Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


mardi 19 mai 2020

Tout le bleu du ciel (Mélissa Da Costa)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Le Livre de Poche (12 février 2020)
numéro 35645
838 pages
ISBN-10: 2253934100
ISBN-13: 978-2253934103
Genre: Contemporain
Lu le: 2 Mai 2020
Ma note: 18/20



Résumé/4ème de couverture:

Petiteannonce.fr : Émile, 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.

Émile a décidé de fuir l’hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. À son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, avec le camping-car acheté secrètement, il retrouve Joanne, une jeune femme, qui a pour seul bagage un sac à dos, un grand chapeau noir, et aucune explication sur sa présence. Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. À chaque détour de ce périple naît, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l’amitié, l’amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d’Émile.

Mon avis:

            Avec sa belle visibilité depuis sa sortie poche et ses très beaux retours, j’étais intriguée de découvrir ce livre, qui est venu à moi par le biais du Prix des Lecteurs Livre de Poche, mais je ne m’attendais pas à ce qu’il s’agisse d’un beau pavé de plus de 800 pages! Et heureusement que le livre est gros, tant c’est un plaisir de s’immerger dans cette belle et douce histoire que l’on a pas envie de quitter et pour laquelle on ne voit pas les pages défiler. « Tout le bleu du ciel » est une très jolie parenthèse de bonheur, pure et touchante, qui nous fait en plus voyager dans les belles contrées françaises.

Points de vue/Critiques:

            Le résumé de 4ème de couverture met clairement les pieds dans le plat, sans spoiler puisqu’il ne fait que reprendre les premières pages du livre. Nous découvrons donc Emile, 30 ans à peine et déjà condamné par un Alzheimer précoce. La base de ce roman part donc sur une histoire apparemment lourde et triste au destin tragique et attendu. Hormis certes une fin d’histoire qui fera tirer plus d’une larme, on ne retrouve pas de lourdeur et de tristesse constante durant la lecture. En effet, l’écriture de Mélissa Da Costa est à la fois douce et subtile, fragile par moment, ce qui fait que l’on se retrouve à naviguer dans une sorte de douce torpeur apaisante. Sans réelle frénésie haletante, les pages défilent rapidement toutes seules.

            L’histoire n’a rien d’exceptionnelle en soi, sans grandes surprises, avec même parfois des choses plus ou moins prévisibles, surtout en ce qui concerne Joanne. Le récit s’apparente plutôt à un road movie avec parfois un côté nature-writing. Sur le papier, pas de rebondissements qui se succèdent et pas de péripéties à répétition, et c’est le cas. Mais sur 800 pages et toujours avec la plume douce et apaisante de l’autrice, on ne s’ennuie pas une seule seconde et on prend part avec plaisir aux petits bonheurs simples d’Emile et de Joanne: prendre la peine de se poser, arrêter de vivre à 100 à l’heure, regarder, contempler et admirer la nature et se recentrer sur soi. Et pour cela, pas besoin ni de grands moyens ni de contrées exotiques: l’autrice a ainsi judicieusement placés ses protagonistes à bord dans un camping-car, qui explorent et s’installent dans les montagnes pyrénéennes. On reste ainsi dans la simplicité, pure et authentique. 

            Emile et Joanne forme un duo improbable, mais leur simplicité naturelle leur permet de prime abord de partir sur de bonnes bases en tant que compagnons de voyage. Puis, petit à petit, chacun va se dévoiler et va permettre d’apporter progressivement des petites choses à l’autre. C’est davantage Joanne que l’on va apprendre à connaître tant la jeune femme est mystérieuse et cache beaucoup de choses au début. Sans avoir un caractère déviant ou une vie hors norme, c’est encore un paramètre supplémentaire de douceur que d’avoir des personnages simples mais intéressants qui se complètent. 

En bref:

            « Tout le bleu du ciel » est un joli pavé mais c’est avant tout un très joli coup de coeur! Avec Emile et Joanne, nous embarquons à bord d’un camping-car pour partir sur les routes des montagnes Pyrénéennes. Si la cause de ce voyage est dramatique de prime abord, on part finalement dans une aventure douce, simple, vivante et apaisante. Road-movie et nature-writing se mélangent dans ce récit plutôt descriptif et contemplatif, sans jamais nous lasser. Emile et Joanne se dévoilent peu à peu pour chacun apporter quelque chose à l’autre, jusqu’à un final attendu qui ne peut que faire tirer plus d’une larme. Un très beau roman doux et captivant en même temps!

Autour du livre:

Fait parti de la sélection du Prix des Lecteurs Livre de Poche 2020 pour le mois de Mai

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire