Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


mardi 15 septembre 2020

Les aérostats (Amélie Nothomb)







Nationalité de l’auteur: Belge
Editions Albin Michel (19 Août 2020)
175 pages
ISBN-10: 222645408X
ISBN-13: 978-2226454089
Genre: Contemporain
Lu le: 11 Août 2020
Ma note: 16/20




Résumé/4ème de couverture:

"La jeunesse est un talent, il faut des années pour l'acquérir"

Mon avis:

            Je ne peux pas dire que je suis une fan de l’autrice, mais en ayant lu ses plus grands succès, j’étais curieuse de découvrir son nouveau livre, puisque l’occasion m’en a été donné avec la rentrée littéraire d'Albin Michel. Même si je suis loin d’avoir lu tous ses ouvrages, je pense qu’il est toujours difficile d’expliquer l’histoire de chacun des romans et d’y émettre un avis, tant l’écriture et les thèmes abordés sont faits de manière particulière. A l’image du résumé de 4ème de couverture qui en dit très peu, « Les aérostats » ne déroge pas à la règle. Malgré cela et sans forcément avoir la capacité de le décortiquer comme il se doit, j’ai lu ce nouveau roman d’une traite et j’ai passé plutôt un bon moment. 

Points de vue/Critiques:

            Avec son très faible nombre de pages et sa typographie très grossière, on ne peut pas dire que ce nouveau roman soit très prolifique et dense. Je l’ai personnellement lu d’une seule traite, d’autant plus que l’histoire est quasi totalement faite de dialogues, ce qui donne encoure moins de corps au texte. 

            Dans cette histoire, Amélie Nothomb met en avant le pouvoir de la littérature qui peut fortement influencer la jeunesse. Pour cela, nous découvrons une jeune femme, Ange, qui sera appelée dans une famille bourgeoise afin de donner des cours particulier au fils de la famille, Pie, qui est dyslexique. On découvre dans ce dernier un jeune homme très mature, voire sûrement en avance sur son âge, presque un surdoué. Son discours, son élocution et ses réflexions sont très adultes et cette précocité soupçonnée coïncideraient avec le fait qu’il soit dyslexique et qu’il soit quasiment incapable de lire un livre. Avec sa manière de s’exprimer qui n’est pas criante de vérité, il est difficile de s’attacher à Pie qui serait presque un personnage auquel on ne peut pas croire. Mais avec son handicap et ses actions futures dans le récit, il y a finalement une certaine logique et l’on peut en conclure que l’on ne peut pas comprendre des esprits beaucoup plus développé (et peut-être trop) qui suscitent constamment des surprises. Là où j’ai eu beaucoup plus de mal à croire aux choses, c’est le fait que Ange donne un roman entier à lire à Pie pour le lendemain, sans aucune méthode ou apprentissage particulier et que Pie soit arrivé à lire le lire intégralement malgré sa dyslexie. Il est vrai qu’avec une histoire qui soit intéressante et/ou passionnante, la lecture est plus facile, mais face à un handicap comme la dyslexie, cela ne se fait pas aussi aisément et rapidement. 

            On retrouve donc dans cette histoire de nombreuses références littéraires, surtout classiques comme l’Iliade et l’Odyssée. Les réflexions qui en découlent entre Pie et Ange sont donc très intéressantes et l’on assiste presque à un vrai cours de littérature au confins parfois de la philosophie. Si cela peut faire peur, lorsque les sujets sont bien amenés au travers d’un échange et en prenant des oeuvres littéraires comme supports, tout ceci est beaucoup plus vivant et concret. 

En bref:

            Avec une plume toujours aussi nerveuse et incisive, Amélie Nothomb publie cette année « Les aérostats » qui fait la part belle à la littérature. En effet, à travers un duo de jeunes gens, professeur particulier et élève dyslexique, et par le biais moult dialogues très riches, l’autrice démontre le pouvoir des livres, la puissance de la lecture, et l’enrichissement que peuvent apporter des oeuvres littéraires classiques. Elle montre ainsi que la littérature peut être une véritable clé pour s’affranchir de soi et s’ouvrir au monde. Ces thèmes abordés font en sorte d’apporter beaucoup de réflexions très intéressantes que l’on attendrait d’un véritable cours de littérature. La précocité et la maturité de Pie est parfois déconcertante mais trouve une certaine logique. On notera tout de même une fin brutale et assez décousue difficile à expliquer. 

2 commentaires:

  1. J'ai lu deux romans de cette autrice qui m'ont beaucoup plu ! Les hérostats me fait bien de l'oeil, les thèmes abordés m'intéressent bien : dyslexie, la littérature,... Merci pour cette belle chronique, trop un plaisir de te lire !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et un plaisir de lire tes commentaires réguliers et fidèles au rdv! ;)
      Oui pour ce nouveau livre de l'autrice, tu connais maintenant les thèmes car sinon c'est pas dit! lol

      Supprimer