Mes derniers avis ROMANS:

 

jeudi 28 mai 2020

La guerre des Lulus, tome 6: Lucien





Scénario: Régis Hautière
Illustrations: Hardoc
Nationalité des auteurs: Française
Editions Casterman (13 Novembre 2019)
64 pages
ISBN-10: 220315926X
ISBN-13: 978-2203159266
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 24 Mai 2020
Ma note: 17/20



Résumé/4ème de couverture :

Novembre 1918. La guerre est terminée mais le combat des Lulus pour leur propre survie continue. Hospitalisé à Troyes, Lucien se souvient de son arrivée à l’orphelinat de Valencourt et de sa rencontre avec ceux qui allaient devenir ses meilleurs amis. À cette époque, la Grande Guerre n’avait pas encore ravagé l’Europe et les moments de joie et d’insouciance étaient fréquents. Pourtant, la douleur, le danger et les vexations faisaient déjà partie du quotidien des Lulus…

Mon avis:

            Tendre et touchant, chaque album de la série de la guerre des Lulus est un réel ravissement. Pour ce sixième tome, on s’intéresse au plus grand des Lulus, Lucien, que l’on retrouve après la guerre, et qui se confie sur son enfance auprès de l’infirmière. La couverture de cet album reflète parfaitement le contenu de l’histoire mettant côte à côté l’insouciance et la liberté de l’enfance face aux conséquences de la guerre à l’âge adulte. 
Les confidences de Lucien vont avoir pour sujet son enfance, et évidemment, ce sont des informations qu’on a pas découvert au début de la série comme son arrivée à « la maison des enfants trouvés », en 1910, ou encore comment la bande des Lulus s’est formée. 
Même sans se souvenir clairement que l’intégralité de la série, ce sixième tome peut se lire indépendamment des autres tomes, ce qui fait que l’on est très vite pris par l’histoire de Lucien. Si ce dernier est l’aîné des Lulus et a donc toujours fait preuve de maturité, il n’en est pas moins touchant. Son enfance serre le coeur et même une fois adulte, après la guerre, ses craintes de ne jamais retrouver les autres Lulus, une famille pour lui, est très attendrissant. 

Le secret de l'ange



LE SECRET DE L’ANGE, TOME 1

Titre original : Hakoniwa no Soleil, book 1
Traduction: Miyako Slocombe
Scénario et Illustrations: Shiki Kawabata
Nationalité de l’auteur: Japonaise
Editions Akata (26 Avril 2018)
192 pages
ISBN-10: 2369742585
ISBN-13: 978-2369742586
Genre: Manga
Lu le: 23 Mai 2020
Ma note: 17/20


Résumé/4ème de couverture :

Lorsqu’elle était enfant, Asahi fréquentait la petite école de dessin de son quartier. Mademoiselle Yûki, professeure qui en assurait les leçons, fut assassinée dans d’étranges circonstances. Son camarade, surnommé « l’Ange », fut alors accusé du meurtre. Mais Asahi, aujourd’hui devenue lycéenne, n’a jamais accepté les conclusions de l’enquête. Aussi quand un jour, en se rendant sur la tombe de son ancienne enseignante, elle rencontre Itsuki, le petit frère de cette dernière, ils décident ensemble de lever le voile sur les mystères qui entourent encore ce décès. Mais leurs intentions ne sont peut-être pas tout à fait les mêmes...

Mon avis:

            Avec sa couverture très fleurie et girly, on s’attend à découvrir avec cet ouvrage, une histoire qui s’inscrit purement dans le style shôjo, une histoire d’amour romantique et très fleur bleue entre une jeune fille et un jeune homme. Et même si l’on retrouve bien ces personnages, j’ai été très étonnée de retrouver une dimension emprunte de suspense et de mystère, que j’ai beaucoup apprécié. 

Le secret de l’ange peut-être appréhender comme un manga policier. J’ai été embarquer par ce mystère et j’ai hâte de découvrir les tenants et aboutissants. Ainsi, l’histoire revient sur les erreurs judiciaires, la rédemption, la vengeance et le mal être social, le tout dans une ambiance assez sombre.

Si l’histoire m’a totalement convaincue et embarquée, je mettrais tout de même un bémol quand aux illustrations. En effet, les perspectives assez étranges font en sorte d’avoir quelque chose qui n’est pas naturel et réaliste et donc qui attire l’oeil. J’ai ainsi été particulièrement gênée par le fait que le personnage d’Itsuki est représenté comme faisant 3 mètres de haut lorsqu’il est à côté de Asahi. On peut représenter le fait qu’il soit plus grand mais autant de différence n’est pas crédible. De manière générale, le dessin manque de finesse à l’image des jambes, aux formes bizarres, de Asahi dessinée en couverture!

Princesse Sara, tome 11 & 12



PRINCESSE SARA, TOME 11: JE TE RETROUVERAI

Scénario: Audrey Alwett
Illustrations: Nora Moretti
Nationalité des auteurs: Française et Italienne
Editions Soleil (19 Septembre 2018)
Collection Blackberry
48 pages
ISBN-10: 2302071085
ISBN-13: 978-2302071087
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 21 Mai 2020
Ma note: 16/20


Résumé/4ème de couverture :

Sara est contrainte de travailler à la conception d'automates dans le sous-marin de Larcan, le machiavélique membre du Club des automates. Elle ne peut voir son fiancé, James, que lors d'une partie d'échecs vespérale où Larcan le ridiculise systématiquement. Confinés dans un huis clos insupportable, les deux amoureux n'ont que peu de temps pour s'échapper, car la blessure de James semble empirer chaque jour...



PRINCESSE SARA, TOME 12: COUPABLE!

Scénario: Audrey Alwett
Illustrations: Nora Moretti
Nationalité des auteurs: Française et Italienne
Editions Soleil (11 Septembre 2019)
Collection Blackberry
48 pages
ISBN-10: 2302077601
ISBN-13: 978-2302077607
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 22 Mai 2020
Ma note: 16/20

Résumé/4ème de couverture :

Sara et James vivent dans la clandestinité à New York. James a survécu mais a perdu un bras. Ils survivent tant bien que mal dans le bidonville de Fivepoints, mais l'étau se resserre et la fuite n'est pas une solution durable. Bientôt, Sara devra se retourner et faire face à ses accusateurs. Elle qui a déjà tout perdu risque bien de devoir miser sur la dernière chose qui lui reste…

Mon avis:

            Une grande pause dans la saga a fait en sorte qu’en me replongeant dans le tome 11, je ne me rappelait plus vraiment de certains aspects. Je me rappelais notamment l’histoire de l’attentat et de l’accusation de Sara, mais je dois avouer que son histoire avec James (et même James en lui-même) ne m’a absolument pas rappelé l’histoire précédentes. Mais peu importe, on se laisse très vite prendre par les nouvelles aventures de Sara. Et avec tout ce qu’elle est en train de vivre, l’optimisme et la joie coutumière qui caractérise Sara depuis sa plus tendre jeunesse, s’est envolé. Si cela est novateur et n’est pas quelque chose auquel on est habitué, ce nouvel angle est largement normal et logique. Le fait que Sara perde tout espoir apporte surtout une très grande gravité à l’histoire. Et quand on constate ce qui arrive à James, on se dit que l’on s’éloigne radicalement de la bande-dessinée jeunesse où il était question de petites filles et de leur quotidien.

On retrouve régulièrement avec grand plaisir tout les personnages qui gravitent autour du quotidien de Sara, personnages que l’on a rencontré depuis les premiers albums, durant l’enfance de Sara. Même si cette dernière reste le personnage principal, l’histoire revient de temps en temps sur tous les autres personnages: on a l’impression de graviter autour d’une véritable petite famille. 

Le douzième tome clôture un cycle et l’on se demande ce qu’il adviendra de la suite!