Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


mercredi 16 septembre 2020

Même les méchants rêvent d'amour (Anne-Gaëlle Huon)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Le Livre de Poche (25 Mars 2020)
352 pages
ISBN-10: 2253262056
ISBN-13: 978-2253262053
Genre: Contemporain
Lu le: 18 Août 2020
Ma note: 16/20




Résumé/4ème de couverture:

Jeannine, 80 ans passés, a la mémoire qui s'effiloche. Les jours sont comptés avant que ses souvenirs plient bagage. Alors Jeannine fait des listes, toutes sortes de listes. Et surtout, elle consigne dans un carnet ce qu'elle n'a jamais osé raconter. L'histoire d'un secret, d'une rencontre, d'un mensonge. Elle se confie à Julia, sa petite-fille. Quand celle-ci la rejoint en Provence, elle découvre une maison de retraite très animée. Tandis que Jeannine semble déjà partie bien loin, le précieux carnet s'offre à Julia comme un cadeau du destin. Entourée d'une bande de joyeux pensionnaires, la jeune femme va tenter de faire la lumière sur les zones d'ombre du récit. Et lever le voile sur l'histoire d'amour bouleversante qui a marqué la vie de sa grand-mère. Et s'il n'était pas trop tard pour réécrire le passé ?

Mon avis:

            Dans « Le bonheur n’a pas de rides », Anne-Gaëlle Huon avait déjà façonné son récit auprès de personnes âgées, les véritables héros de ses histoires. Et ce nouveau titre, ne déroge pas à cette tradition et c’est ce que j’aime et que j’attends de retrouver. A travers les souvenirs d’une personne de 80 ans, on retrouve une histoire pleine d’amour en tout genre qui baigne dans des liens familiaux forts et emprunts de douceur et de tendresse. Une belle et jolie ode à nos grands-mères!

Points de vue/Critiques:

            En lisant le petit mot qu’Anne-Gaëlle Huon a imaginé lors de la sortie de ce livre, pleinement inspiré de sa grand-mère et en hommage à celle-ci, il nous donne le ton à ce récit. Ou plutôt la larme à l’oeil. Car oui, c’est un vibrant et émouvant hommage à sa mamie et sûrement à toutes les mamies. Les souvenirs, l’amour (et l’humour), les liens familiaux et la transmission sont autant de choses qui constituent un socle commun au bien-être et au développement d’un être humain. 

            Il est difficile de rentrer plus dans les détails de ce récit puisque c’est véritablement une généralité qui fait toute la beauté de cette histoire. Face à la vieillesse, la mémoire décline et souvent bine trop rapidement. D’où l’importance de transmettre: ses valeurs, ses envies, ses regrets ou une simple vérité. Pour allier mémoire et transmission, Jeanine va ainsi écrire un carnet que sa petite-fille découvrira qu’elle a été la jeune fille, la femme et la mère qu’à été Jeanine avant d’être sa mamie. La découverte d’un tel carnet est à la fois intimiste et très touchant. Ces extraits de carnets sont un voyage dans le temps qui nous rappelle que derrière toute personne âgée, il y a eu une jeune personne de vingt ans qui a vécu, ri, dansé, rêvé… 

            Dans toute cette atmosphère ouatée, l’autrice n’oublie pas d’y ajouter une bonne dose d’humour. Elle nous raconte ainsi, le quotidien des maisons de retraite avec beaucoup d’humour et de la joie, loin de tous les préjugés que l’on peut avoir à leur sujet. On découvre ainsi une mamie geek totalement à l’aise avec les ordinateurs, des vieux copains qui refont chaque jour les mêmes blagues pour garder quotidiennement cette joie ambiante ou encore la volonté de lancer une micro-entreprise de vente sur Internet. Rien n’arrête toutes ces personnes tournées à la fois vers leurs souvenirs dans leur passé mais aussi vers l’avenir dans leurs projets.

En bref:

            Dans cette nouvelle histoire, Anne-Gaëlle Huon fait de nouveau la part belle aux personnes âgées. En hommage à sa grand-mère, ce récit est forcément emprunt d’une grande et belle sensibilité, auquel s’ajout de la tendresse et de la douceur. Elle nous permet de nous rappeler que les grands-parents sont des puits et des réservoirs d’histoires du passé dont il ne faut pas avoir peur de découvrir tant qu’il est encore temps. Ainsi, à travers le carnet de Jeanine qui contient tout ses souvenirs qui s’effritent peu à peu, sa petite-fille va la redécouvrir et connaître la jeune fille, la femme et la mère qu’elle a été avant d’être sa mamie. Les souvenirs, l’amour, les liens familiaux et la transmission, sans oublier l’humour dans les maisons de retraite qui permet de casser les codes, sont autant de thèmes abordés nécessaires à tout homme et femme. 

Autour du livre:

De la même autrice:
   Le bonheur n’a pas de rides (<— chronique à retrouver ici)

2 commentaires:

  1. Cette histoire a l'air aussi fun que touchante, tu en parles si bien !! Hâte de découvrir les récits de cette autrice :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup! C'est tout à fait ça: fun et touchant, et dans le même registre, je te conseille très fortement "les sales gosses"!!!

      Supprimer