Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


mardi 5 mai 2020

Bleu Calypso (Charles Aubert)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Pocket (9 janvier 2020)
numéro 17724
336 pages
ISBN-10: 2266300016
ISBN-13: 978-2266300018
Genre: Thriller
Lu le: 19 Avril 2020
Ma note: 16/20



Résumé/4ème de couverture:

Il a pêché le saumon en Alaska, le brochet dans les lacs du Connemara. De sa passion, Niels a fait son métier. Et fui la ville pour une cabane sur l'étang des Moures, près de Sète. 
Le kayak file en silence. Comme il étrenne son nouveau leurre – baptisé Bleu Calypso – le fil se tend... Un poisson, mais pas que. Au milieu des algues : un visage d'homme à la peau verte. C'est le troisième cadavre qu'on extrait de l'étang ces temps-ci, après l'ornithologue allemand et le pêcheur de dorades. Lignes posées. Mystère ferré. Il n'y a plus qu'à attendre...

Mon avis:

            Dans le domaine du polar et du thriller, on pense avoir lu dans les sous-genres et vu toutes les originalités possibles, mais « Bleu Calypso » nous prouve le contraire. En effet, dans ce livre, nous sommes plutôt plongés dans un polar écologique, où la pêche et la nature ont un rôle prépondérant. Même face à un tueur en série, on navigue avec plénitude dans ce thriller presque apaisant. Avec une intrigue et un dénouement assez classique, le ravissement et le dépaysement sont au rendez-vous, offrant une chouette lecture.

Points de vue/Critiques:

            Comment allier le frisson du thriller avec un sentiment d’apaisement et de recueillement? Demandez à Charles Aubert, puisqu’il a parfaitement réussi à créer cette alchimie dans « Bleu Calypso ». En effet, l’histoire se déroule dans un coin reculé de France (j’ai eu beaucoup de mal à imaginer et à situer l’histoire en France, sans savoir réellement pourquoi) où Niels vit presque en ermite, dans sa cabane prés d’un étang. Sans être coupé du monde, c’est véritablement la nature sa plus proche voisine. Et parce qu’il est fabricant de leurre de pêche, cette dernière sera l’activité majeure et récurrente du récit. Ainsi, entre les descriptions lumineuses et colorées de l’étang avec sa flore environnante, sa faune intérieure et extérieure et son activité de pêche, qu’elle soit à la mouche ou en bateau, c’est un vrai ravissement de lire toutes ces descriptions de la nature qui a véritablement une place majeure dans cette histoire. Et pas besoin que le domaine de la pêche fasse parti de ses préoccupations personnelles, on est pourtant tout autant captivé par ce décor. Pas étonnant qu’une certaine douceur se dégage tout au long de cette lecture.

            Mais n’oublions pas qu’il s’agit aussi d’une histoire de serial-killer et que le calme des eaux du lacs sera fendu par différents cadavres retrouvés au sein de ses eaux. Et comme une partie de pêche où la patience est de mise et sera récompensée, l’auteur nous emmène dans son histoire à son rythme jusqu’au final frétillant et pétillant. Si le dénouement ne m’a pas étonné puisque j’avais deviné qui était le serial-killer et que l’on se situe plutôt dans un style classique, on ne peut pas dire qu’il y ait d’éclaboussures désagréables qui viennent déranger la lecture puisque tout est maîtrisé et réussi. 

En bref:

            Sans jamais nous mener en bateau, Charles Aubert nous fait passer un agréable moment dans « Bleu Calypso », prés de l’étang des Moures. Avec Niels, un personnage simple et humain, l’auteur nous montre que l’on n’a pas encore tout vu dans le domaine du polar puisqu’il nous fait plonger dans un polar écologique et nature. En effet, même avec un tueur en série, l’alchimie prend et on navigue avec plaisir et plénitude dans ce thriller presque apaisant. Pêche et nature offrent un vrai dépaysement jusqu’à ce que notre patience et notre plénitude s’ébranlent avec l’accélération de l’histoire et du final frétillant, assez facilement devinable, mais efficace. Un beau plongeon dans ce chouette univers!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire