Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


mercredi 9 septembre 2020

La fièvre (Sébastien Spitzer)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Albin Michel (19 Août 2020)
311 pages
ISBN-10: 2226441638
ISBN-13: 978-2226441638
Genre: Historique
Lu le: 11 Août 2020
Ma note: 16/20




Résumé/4ème de couverture:

Memphis, juillet 1878. En pleine rue, pris d'un mal fulgurant, un homme s'écroule et meurt. Il est la première victime d'une étrange maladie, qui va faire des milliers de morts en quelques jours.
Anne Cook tient la maison close la plus luxueuse de la ville et l'homme qui vient de mourir sortait de son établissement. Keathing dirige le journal local. Raciste, proche du Ku Klux Klan, il découvre la fièvre qui sème la terreur et le chaos dans Memphis. Raphael T. Brown est un ancien esclave, qui se bat depuis des années pour que ses habitants reconnaissent son statut d'homme libre. Quand les premiers pillards débarquent, c'est lui qui, le premier, va prendre les armes et défendre cette ville qui ne voulait pas de lui.
Trois personnages exceptionnels. Trois destins révélés par une même tragédie.
Dans ce roman inspiré d'une histoire vraie, Sébastien Spitzer, prix Stanislas pour Ces rêves qu'on piétine, sonde l'âme humaine aux prises avec des circonstances extraordinaires. Par delà le bien et le mal, il interroge les fondements de la morale et du racisme, dévoilant de surprenants héros autant que d'insoupçonnables lâches.
Mon avis:

            Malgré son très beau succès avec « Ces rêves qu’on piétine », je n’avais pas du tout aimé ce livre, de part son histoire et la plume de l’auteur, c’est pourquoi j’étais quelque peu « fâchée » avec Sébastien Spitzer. Mais grâce à la rentrée littéraire chez Albin Michel et grâce à ma copine Flo, j’ai demandé à recevoir ce livre dont le synopsis était intéressant et qui résonne avec l’actualité sanitaire actuelle. Et avec « La fièvre », on peut dire que je suis réconciliée puisque je ressors de cette lecture totalement conquise: l’histoire et la plume m’ont beaucoup plu, tout le contraire d’avec « Ces rêves qu’on piétine ».

Points de vue/Critiques:

            L’histoire de ce roman revient sur une histoire vraie: celle de l’épidémie de fièvre jaune à Memphis au 19ème siècle. C’est donc un sujet qui fait incontestablement écho à l’épidémie actuelle de Covid-19 et l’on se rend compte que, même si quelques siècles séparent ces deux fléaux, les méthodes de propagation et d’enrayage restent les mêmes, quelque chose d’assez basiques malgré l’apport des nouvelles technologies et l’essor de la médecine. Ainsi, certaines personnes sont contaminées et pas d’autres, certains s’en sortent alors que d’autres meurent, des contacts rapprochées semblent véhiculés la maladie et l’isolement et l’hygiène de base semblent limiter la propagation de la maladie dont on ne connaît finalement rien et dont on attend des informations et des certitudes. Sans entrer dans un jeu de psychose ou de peur de la maladie, Sébastien Spitzer a parfaitement su retranscrire la vie de Memphis lors de cette épidémie.

            Et c’est en se concentrant sur 3 ou 4 personnages que l’auteur a pu montrer les actions et les répercussions de la maladie sur la population. Ainsi, sans se disperser, l’auteur a pu se concentrer sur l’aspect humain et sur les différentes actions héroïques qui ont permis à leur niveau de limiter la maladie. Qu’il soit tenancière de maison close, journaliste ou soldat et ancien esclave, tous vont jouer un rôle important. Et ces personnages venant d’horizons aussi différents, vont finalement avoir un lien les uns aux autres. Le fait de ne pas avoir des histoires distinctes entre chacun des personnages permet de les unir de façon plus accentuée que la maladie seule et d’apporter quelque chose qui englobe le tout. 

            La plume de l’auteur dans ce livre m’a paru totalement opposée à celle de « Ces rêves qu’on piétine ». En effet, dans ce dernier, j’ai le souvenir d’avoir lu quelque chose de très alambiqué et complexe dans les structures de phrases et dans les mots employés. Ici c’est tout le contraire. On retrouve davantage de phrases simples voire trop simples et trop courtes, sans construction, donnant parfois un récit haché. 

En bref:

            Sans distiller de peur ou de leçons, Sébastien Spitzer raconte dans « La fièvre » un fait historique sanitaire et réel qui ne peut faire qu’écho avec la crise sanitaire actuelle. On se retrouve ainsi à Memphis, au 19ème siècle, en pleine épidémie de fièvre jaune. Et c’est au travers de trois personnages venant d’horizons bien différents que l’auteur s’intéresse avant tout à l’aspect humain et héroïque qui ont permis d’enrayer la propagation de la maladie à leur niveau. Ils seront tous liés les uns aux autres d’une certaine façon, faisant en sorte d’avoir un récit romanesque passionnant. 

Autour du livre:

Du même auteur:
   Ces rêves qu’on piétine (<— chronique à retrouver ici)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire