grand cœur du tipi, et Alixe, la reine du château, sauront-ils unir leurs forces pour déjouer les mystères, les intrigues et les trahisons ?

 

Mon avis:

Après les romans thrillers/policiers et les albums jeunesse, l’auteur s’intéresse maintenant aux romans jeunesse pour les adolescents. J’entends déjà les ouï-dire sur le fait que cet auteur à succès n’en a pas assez et qu’il s’essaye encore à un nouveau genre et je réponds et pourquoi pas si cela est une volonté personnelle et si en plus, c’est très bien fait et qu’on passe un bon moment, comme c’est parfaitement le cas avec ce premier tome de N.E.O ? On plonge dans un univers totalement inventé et inédit, qui foisonne de paysages tout aussi variés dans lesquels j’ai adoré naviguer et voyager. Les personnages sont très nombreux et tous très bien imaginés puisqu’ils sont tous différents et charismatiques. Enfin, la « morale » que l’on peut retirer d’une telle histoire est super intéressante, porté sur l’écologie et le futur, et tout ceci n’est que e début d’une série qui peut réserver de belles choses.

Points de vue/Critiques:

Pour ce premier tome, Michel Bussi nous entraine dans un Paris du futur (mais pas si éloigné), totalement chamboulé et différent de notre monde actuel : il n’existe plus aucun adulte, seuls deux clans d’enfants subsistent et survivent de deux manières différentes. Alors que ceux qui vivent dans le grand Tipi se nourrissent de chasses, de pêches et sont plus livrés aux affres de la nature, ceux qui vivent dans le château sont exclusivement autonomes en nourriture qu’ils font pousser en autarcie et se calent plus sur un modèle d’érudition et de culture. En commençant cette lecture, nous découvrons tout ce nouveau monde étrange, mais l’auteur ne nous livre pas tous les éléments de prime abord. On s’interroge donc sur bien des choses et nous devons être un peu patient pour avoir les réponses qui permettent de bâtir le cadre du récit. Cela apporte un petit côté mystère et réflexion et quand nous savons de quoi il s’agit, je trouve que ces informations sont alors plus pertinentes et donc plus ancrables en mémoire. Et une fois que l’on a bien compris les bases du récit, c’est le moment où l’on mordu et absorbé par l’histoire !

Les personnages de cette histoire sont très nombreux mais on ne s’y perd à aucun moment. En effet, nous avons tout de même les personnages principaux dans chaque clan et les personnages secondaires, voire tertiaires, ne sont qu’évoqués à travers leurs prénoms, leurs présences et non par leurs actions. J’ai été extrêmement étonné de voir à quel point l’auteur avait imaginé autant d’enfants et autant de prénoms (originaux) puisque, étant donné que pour certains ils ne sont juste qu’évoquer, on pourra être à même de se dire qu’il n’était pas nécessaire de les inventer, mettre d’autres personnages que l’on a déjà rencontrés pour « meubler ». Mais non, Michel Bussi prouve qu’il a imaginé très loin et très contentieusement dans les détails sa saga pour en faire quelque chose de tout à fait consistant et bien imaginé. Ainsi, puisqu’il y a une centaine d’enfants dans chaque clan, on a vraiment l’impression de les avoir tous rencontrés (ou au moins mentionnés) à un moment donné ! Et ce qui fait que l’on n’a pas de risque également de se mélanger les pinceaux dans les personnages, c’est qu’ils ont tous un trait de caractère bien distinctif, une caractéristique physique particulière ou une fonction spéciale. A travers leur comportement, leurs idéaux, leurs réflexions, il y en a certains pour lesquels on sera d’accord et qui nous paraîtrons agréable à suivre, quand d’autres nous paraîtrons plus détestables car plus immatures ou stupides.

L’histoire de N.E.O est extrêmement riche et tout le long du récit, l’auteur nous montre qu’il a réfléchit à beaucoup de choses pour créer un tel univers. Sans revenir sur la richesse des personnages, il y a plein d’interrogations au niveau logistique et faisabilité de survie d’enfants de 12 ans. Par exemple, comment peuvent-ils avoir accès à un minimum de culture et de connaissances pour savoir quels animaux manger, comment et quand les chasser, quelles plantes faire pousser et comment, savoir comment s’écoule le temps, comment avoir un minimum d’instructions scolaire, sans parler de tout ce qui a trait à l’accès aux énergies etc, sans qu’il y ait des adultes pour aider et construire un tel monde uniquement pour des enfants… Tout cela trouve réponse et fait partie intégrante de ce nouveau monde futuriste. Le thème global et général de tout ce récit s’inscrit dans une démarche portée sur l’écologie et il y a plein de petites « morales » à retirer de ce récit, des sujets qui nous interrogent quant au futur : accès aux ressources énergétiques, les modes de consommation impactant la nature et les animaux, accès à l’éducation, la place de la défense et de la guerre…

L’histoire est très bien rythmée puisque l’on oscille entre les deux clans, même si m’on aimerai certains parfois dans un clan plutôt que l’autre suivant nos préférences et suivant comment se termine le chapitre ! Les rebondissements et les révélations sont réguliers. Le fait d’avoir une partie de l’histoire qui va se déroulait en dehors des clans permet d’avoir une sorte de sauf-conduit qui sera finalement très pertinent pour l’histoire et l’intrigue et par laquelle de nombreuses interrogations et idées émergent pour la suite de la série.

En bref:

            Pour ce premier tome de la série N.E.O, Michel Bussi nous surprend très agréablement par un récit extrêmement bien ficelé et pensé sur des nombreux aspects et qui se déroule dans un univers incroyable. Par le biais de multiples paysages, on navigue dans un Paris futuriste où seuls deux clans d’enfants subsistent. Les personnages multiples et variés, très différents les uns des autres, apportent une vision assez complexe et complète de ce monde dans lequel les problèmes et les interrogations de vie de base trouvent leurs résolutions dans l’imagination de l’auteur qui a été au bout de ses réflexions pour créer quelque chose de consistant qui tient parfaitement la route. Les révélations dans cet univers post-apocalyptique s’enchaînent et l’on devine une sorte de morale écologique sous-jacente avec tout un pan de réflexions qui se soulève dans le premier tome de cette série, qui promet de belles surprises puisque les interrogations et les chemins possibles à prendre pour la suite sont nombreux, intéressants et intriguants.



2 commentaires:

  1. Le résumé donne super envie déjà et après avoir lu ton avis enjoué, j'essaierai de lire cette histoire ouiii !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui je conseille vivement car depuis que je l'ai lu, je dois avouer que l'histoire est resté gravé dans ma mémoire, elle a laissé son empreinte, chose que je ne l'étais pas rendue compte juste après la lecture. Donc pour moi, c'est signe que c'est une histoire marquante!

      Supprimer