Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


lundi 6 avril 2020

Les oscillations du coeur (Anne Idoux-Thivet)





Nationalité de l’auteur: Française
Editions Pocket (9 Janvier 2020)
numéro 17697
300 pages
ISBN-10: 2266299689
ISBN-13: 978-2266299688
Genre: Contemporain
Lu le: 19 Mars 2020
Ma note: 17/20




Résumé/4ème de couverture:

Discrète et fleur bleue, la Japonaise Aïko Ishikawa est une designer textile talentueuse. Veuf inconsolable, l’écrivain Jean-Marc Poulain se définit lui-même comme une « ancienne gloire de la littérature ». Quant à la déroutante Angélique Meunier, elle est mathématicienne au CNRS.

Que peuvent bien avoir en commun ces trois personnages ? En apparence rien, sauf peut-être leur amour pour de curieux petits jouets vintage appelés culbutos. Par hasard, ils découvrent que certains de ces joujoux renferment de mystérieux messages : « Le phare m’appelle », « Les amants sont des âmes sœurs », « Demain je pars »…

Lié par cette étrange trouvaille, l’étonnant trio parviendra-t-il à percer cette singulière énigme ?

Mon avis:

            « L’atelier des souvenirs » écrit par Anne Idoux-Thivet avait été une super lecture, qui m’avait très agréablement surprise. Alors quand j’ai vu qu’un nouveau livre de l’autrice sortait chez Pocket, je ne me suis pas posé la question, j’avais hâte de découvrir cette nouvelle histoire qui semblait suivre les mêmes traces, celle d’une histoire contemporaine où les rencontres humaines sont importantes et décisives. Et effectivement, « les oscillations do coeur » a été fidèle au rendez-vous, puisque c’est un nouveau coup de coeur. Anne Idoux-Thivet est donc une autrice à surveiller et à suivre…!

Points de vue/Critiques:

            Au début de l’histoire, nous suivons trois personnages distincts: Aïko, Jean-Marc et Angélique. S’il est agréable de les suivre individuellement, on se demande quand et comment l’histoire va pouvoir les regrouper. Et puis finalement, non seulement cela arrive très rapidement (ce qui évite d’avoir à faire le yoyo entre eux à travers les chapitres), mais en plus, cela s’est effectué d’une manière finalement simple (il suffit juste d’un peu de concentration à ce moment là, mais tout s’emboite très bien). Et au fil de leurs rencontres et de leurs retrouvailles, on va les découvrir chacun un peu plus. Tout trois sont radicalement opposés, mais cela n’empêche pas qu’ils s’entendent à merveille (les opposés s’attirent?), puisqu’ils semblent trouver un certain équilibre les uns en chacun des autres. J’ai d’ailleurs beaucoup aimé les trois.
Jean-Marc est touchant dans sa sensibilité qu’il ne veut surtout pas exprimer, son moyen d’expression physique semble plutôt se retrouver dans sa manière de se vêtir. Enfermé dans sa solitude d’homme veuf et d’écrivain has-been réfractaire à toute forme de modernité, il va peu à peu s’ouvrir au monde et aux personnes grâce aux deux jeunes femmes.
Aïko est courageuse et solide dans ses baskets. Douce et gentille, elle sait ce qu’elle veut ou pas, elle vit comme elle l’entend et cela lui va très bien. Elle correspond donc un peu aux stéréotype que l’on peut se faire des des japonais: droite et zen, mais quelqu’un de très intègre.
Enfin, Angélique (peut-être ma préférée) est intellectuellement très douée…sauf pour ce qui est des relations sociales et humaines. En effet, elle est autiste et à part la logique des maths, tout ce qui touche à l’homme ne lui semble pas logique et naturel. Cela donne des situations très percutantes et évidement très drôles puisqu’elle parle sans aucun filtre. Ce personnage est merveilleusement bien décrit (on apprend que l’autrice a un fils autiste, cqfd), sans qu’aucun jugement, moquerie ou dénonciation ne soit fait. 

            Tout trois vont donc partir dans une sorte de quête qui sera la genèse d’une belle amitié. Toute l’histoire se fait avec douceur, naturel et poésie. On reste ainsi continuellement dans le réalisme (par exemple, détail qui a son importance, l’autrice mentionne le « problème » d’avoir la possibilité de prendre des congés pour partir dans cette enquête, ou encore les soucis de transports et de disponibilité des personnes), sans jamais partir dans la fiction totalement fictive qui pourrait aller jusqu’à nous faire lever les yeux au ciel. Et entre l’univers de la lecture, des blogs, de l’écriture, des jouets anciens et des chansons d’antan, il faut aussi dire que l’on n’a vraiment pas le temps de s’ennuyer dans ce récit, riche en thématiques, en plus de cette « enquête » qui passionne nos protagonistes!!

En bref:

            Pour ce nouveau livre « les oscillations du coeur », Anne Idoux-Thivet a su une nouvelle fois me toucher, m’offrant un nouveau coup de coeur. Cette histoire nous entraine avec passion et avec le coeur dans une enquête pleine de douceur et de tendresse dans laquelle on va apprivoiser le passé, vivre le présent afin d’accueillir l’avenir. Les personnages, d’âges, d’horizons et de caractères diamétralement opposés vont se retrouver l’un en chacun des autres et vont être à l’origine d’une belle amitié. Ainsi, peu importe notre passé, d’où l’on vient ou qui on est, il suffit d’un facteur commun et de rencontres toutes simples pour changer le cours d’une vie et avoir de nouvelles personnes autour de soi pour nous accompagner. 

Autour du livre:

De la même autrice:
   L’atelier des souvenirs (—> chronique à retrouver ici)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire