Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


jeudi 9 avril 2020

Inexorable (Claire Favan)





Nationalité de l’auteur: Française
Editions Pocket (10 Octobre 2019)
numéro 17494
378 pages
ISBN-10: 2266292188
ISBN-13: 978-2266292184
Genre: Thriller
Lu le: 27 Mars 2020
Ma note: 16/20




Résumé/4ème de couverture:

Vous ne rentrez pas dans le moule ? Ils sauront vous broyer.

Inexorables, les conséquences des mauvais choix d’un père.
Inexorable, le combat d’une mère pour protéger son fils.
Inexorable, le soupçon qui vous désigne comme l’éternel coupable.
Inexorable, la volonté de briser enfin l’engrenage…
Ils graissent les rouages de la société avec les larmes de nos enfants.

Mon avis:

            Besoin d’un thriller et d’une valeur sûre? Je me suis alors tournée les yeux fermés vers Claire Favan, avec « Inexorable », même si je savais que ce livre était un peu différent des autres. Après un début déroutant, qui commençait à m’agacer, en ne voyant absolument pas où cela nous emmenait au vue de l’évolution de l’histoire, tout prend de l’ampleur au fur et à mesure avec un vrai page-turner qui nous entraîne dans les méandres de la justice et des liens de causes à effets et de culpabilité entre mère et fils. Avec une touche de dérangement, cette histoire est merveilleusement bien construite et envoie du lourd.

Points de vue/Critiques:

            Pour bien comprendre tous les tenants et aboutissants de l’histoire et pour se poser les bonnes questions et pour en tirer toutes les conclusions, il est nécessaire de bien mettre en place les bases et le passé des personnages. Ainsi, nous faisons la connaissance de Alexandra et surtout de son fils Milo. Parce que ce dernier a assisté à l’arrestation très musclé de son père qu’il idéalise tant, Milo va devenir un petit garçon très renfermé sur lui-même, qui n’arrive pas à mettre les mots sur son mal-être qu’il exprime de temps en temps par des accès de rage et de violence. Il va peu à peu être en marge de la société, de ses instituteurs et de ses camarades de classes, et va de plus en plus avoir ce regard particulier qu’on pose sur lui parce qu’il a un père comme ça… Tout ceci ne font qu’accentuer son malaise et son exclusion de la société, qu’il traduit de la seule façon qu’il a trouvé: la violence. Même sa mère, toujours dévouée et croyante en lui, qui le défend sans cesse auprès de tous, qui lui trouve des excuses, qui se bat pour leur quotidien pour essayer de l’aider et trouver des solutions tout en continuant de travailler et de joindre difficilement les deux bouts, devient peu à peu démunie et épuisée. 
Durant la description de l’enfance de Milo, de ses quatre à ses années lycée, je ne voyais pas du tout où voulait nous l’emmenait Claire Favan. En effet, l’histoire en elle-même n’est constituée que d’une description de cette vie de famille particulière et chamboulée. Aucune trace d’une trame policière ou de thriller. Au contraire, au fur et à mesure du comportement déviant de Milo, je le comprenais de moins de moins, n’étant pas forcément d’accord avec certaines situations que j’ai trouvé exagérées. 

            Puis, tout bascule à l’adolescence de Milo, où arrivé à 18 ans, déscolarisé, son exclusion de la société va le pousser à fréquenter de mauvais garçons et à devenir un délinquant. Et c’est à partir de ce moment là que le côté thriller prend son envol, puisque disparitions et meurtres vont venir bousculé le quotidien d’Alexandra et de Milo, puisque ce dernier deviendra vite le suspect numéro 1, jusqu’à être déclaré coupable sans certitudes, sans preuves. Et c’est là que tout le génie de l’autrice et de l’histoire prend sens. En effet, en ayant connaissance de tout son vécu et en ayant bien identifié les personnalités de Milo et de sa mère avec toute cette première partie descriptive de leur quotidien, l’histoire d’accusation est perçue avec un angle totalement différent que si nous n’avions pas eu connaissance de la vie passée des personnages. Non seulement cette structure et les questionnements et concluions que l’on en retire sont extrêmement bien faits, en étant totalement soufflés lorsque l’on referme le livre, mais en plus, c’est vraiment un vrai page-turner qui commence en même temps que l’on rentre dans le vif du sujet. 

En bref:

            Avec « Inexorable », Claire Favan sort un peu des codes classiques du thriller pour nous présenter un roman hors du commun. Dans la première partie, nous suivons simplement la vie d’une famille qui vole en éclats après l’arrestation du père de famille. Peu à peu, au fil de son repli sur soi, son fils Milo sera pris dans un engrenage qui va l’exclure totalement de la société. C’est à partir du moment où il va devenir adolescent et délinquant que la notion de roman noir et de thriller prend naissance. Dés lors, le page-turner est affolant. Et la liaison avec cette première partie descriptive qui nous interrogeait sur le chemin pris par l’autrice, prend tout son sens et relève du génie. Ce livre bouscule intelligemment les codes et parsème ses interrogations sur fond d’amour et de dévotion maternel. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire