Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


mercredi 17 juin 2020

Le livre des Baltimore (Joël Dicker)






Nationalité de l’auteur: Suisse
Editions de Fallois
Collection Poche (1 mars 2017)
593 pages
ISBN-10: 2877069737
ISBN-13: 978-2877069731
Genre: Contemporain
Lu le: 31 Mai 2020
Ma note: 16/20



Résumé/4ème de couverture:

Jusqu'au jour du Drame, il y avait deux familles Goldman. Les Goldman-de-Baltimore et les Goldman-de-Montclair. Les Goldman-de-Montclair, dont est issu Marcus Goldman, l'auteur de La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert, sont une famille de la classe moyenne, habitant une petite maison à Montclair, dans le New Jersey. Les Goldman-de-Baltimore sont une famille prospère à qui tout sourit, vivant dans une luxueuse maison d'une banlieue riche de Baltimore, à qui Marcus vouait une admiration sans borne. Huit ans après le Drame, c'est l'histoire de sa famille que Marcus Goldman décide cette fois de raconter, lorsqu'en février 2012, il quitte l'hiver new-yorkais pour la chaleur tropicale de Boca Raton, en Floride, où il vient s'atteler à son prochain roman. Au gré des souvenirs de sa jeunesse, Marcus revient sur la vie et le destin des Goldman-de-Baltimore et la fascination qu'il éprouva jadis pour cette famille de l'Amérique huppée, entre les vacances à Miami, la maison de vacances dans les Hamptons et les frasques dans les écoles privées. Mais les années passent et le vernis des Baltimore s'effrite à mesure que le Drame se profile. Jusqu'au jour où tout bascule. Et cette question qui hante Marcus depuis : qu'est-il vraiment arrivé aux Goldman-de-Baltimore ?

Mon avis:

            La sortie du tout dernier livre de Joël Dicker m’a permis de faire sonner la clochette dans ma tête pour me signaler que j’avais toujours le tome 2 des aventures de Marcus Goldman dans ma PAL. « Le livre des Baltimore » peut très bien se lire indépendamment et s’inscrit plutôt dans un registre contemporain et non dans un thriller comme pour le premier tome. Malgré une temporalité assez difficile à suivre, on ne voit pas les pages de ce pavé défiler et l’on se prend au jeu de cette histoire de famille qui bascule du tout au tout, tout en retrouvant la plume fluide de Joël Dicker. 

Points de vue/Critiques:

            « Le livre des Baltimore » nous raconte l’histoire d’une famille, celle des Goldman. Une partie vie à Baltimore dans la réussite et l’opulence et l’autre vit plus modestement à Montclair. Malgré ces différences de qualité de vie, chaque famille est composée d’un fils du même âge: les cousins Marcus et Hillel grandissement donc étroitement comme des frères. Jusqu’à l’arrivée de Woody…

            Le narrateur de l’histoire est Marcus lui-même, qui s’adresse parfois directement au lecteur. Ce procédé permet d’immerger pleinement le lecteur dans le récit comme s’il y était un acteur. Ainsi, Marcus construit l’histoire de sa famille en nous annonçant dés le début qu’il y a eu un évènement majeur dans l’histoire des Goldman, qui a fait tout basculé et s’effondrer ce bel équilibre, intitulé « le Drame » avec un D majuscule. Voilà comment introduire un petit élément pour vous faire tenir un haleine une histoire contemporaine de famille! Joël Dicker a donc l’art de nous faire attendre, espérer et essayer de comprendre. Il sait mener le suspense et maintenir le lecteur en haleine pour que l’on ait envie de tourner plus encore les pages pour savoir!

            La construction du récit est un peu difficile à suivre. Les différentes grandes parties sont clairement identifiées et suivent logiquement la croissance du « gang des Goldman » allant de leur plus tendre enfance jusqu’à leur âge adulte en passant par leurs années universitaires. Néanmoins, dans chaque partie, on oscille sans réelle distinction entre le Marcus du présent et les flashbacks qui permettent de faire la lumière sur toute l’histoire des Goldman. Le plus difficile est le fait que Marcus raconte tous les évènements en prenant comme référence J0, le Drame. Ainsi, notamment pour les évènements postérieurs à ce Drame, entre les différents lieux de vie de Marcus qui revient régulièrement sur ses terres natales, il est difficile d’établir une temporalité claire et nette. Si parfois cela m’a dérangé et n’est pas bien remis les évènements à leur place, j’ai fait abstraction. Je pense qu’il ne faut pas se focaliser sur les éléments de temps, d’autant plus que l’on arrive assez facilement à se recontextualiser en suivant l’histoire. 

            A travers les différents niveaux de vie de deux parties de la famille Goldman, l’auteur démontre avant tout l’importance des apparences, des non-dits et des secrets qui faussent complètement les relations lorsque chacun n’ose pas dire les choses. Ainsi, un simple évènement, aussi insignifiant soit-il, peut tout faire basculer: c’est l’effet papillon. Et pour arriver à ces conséquences désastreuses, les relations et les évènements sont relatés subtilement et habilement pour mieux prendre le lecteur dans la toile très imbriquée de la famille Goldman. 

En bref:

            « Le livre des Baltimore » de Joël Dicker reprend le personnage de Marcus Goldman mais s’inscrit cette fois-ci dans un registre plutôt contemporain puisqu’il s’agit ici d’une grande fresque familiale, belle et tragique à la fois. En prenant le lecteur à partie, Marcus nous raconte toute l’histoire de sa famille. Le Drame qui les a touché est énoncé dés le début et maintient un suspense haletant. De plus, cet évènement est utilisé comme point de repère temporel: les différents allers-retours entre passé et présent ne sont malheureusement pas toujours très clair quand à leur temporalité. Cependant, la plume fluide de Joël Dicker fait en sorte que tout soit parfaitement clair et nous montre la puissance de l’effet papillon au sein d’une famille. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire