Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


jeudi 7 mai 2020

Best Love, Rosie (Nuala O'Faolain)






Titre original: Best Love, Rosie
Nationalité de l’auteur: Irlandaise
Editions Le Livre de Poche (26 Février 2020)
528 pages
ISBN-13: 9782253934349
Genre: Contemporain
Lu le: 22 Avril 2020
Ma note: 13/20




Résumé/4ème de couverture:

Après avoir vécu et travaillé loin de chez elle, Rosie décide qu'il est temps de rentrer à Dublin, pour s'occuper de Min, la vieille tante qui l'a élevée. Mais " il faut du temps pour revenir quelque part... " et les retrouvailles tournent vite au vinaigre. Bientôt, Rosie voit se creuser le fossé qui la sépare de l'infatigable Min, galvanisée par sa découverte de l'Amérique. Et tandis que l'une se réveille de sa torpeur, l'autre se voit rattrapée par la mélancolie..

Mon avis:

            Je ne connaissais pas du tout ce livre et cette autrice. Cette dernière étant décédée en 2008, « Best Love Rosie » est son dernier roman et même si cette histoire a douze ans, la remettre au goût du jour n’est pas une mauvaise idée puisqu’elle n’a pas pris une seule ride et peut être d’actualité. En effet, cette histoire raconte la vie, très tranquille et paisible de deux femmes, au fin fond d’une campagne irlandaise. Et c’est le sujet de la vieillesse et du temps qui passe qui est la toile de fond. Sans aucun autre sujet majeur et sans vitalité, cette histoire de vie banale fut donc assez ennuyante.

Points de vue/Critiques:

            Nous faisons la connaissance de Rosie, une femme d’une cinquantaine d’années qui a décidé de revenir sur ses terres d’origine, en Irlande, chez sa tante Min. Car après avoir vécu essentiellement de vadrouilles aux quatre coins du monde en visitant de nombreux pays tout au long de sa vie, elle décide enfin de se poser et de revenir s’occuper de sa tante Min. Cette dernière, son ainée de seulement une dizaine d’année, l’a élevé lorsque son père est mort durant son adolescence. Et parce que sa tante Min se trouve être une personne assez dépressive, qui ne sort de son lit que pour aller au bar du coin, Rosie décide d’écrire un livre bien-être dédié aux plus de cinquante. Nous suivrons donc ses réflexions issues de sa vie quotidienne présente ou passée, sur différents sujets qui alimenteront son roman qui sera une sorte de guide et de mantra afin de mieux vivre cet âge fatidique et transitoire de 50 ans. Malgré quelques sujets abordés tels que les animaux ou l’amitié, on se rend vite compte que les réflexions de Rosie tournent très souvent autour de l’amour et du sexe (une de ses amie lui dit d’ailleurs elle-même qu’elle ramène toujours tout au sexe). En prenant ce sujet comme référence car c’est sûrement de là qu’est la plus grande frustration, Rosie est le genre de personne qui pense qu’à cinquante ans, la vie décline et que l’on a plus le droit ou la possibilité de faire de multiples choses. Rosie n’est donc pas un personnage très optimiste et le fait de suivre sa nouvelle vie très tranquille, sans qu’il y ait la moindre action permettant d’apporter une certaine vitalité et vivacité dans ce récit de vie, fait en sorte que l’on se trouve en présence d’un récit très ennuyeux, que j’ai personnellement lu rapidement en diagonale. 

            A l’opposé de Rosie qui revient au bercail vivre tranquillement, la tante Min va elle, quitter sa petite vie pépère, pour enfin vivre sa vie pleinement et follement. Elle va ainsi quitter sa campagne irlandaise pour aller vivre aux états-unis, travailler au noir et vivre de squat en squat. Les deux femmes vont donc échanger leur vie: alors que Min attendait sagement Rosie qui ne venait jamais, lorsque cette dernière s’est enfin rangée, c’est au tour de la vieille tante de vivre sa vie. Et cette sorte d’échange était très intéressant à suivre du point de vue psychologique pour chacune des deux femmes, entre leurs reproches, leurs regrets et leurs espoirs qui finalement étaient plus ou moins les mêmes, mais qui n’ont malheureusement pas eu le même timing. 

En bref:

            L’histoire de Rosie et de sa tante Min au fin fond de la campagne Irlandaise permet de mettre en lumière la vie de femmes vieillissantes, faisant un bilan de leur vie. Les deux femmes vont avoir deux visions et deux actions antagonistes face à cela: si l’une rivent sur ses terres natales pour y vivre enfin de manière tranquille, l’autre prend l’avion pour s’installer de l’autre côté de l’Atlantique afin de vivre enfin pleinement sa vie. Si cette dualité entre les deux femmes qui n’ont pas trouvé le même timing dans leur vie était intéressant, le roman est globalement ennuyeux. Il ne s’agit que d’un récit de vie très tranquille, une réflexion sur le temps qui passe, sur le vieillissement et les regrets, tout ceci sans aucune action ou petite péripétie qui auraient pu éclairer et dynamiser l’histoire. Sans compter que finalement Rosie a une visions assez pessimiste et restreinte autour du sexe de la vie d’une femme de cinquante ans.

Autour du livre:

Fait parti de la sélection du Prix des Lecteurs Livre de Poche 2020 pour le mois d’avril

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire