Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


lundi 8 juin 2020

Le jour des cendres (Jean-Christophe Grangé)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Albin Michel (3 juin 2020)
368 pages
ISBN-10: 2226439420
ISBN-13: 978-2226439420
Genre: Thriller
Lu le: 22 Mai 2020
Ma note: 15/20




Résumé/4ème de couverture:

Pierre Niémans, de l'office central des crimes de sang, et son adjointe Ivana Bogdanovitch sont envoyés en Alsace pour une nouvelle enquête. Un homicide a eu lieu au sein d'une communauté religieuse qui vit, sur le modèle des anabaptistes, de ses exploitations agricoles, et notamment de son prestigieux vignoble. Le corps d'un des principaux responsables a été retrouvé sous les décombres d'une église en pleine réfection. Tout porte à croire qu'il s'agit d'un meurtre. Cependant l'autopsie a été pratiquée à la va-vite, l'église n'a pas été mise sous scellés et une fresque importante a disparu. Mais où trouver le coupable ? Est-ce une vengeance, un règlement de compte, ou la dissimulation d'un terrifiant secret ?

Mon avis:

            J’étais ravie de pouvoir commander le dernier livre de Jean-Christophe Grangé dans le catalogue de Albin Michel, car même si je suis fan de l’auteur depuis très longtemps, je dois avouer que je n’ai pas suivi niveau acquisition et lecture, ses derniers livres. « Le jour des cendres » m’a permit de me remettre dans le bain, d’autant plus que l’on retrouve le commissaire mythique des Rivières Pourpres, Pierre Niémans. Même si « Le jour des cendres » est le tome 3 de ses aventures, il peut très bien se lire indépendamment, je n’ai d’ailleurs personnellement pas lu le tome 2. Cette nouvelle enquête de Niémans s’apparente vraiment plus à un policier, que l’on imagine parfaitement être le synopsis d’un épisode de série télévisée. On est loin du thriller glauque et angoissant que j’espérais mais on passe un bon moment.

Points de vue/Critiques:

            J’aime beaucoup les romans de Jean-Christophe Grangé pour leur côté thriller très noir, violent, presque horrifique par moment et aux ficelles très entremêlées. Pour cette nouvelle histoire, on est loin de cette signature particulière de l’auteur. En effet, j’ai plutôt ressenti le côté policier, propre et efficace, que l’on pourrait aisément retrouver à la télévision en un épisode ou mini-série. Je n’ai donc pas été étonné lorsqu’une personne m’a dit qu’effectivement, cette histoire serait, a priori, tirée d’un épisode de la série « les rivières pourpres » de France 2. 

            On retrouve donc avec plaisir le commissaire Pierre Niémans, sur lequel on ne s’attarde pas énormément, puisqu’il est un héros récurrent de l’auteur. On retrouve à ses côtés son adjointe Ivana Bogdanovitch qui n’est pas non plus un nouveau personnage. Néanmoins, n’ayant pas lu « La dernière chasse », le tome 2 de la série du commissaire Pierre Niémans, elle m’était totalement inconnue. Je n’ai donc pas forcément eu toutes les informations la concernant et la reliant précisément à Niémans, mais ce manque d’infos n’entravent en rien à la compréhension et au suivi de l’enquête.

            Cette enquête va mener le duo en Alsace, dans une affaire mêlant plusieurs choses: la viticulture, la religion et l’art de la peinture. L’ambiance est donc très particulière et avec les différents thèmes abordés, on pourrait se croire dans une enquête de l’aventurière Sydney Fox. Au début, on plonge dans l’univers des vendanges, très intéressant, afin de poser les bases. Et parce que le domaine viticole est la propriété exclusive d’une communauté religieuse, totalement autonome et repliée sur elle-même, dans laquelle un premier corps est découvert, nous mettons dés lors les pieds dans l’étrangeté et les interrogations. Enfin, l’enquête va progressivement nous mener vers la réalisation de fresques d’église. L’histoire et les mystères sont donc progressifs et nous traversons ainsi différents domaines, tel un voyage au fil de l’eau. Lorsque les premières révélations tombent, j’ai rapidement compris de manière tout à fait logique, qui était derrière les meurtres. Je n’ai donc pas été surprise par ce livre, qui reste une agréable lecture.

En bref:

            Le dernier opus de Jean-Christophe Grangé est une bonne lecture que je qualifierais de bon policier. En effet, pour les fans et adeptes de l’auteur, nous ne sommes pas véritablement dans un thriller, avec son ambiance très noire et son histoire glauque et surprenante. Dans « Le jour des cendres », on retrouve le commissaire Pierre Niémans et on navigue progressivement à travers différents thèmes intéressants, précis et très immersifs: la viticulture, la religion et l’art de la peinture et le dénouement est devinable de façon logique. A travers cette lecture, on a l’impression de lire le scénario d’un épisode de série télévisée (ce qui serait a priori le cas - série « Les rivières pourpres » de France 2). Ce roman est donc plutôt à prendre comme un bon mais pas comme un gros thriller retentissant comme l’auteur a pu le faire auparavant. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire