Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


jeudi 3 septembre 2020

Eclats & Cicatrices




ÉCLATS, TOME 1

Scénario et Illustrations: Erik de Graaf
Nationalité de l’auteur: Hollandaise
Editions Champaka (21 Août 2020)
264 pages
ISBN-10: 2390410103
ISBN-13: 978-2390410102
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 8 Août 2020
Ma note: 15/20



Résumé/4ème de couverture :

Un an après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Esther et Victor, anciens amants, se retrouvent dans un cimetière. Ils ne se sont plus revus depuis l'invasion des Pays-Bas par les troupes hitlériennes. Tous deux sont marqués par les années de guerre qu'ils tentent, vaille que vaille, de se transmettre en mots. Leurs récits, chargés en émotion, portent sur les choix ? souvent impossibles ? qu'ils ont dû faire, les êtres chers qu'ils ont perdus et, surtout, la bataille qu'ils ont menée avec leur conscience. Des amis proches ont en effet opté pour la résistance, d'autres pour le Front de l'Est. Sans oublier qu'Esther est Juive.Éclats est la première partie de cette histoire sur la perte. Perte de l’innocence, des rêves, de la jeunesse et, bien sûr, de la liberté.




CICATRICES, TOME 2


Scénario et Illustrations: Erik de Graaf
Nationalité de l’auteur: Hollandaise
Editions Champaka (21 Août 2020)
264 pages
ISBN-10: 2390410111
ISBN-13: 978-2390410119
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 9 Août 2020
Ma note: 15/20


Résumé/4ème de couverture :

Un an après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Esther et Victor, anciens amants, se retrouvent dans un cimetière. Ils ne se sont plus revus depuis l'invasion des Pays-Bas par les troupes hitlériennes. Tous deux sont marqués par les années de guerre qu'ils tentent, vaille que vaille, de se transmettre en mots. Leurs récits, chargés en émotion, portent sur les choix ? souvent impossibles ? qu'ils ont dû faire, les êtres chers qu'ils ont perdus et, surtout, la bataille qu'ils ont menée avec leur conscience. 
Des amis proches ont en effet opté pour la résistance, d'autres pour le Front de l'Est. Sans oublier qu'Esther est Juive. Cicatrices clôt le diptyque.

Mon avis:

Dans ce dyptique de bande-dessinée, Erik De Graaf présente une histoire d’amour sur fond de Deuxième Guerre Mondiale en Hollande. Lorsque deux amoureux se retrouvent après la guerre, tout a inévitablement changé : les choses comme les sentiments. Gêne et incompréhension font donc partis de leur rendez-vous commun au cimetière lorsqu’ils se racontent leur vie durant les six ans qu’ils ne se sont pas revus.

La moitié de ces tomes sont donc consacrés aux souvenirs de guerre des deux protagonistes. Il est vrai que dans ces moment-là, la chronologie des évènements n’est pas toujours claire à appréhender puisqu’elle n’est ne suit pas toujours le fil des années mais heureusement la date est rappelée au début du souvenir. Connaître l’aspect historique, à savoir la Seconde Guerre Mondiale du point de vue de la Hollande est vraiment intéressant puisque l’on apprend que ce petit pays a participé au conflit comme de nombreux autres (petits) pays européens, alors que l’on apprend et que l’on ne retient en général que les pays majeurs.

L’autre moitié de l’histoire se concentre sur le présent avec les retrouvailles des deux personnages. C’est dans ces pages que le texte va plutôt laisser place au « dialogue » propre des illustrations pour mieux mettre en lumière les émotions. On se rend donc bien compte que la guerre n’a pas seulement laissé des traces et des dégâts matériels et qu’elle a aussi détruit psychologiquement des personnes survivantes. 

Les illustrations sont assez décevantes et ne sont pas l’atout majeur de ces ouvrages. En effet, le trait est très épais et très simpliste, tout comme la colorisation et les contours sont lisses. Emotions et nuances ne sont pas de mises. On retrouve plutôt quelque chose de froid, de figé, de numérique et d’industriel. Un autre point majeur qui manquerait peut-être pour étoffer l’histoire et apporter plus de poids et de compréhension, c’est le fait de ne pas avoir de voix-off.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire