Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


jeudi 24 septembre 2020

La sirène et le scaphandrier (Samuelle Barbier)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Pocket (18 Juin 2020)
numéro 17961
256 pages
ISBN-10: 2266309943
ISBN-13: 978-2266309943
Genre: Contemporain
Lu le: 28 Août 2020
Ma note: 17/20



Résumé/4ème de couverture:

Nous avons tous une histoire à raconter. Êtes-vous prêts à entendre la mienne ?"
"Nous avons tous une histoire à raconter. Êtes-vous prêts à entendre la mienne ? J'ai été élevé dans les marécages du sud-est du Texas, sur ces terres rouges où règnent les vrais Cajuns. Maintenant que je suis "en cage', je passe le plus clair de mon temps à imaginer ce qui se passe à l'extérieur. " Zach 

New York. Zach est enfermé dans une cellule, il paie sa dette à la société. 
Londres. Hanna est enfermée, elle aussi. Elle vit recluse dans son appartement, incapable d'en franchir le seuil. 
Poussée par son psychologue, elle s'inscrit à un programme pour correspondre avec des prisonniers et fait la connaissance de Zach, qui attire son attention dès ses premiers mots. Et s'il offrait à Hanna une liberté qu'elle pense hors de portée ?

Mon avis:

            « La sirène et le scaphandrier » c’est le roman feel-good idéal pour l’été (il mérite ainsi bien son prix) puisque c’est une histoire merveilleuse, une belle ôde à l’amour et au bonheur. Même si ces thèmes récurrents en feel-good, ici cela fonctionne parfaitement, étant donné que l’on ne tombe pas les sentiments dégoulinants peu crédibles et que l’histoire avance rapidement. Et avec un système d’échanges de lettres entre les deux protagonistes, on tombe sous le charme de leurs échanges qui procure une lecture très rapide et prenante.

Points de vue/Critiques:

            Zach et Hanna vivent sur deux continents différents et sont tous les deux prisonniers… mais pas de la même manière. Alors que le premier purge une peine de prison à New York, la deuxième souffre de terribles phobies qui ne l’a font pas sortir un seul pied de chez elle à Londres. Et grâce à un programme spécial qui va les mettre en lien par l’intermédiaire d’échanges épistolaires, ils vont se soutenir et chacun d’entre eux va apprendre à revivre.

            Le fait qu’il y ait ces échanges épistolaires entre détenus et personnes inconnues hors prison, j’avais un peu peur du côté glamourisation de la prison. Mais la personnalité de Zach permet d’échapper à cela puisque même si physiquement et pénalement il correspond au cliché que l’on peut se faire d’un prisonnier, on se rend compte que son caractère et son intelligence l’élève au-dessus de son statut. Sa manière d’écrire ses lettres et ses sujets de discussion font en sorte que l’on ne peut être que touché par son authenticité, sa conscience et ses réflexions. C’est finalement plus Hannah que j’ai eu du mal en cerner, notamment dans la première partie du roman, où l’on découvre une jeune femme qui s’enclave totalement chez elle. On a du mal à comprendre d’où vient ce mal-être profond et encore plus comment elle peut arriver du jour au lendemain à sortir véritablement hors de son appartement pour aller se balader dans la rue après que Zach l’ai mise au défi dans une de ses lettres alors qu’elle avait précédemment déjà tenté, avec échec, des petites incursions dans son couloir. Cela fait parti de ces petites choses mineures qui se déroulent rapidement, au rythme général du récit

            Les échanges entre Hannah et Zach s’écoulent sur de nombreux mois mais en moins de 300 pages, l’autrice a dynamisé son récit en faisant en sorte qu’il n’y a pas de temps morts ou contemplatifs qui auraient donné de la niaiserie aux bons sentiments des protagonistes. Ils vont d’ailleurs constater qu’ils sont différents, mais qu’ils attendent finalement la même chose de la vie, qu’ils aspirent aux mêmes bonheurs simples et ils sont les premiers surpris par leurs confessions tant ni l’un ni l’autre ne correspond à ce que l’autre attendait. Au fil des lettres, ils vont ainsi se confier, se dévoiler et se livrer comme jamais ils n’ont su le faire avec personne d’autre. 

            Cette proximité difficile à expliquer malgré les milliers de kilomètres va faire en sorte que les évènements vont s’enchaîner et l’on retrouve donc une histoire qui va finalement assez vite. Les sentiments vont également rapidement évolué mais tout ceci s’effectue avec une certaine simplicité conférant une beauté et une sensibilité certaine. 

En bref:

            Des milliers de kilomètres séparent « La sirène (Hanna) et le scaphandrier (Zack)» mais tout deux se retrouvent enfermés d’une manière différente. Par le biais du hasard et d’échanges épistolaires, ils vont se soutenir mutuellement et apprendre à revivre. Malgré leurs différences, ils se surprennent par leurs confessions et leurs sentiments vont évoluer. Leur histoire évolue alors dans une certaine simplicité empreinte d’une belle sensibilité et d’une beauté certaine. Même si certaines petites choses passent rapidement, on apprécie le fait que le récit avance assez vite ce qui évite d’avoir le côté dégoulinant des sentiments. Ce roman mérite donc son prix car c’est un excellent feel-good pour l’été, une histoire merveilleuse, une belle ôde à l’amour et au bonheur. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire