Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


lundi 6 avril 2020

Un homme qui passe





Scénario: Denis Lapière
Illustrations: Dany
Nationalité des auteurs: Belge
Editions Dupuis (13 Mars 2020)
Collection Aire Libre
72 pages
ISBN-13: 979-1034732128
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 3 Avril 2020
Ma note: 14/20



Résumé/4ème de couverture :

Sur l'île normande de Chausey, une tempête inattendue fait chavirer le destin : celui de Paul, un homme déjà vieux sur le point d'en finir, et celui de Kristen, une jeune fille dont le bateau est venu se fracasser sur les rochers. L'histoire de cette rencontre est en apparence celle d'un double-sauvetage : une réponse à une fusée de détresse lancée au-dessus des vagues. Car Kristen n'est pas là par hasard. Paul est un reporter-photographe connu pour sa série "Terra" et Kristen travaille pour l'éditeur qui attend la maquette de son nouveau livre. Un livre différent, plus intime, "le journal d'une vie d'aventures amoureuses", confie l'artiste. Les portraits de femmes témoignent sur les murs des conquêtes du Don Juan et chevauchent les souvenirs dans la maison de son enfance. Le réalisme époustouflant et les jeux de lumière ajoutent à l'image une texture cinématographique vivante qui creuse le vécu de chaque ride et accompagne dans la houle les récits d'un voyage sentimental. Face à cet homme sans attache, qui se défend pourtant d'exhiber ses trophées, Kristen n'a pas dit son dernier mot. Elle porte la voix des femmes d'aujourd'hui dans l'antre du solitaire, homme d'une autre génération en voie de disparition.

Mon avis:

            Voici une lecture en demie-teinte pour cette bande-dessinée pour laquelle on pouvait imaginer plein de choses concernant le scénario en voyant la couverture et le titre. 
Par une nuit de tempête, on découvre dés les premières pages que notre héroïne part en bord de mer afin de mettre fin à ses jours. Mais c’est en sauvant une jeune navigatrice en péril qu’il finira par se sauver lui-même. Et la venue de la jeune femme, Kristen, va nous permettre de remonter dans le passé afin de connaitre la vie de notre protagoniste et pourquoi en est-il arrivé à cette décision extrême. 
Et la vie de Paul a de quoi faire grincer des dents. On découvre qu’au fil de ses nombreux voyages au bout du monde, il n’était qu’un séducteur invétéré, ayant un femme dans chaque port comme on dit. Il enchaîne les conquêtes et s’en félicite, en se défendant qu’il n’est pas un bourreau des coeurs car il n’a jamais rien promis à ces femmes. De plus, même à un âge avancé, les auteurs ont choisi de représenter toutes ces femmes de la même manière parfaite et plantureuse, seule leur couleur de cheveux ou de peau change. On retrouve donc un sexisme exacerbé et accentué dans cette histoire et dans la découverte du passé de Paul. Lorsque cela commence à vraiment énerver, on se rend compte que la jeune femme face à Paul s’offusque et s’énerve justement de cet aspect machiste (dommage qu’elle même soit représentée comme toutes les autres femmes avec un passage où elle se retrouve presque dénudée…). On se dit alors que ces clichés du tombeur et cet excès de testostérone sont assumés et servent de base à un retournement de situation et à une morale. Malheureusement, on découvre que Kristen est finalement (trop) liée au passé de Paul et qu’elle ne permet pas de faire avancer tout ce machisme et ses caricatures masculines.

Entre les dessins et le scénario, cette bande-dessinée anti-féministe peut se résumer à faire extérioriser les fantasmes et les clichés amoureux masculins de deux auteurs.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire