Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


dimanche 30 août 2020

Un jardin en Australie (Sylvie Tanette)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Le Livre de Poche (29 Avril 2020)
numéro 35746
168 pages
ISBN-10: 2253934127
ISBN-13: 978-2253934127
Genre: Contemporain
Lu le: 2 Août 2020
Ma note: 15/20



Résumé/4ème de couverture:

Au début des années trente, en Australie. Contre l'avis de sa famille, Ann choisit de suivre son mari dans un bourg reculé du centre du pays. Là, en bordure de désert, elle conçoit le projet insensé d'entourer sa maison d'un verger luxuriant.
Soixante-dix ans plus tard, une jeune Française, Valérie, crée dans la même région un festival d'art contemporain. Sur un coup de tête, elle s'installe avec son compagnon dans une maison délabrée mais pleine de charme, cachée au fond d'un enclos envahi de ronces, et y attend bientôt un enfant. Alors qu’à trois ans la petite Elena ne parle toujours pas, Valérie, inquiète, décide de faire revivre avec elle ce qui reste du jardin d'Ann...

Mon avis:

Je ne connaissais pas du tout ce titre, mais si cela parle de jardin et d’Australie, comme le laisse logiquement penser le titre, je me suis dit que tout été fait pour me plaire. Et quand en plus, il est question de deux femmes, à deux époques différentes, cela ajoute la petite touche d’intérêt supplémentaire. On retrouve donc un peu l’univers de Tamara McKinley, et l’on passe donc un bon moment de lecture. Mais en seulement 168 pages, c’est un récit malheureusement beaucoup trop court pour s’imprégner et s’attacher pleinement à l’histoire d’Ann et de Valérie. Tout reste assez en surface et ce livre pourrait être une introduction à un livre que l’on imagine beaucoup plus gros et développé !

Points de vue/Critiques:

            Toutes les bases de ce roman sont parfaitement attrayantes : une ferme au fin fond de l’Australie sauvage pourvu d’un immense et atypique jardin et deux femmes que l’on suit à deux époques différentes et reliées par ce fameux jardin avec l’une à l’histoire familiale et coloniale très intéressante et l’autre confrontée aux problèmes familiaux actuels du quotidien. Avec toute cette richesse de base, on se dit que le destin de ces deux femmes est romanesque et que quelque chose de plus fort et profond peut les relier.

On découvre ainsi Valérie et son mari, des expatriés français, qui ont une petite fille de 3 ans qui ne parle pas et qui achète cette maison abandonnée pour y construire leur vie de famille. Mais entre la routine quotidienne, l’éloignement avec leurs familles, leur isolement dans cette ferme, la solitude de Valérie, femme au foyer et le problème de leur fille à gérer, la vie de famille au cœur de la beauté Australienne n’est pas si idyllique.  Et puis, on découvre aussi Ann, qui est présente dans le récit comme une sorte de fantôme, voyant l’arrive de Valérie et sa famille dans sa maison et son jardin et qui va ainsi raconter comment elle et son mari, venant d’une riche famille, ont choisi de s’installer à l’écart de tout et tout le monde dans cette petite maison dans les années 30. Ann va alors dévoiler comment elle s’est occupé quotidiennement avec ce défi en tête de faire un jardin incroyable. Car on ne parle pas d’un simple jardin avec quelques plantes et quelques arbres. Ann s’est réellement investit personnellement et financièrement dans l’élaboration d’un jardin exceptionnel : apprentissage général de l’horticulture à travers des livres, croisement d’espèces, importation d’arbres inconnus et inadaptés au climat Australien, emploi de personnel… Ce jardin est une véritable dévotion pour Ann qui s’y est épanouie, qui a fait sa richesse et qui est la seule chose qu’elle ait laissé derrière elle à sa mort. Alors lorsque la petite maison est rachetée, elle espère, tout comme le lecteur, que ce jardin sera tout aussi bénéfique pour Valérie et sa fille.

            L’autrice décrit parfaitement ce jardin et la vie de ces deux femmes. Mais les thématiques sont tellement intéressantes et passionnantes que l’on aimerait voir plus de développement. Ce sentiment de trop peu se retrouve aussi dans le fait que le lien entre Ann et Valérie reste cantonné au jardin, mais il y avait matière à ce qu’il y ait plus de similitudes, ou même accentuer les recherches pour que Valérie connaisse davantage Ann. Enfin, il y a de nombreuses choses qui restent tout de même en suspens (notamment avec le mutisme de la fille de Valérie) puisque le récit se termine franchement et brutalement, comme un cheveu sur la soupe. On ressort ainsi plutôt frustrée de cette lecture, qui est tellement intéressante et riche, que l’on imagine et espère une quantité de choses. On a donc l’impression d’avoir eu un aperçu, un préquel, une introduction d’un livre façon saga familial historique qui ferait plus de 500 pages !

En bref:

En suivant Ann et Sylvie, chacune à son époque, dans cette petite maison isolée au fin fond du bush Australien, on va suivre la volonté d’indépendance de deux femmes qui veulent avancer à contre-courant de leur famille et de la société. Malgré les difficultés, elles vont s’accrocher à leur choix de vie et à leur liberté, et c’est à travers l’élaboration d’un jardin exceptionnel, qui deviendra un symbole et un lien, qu’elles vont diriger leurs efforts. La vie de chacun des deux femmes est intéressante à suivre, tout comme la construction de ce jardin qui est un vrai défi horticole. Il y a donc énormément de bases riches et passionnantes pour construire une histoire romanesque familiales sur deux époques. Cependant, la brièveté du livre fait en sorte que l’on ne pas au bout des choses, que ce soit dans la vie d’Ann et de Sylvie ou dans ce qui peut les relier. La fin nous coupe l’herbe sous le pied, de nombreuses questions restent en suspens. On pourrait appréhender ce livre comme un préquel ou une introduction à une histoire beaucoup plus développée.

Autour du livre:

Fait parti de la sélection du mois d’Août pour le Prix des Lecteurs Livre de Poche 2020

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire