Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


jeudi 23 juillet 2020

La vie en ose (Lisa Azuelos)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Belfond (11 Juin 2020)
219 pages
ISBN-10: 2714493130
ISBN-13: 978-2714493132
Genre: Contemporain
Lu le: 28 Juin 2020
Ma note: 16/20




Résumé/4ème de couverture:

Alice, 53 ans, fraîchement divorcée, vient de voir sa fille, la petite dernière, quitter la maison. Elle décide d’entamer un nouveau chapitre de sa vie. Elle doit se faire engager comme styliste d’intérieur, son rêve depuis toujours. Mais rien ne se déroule comme prévu, et elle se retrouve vendeuse dans une boutique de déco. Après un week-end de déprime passé à binger sur son canapé, le cheveu gras, elle décide qu’elle alignera sa nouvelle vie sur le mantra de Walter White, le héros de Breaking Bad : « L’ennemi, c’est la peur. » À partir de maintenant, elle sera celle qu’elle n’a jamais osé être : elle-même.

Mon avis:

            Si l’on a plutôt tendance à connaître Lisa Azuelos pour ses films, on la connaît peut-être un peu moins pour ses livres, même si dans ce dernier opus « La vie en ose », elle revient sur cette thématique qu’est le syndrome du nid vide. Dans ce petit roman, on va suivre la nouvelle vie d’Alice et ce n’est pas seulement le rôle de maman qui est mis en avant. On retrouve d’autres thématiques qui enrichissent la vie d’une femme et surtout, sous ses allures de développement personnel, on va à l’essentiel. C’est frais, inspirant et drôle!

Points de vue/Critiques:

            Alice va voir sa vie bouleverser par de multiples choses qui arrivent à chacun d’entre nous quotidiennement et qui pourraient s’apparenter au déroulement normal d’une vie. Mais lorsque tout cela arrive plus ou moins en même temps, les repères s’écroulent et il faut alors se trouver un nouvel élan, une nouvelle vie. Et pour cela, il faut parfois se donner un coup de pied au derrière, ou plus simplement, oser!!! Oui, oser! Et cela, s’applique pour tout et n’importe quoi. Oser se lancer dans de nouveaux projets même si cela ne coïncide pas avec un métier normé et rémunérateur, oser rencontrer de nouvelles personnes pour se créer de nouvelles amitiés ou une nouvelle vie amoureuse, et même oser dire ce que l’on pense sans que cela soit méchant et s’affranchir des codes sociaux et/ou professionnels qui nous empêchent bien souvent d’extérioriser sa personnalité, au profit d’une simple politesse due à chacun d’entre nous.
C’est donc à travers toutes ces petites choses que Lisa Azuelos à créer ce récit qui mélange très bien le côté développement personnel, sans que ce dernier resurgisse et qu’il prenne le pas sur l’histoire. 

            N’étant pas personnellement concernée par le fait de voir ses enfants partir du domicile pour qu’ils puissent vivre leur vie d’adulte, autrement appelé le syndrome du nid vide, je pensais être plutôt spectatrice de l’histoire d’Alice qui vit ce moment dans sa vie et qu’il me serait donc difficile de m’identifier à ce personnage. J’appréhendai quelque peu ce côté. Mais force est de constater que ce n’est finalement pas le sujet principal de l’histoire d’Alice. Ce syndrome n’est qu’un des éléments déclencheurs du changement de vie d’Alice et pour mettre en lumière le fait d’oser. Mais ce que j’ai particulièrement apprécié dans cette histoire, ce sont les multiples thématiques abordés dans le fait d’avoir le courage d’oser: l’amour, le travail mais aussi l’amitié. Alice reste sur les rails de sa nouvelle vie et n’hésite pas à chambouler, voire à faire voler en éclats, par exemple une vieille amitié, puisqu’elle se remet en question et remet en question ce qui l’entoure et qui ne correspond pas à son nouvel épanouissement. Ainsi on montre que ce qui est vieux et acquis n’est pas synonyme de bénéfique et cette remise en question et les agissements consécutifs alimentent cette façon d’oser et c’est une chose que j’ai beaucoup apprécié.

            Pour exposer toutes ces choses, nous avons (seulement) un récit de 220 pages. Autant dire alors que Liza Azuelos va au coeur des choses, en s’affranchissant de détails et de descriptions de paysages etc… Puisque ce n’est pas le but de ce roman (et peut-être peut-on mettre cela en relation avec le fait de réaliser des films et d’écrire des scénarios qui sont, je pense, des choses que l’on imagine avant tout dans l’action), la dynamique est parfaite et le moment de lecture est d’autant plus plaisante.

En bref:

            Avec son très joli et très parlant titre « La vie en ose », Lisa Azuelos nous offre uns très jolie histoire dans laquelle se mêle harmonieusement le feel-good à celui du développement personnel, qui intervient tout le long du récit mais avec subtilité. Grâce au personnage d’Alice, qui est à de multiples carrefours de sa vie, on va suivre une sorte de reconstruction ou plutôt une nouvelle construction de vie tournée vers le fait d’avoir le courage d’oser. Et d’oser quelque soit les circonstances et le domaine. Ainsi, travail, amour et amitié changent dans la vie d’Alice qui a tout simplement pris l’initiative de s’affranchir de différents diktats et d’oser. Oser vivre sa vie. En allant directement au coeur des choses, il émane beaucoup d’espoir et de douceur dans ce récit au sujet d’une vie insoupçonnée, qui prend un angle différent parce que l’on a décidé d’inverser simplement un curseur. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire