Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


mercredi 26 février 2020

Persona (Maxime Girardeau)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Mazarine (12 Février 2020)
Collection Thriller
421 pages
ISBN-10: 2863745174
ISBN-13: 978-2863745175
Genre: Thriller
Lu le: 18 Février 2020
Ma note: 16/20



Résumé/4ème de couverture:

Un homme est retrouvé horriblement mutilé dans un bâtiment désaffecté du centre hospitalier Sainte-Anne à Paris. Pour Franck Sommerset, commissaire à la Crim’, c’est le début d’une enquête étrange et singulière.
Étrange, car ce n’est pas une série d’homicides au sens propre du terme à laquelle il se trouve confronté : toutes les victimes sont encore en vie, mais elles ont été torturées et « enfermées » en elles-mêmes.
Singulière, car pour comprendre, Franck Sommerset va devoir plonger dans l’univers des nouveaux maîtres du monde – les grands du numérique qui maîtrisent nos vies immatérielles.
C’est au cœur de Paris, dans ces tréfonds et au-delà, que Franck va suivre la piste de ce qui ressemble à une vengeance frénétique, folle et pourtant méthodique, où s’affrontent deux mondes, un nouveau qui se persuade de sa toute puissance et un ancien qui ne veut pas mourir.

Mon avis:

            Pour un premier roman, Maxime Girardeau envoie du lourd avec « Persona » et peut très facilement prétendre entrer dans le cercle des grands auteurs français du thriller. En effet, son histoire est très bien construite, glauque à souhait en poussant très loin les vices infligés aux victimes, sans que la mort y soit systématiquement associée et en plus, de nombreuses thématiques sont abordées. On passe donc un très bon moment dans les filets de cette histoire, dont les pages défilents rapidement et où l’ennui est impossible! 

Points de vue/Critiques:

            J’ai pu retrouver dans « Persona » quelques aspects que j’apprécie grandement dans les romans de Jean-Christophe Grangé: on plonge véritablement dans la noirceur de l’âme humaine avec ce que les victimes ont subies, mais en plus, l’enquête est prenante, riche et diversifiée. Mais Maxime Girardeau a eu l’intelligence de ne pas seulement disperser les cadavres au fur et à mesure de son histoire: non les victimes, affligées de nombreux sévices ignobles, s’en sortent…pour la plupart d’entre eux. Et cette épargne de morts trouve logiquement son explication dans les motivations du coupable. 

            Si la découverte des différentes victimes rythment déjà parfaitement l’histoire, l’auteur dynamisme également son récit en nous immisçant dans divers domaines, tout aussi différents les uns des autres. On fait ainsi un bon petit tour dans le fin fond des catacombes de Paris (j’ai particulièrement apprécié ces passages, angoissants mais aussi fascinants), on part en Amérique du Sud sur les traces de civilisations antiques, on plonge dans l’univers du marketing et la main mise des GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft), le tout relié à une médecine et une psychologie de pointe, le tout ramené dans un contexte d’actualité. Le point commun de tous ces univers se retrouve finalement dans l’âme humaine et dans son empathie… qu’elle soit présente ou non.

            Pour cette enquête riche et prenante, on retrouve Franck, un commissaire de la Crim, dont le caractère humaniste est aux antipodes du cliché du flic du 36, et lui a permit de constituer sa propre équipe dont les valeurs humaines sont la condition sine qua none pour l’intégration. A ses côtes, on retrouve une jeune femme, Elga qui est « madame tout le monde ». Néanmoins, devant ses connaissances pouvant aider à résoudre l’affaire et sa volonté de connaître la vérité, Franck va l’entraîner à ses côtés. Si ce duo d’enquêteurs flic-civil flirte avec les limites de la réalité, cela a l’avantage d’entre hors du commun et d’équilibrer les personnalités (la rigueur professionnelle du vieux flic opposée à la fraîcheur et la candeur de la jeune employée entêtée) afin que chacun apporte sa pierre à l’édifice. D’ailleurs, on les imagine très bien être les héros d’une série! 

En bref:

            Pour un premier roman, Maxime Girardeau nous offre un très bon thriller à l’histoire rondement bien menée et addictive. Les différentes victimes retrouvées au fil du récit rythment parfaitement l’histoire et offrent cet aspect glauque emprunte de noirceur (que l’on « aime » lorsque l’on est amateur de bons thrillers et que l’on peut notamment retrouver dans les livres de JC Grangé). De plus, les différents domaines abordés ne nous laisse aucun répit et nous entraine dans les catacombes de Paris jusqu’en Amérique du Sud en passant par les confins de la médecine, de la psychologie et de l’univers high-tech du marketing, le tout ramené dans l’actualité. Une très belle découverte de l’auteur en espérant revoir ce duo d’enquêteurs attachants, innovants et efficaces!  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire