Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


jeudi 13 février 2020

Le petit chat est mort (Xavier de Moulins)







Nationalité de l’auteur: Française
Editions Flammarion (22 Janvier 2020)
128 pages
ISBN-10: 2081505436
ISBN-13: 978-2081505438
Genre: Autobiographie
Lu le: 31 Janvier 2020
Ma note: 18/20



Résumé/4ème de couverture:

« Le petit chat est mort. Les mots sont une détonation. Les choisir pour l’annoncer aux enfants n’a pas été chose facile, alors je me suis résigné à faire simple, cinq mots et un point final. Court, cruel, monstrueux. »
Des petites choses et des plus grandes pour mieux vivre sous les orages à la saison des hécatombes.

Mon avis:

            Au-delà de son métier de présenter que j’aime beaucoup, Xavier de Moulins est aussi écrivain que j’avais en vie de découvrir. Et parce que je viens d’être concernée par la mort d’un chaton, son tout dernier livre « Le petit chat est mort » est comme qui dirait, arrivé à point nommé. Alors oui le titre de ce livre peut presque choqué tant il est met les pieds dans le plat. C’est choc et révélateur mais comme le dit l’auteur, ce sont les mots les plus simples à employer dans une telle situation pour clarifier comme il se doit ce drame. Quoiqu’il en soit, à travers ce témoignage, Xavier de Moulins use de justesse pour décrire les émotions tout en utilisant subtilement d’une très belle plume.

Points de vue/Critiques:

            Le sujet de la perte d’un chat(on) n’est pas chose courante il me semble en littérature. Certain pourrait se dire qu’il ne s’agit que d’un animal après tout, et qu’il n’y a pas matière à, contrairement à la perte d’un être humain. Mais Xavier de Moulins l’a fait et d’une façon merveilleuse, c’est-à-dire avec beaucoup de justesse et de franchise et sans jamais que se soit larmoyant ni pathos.
Dés le début, il dit clairement que lui-même n’était pas fan des chats, qu’il ne pourrait jamais s’y prendre d’affection, et que l’adoption d’un chaton était uniquement pour faire plaisir à ses filles. Mais la bête à rapidement eu raison de l’homme, puisque ce dernier s’est surpris à craquer au point de se cacher pour devenir complètement gaga du félin. Car en partant du postulat de départ qu’un chat est forcément indépendant, limite froid, qu’il vit sa vie comme il l’entend sans qu’il y ait de retour vers ses maîtres, Xavier de Moulins a vite compris qu’un chat pouvait donner beaucoup plus que cela. 

            Lorsque le chaton, malade, est mort, ce fut un vrai déchirement pour toute la famille, petits et grands. Car même si cela ne faisait que quelques mois, l’attachement et l’affection étaient là. C’était bien plus qu’un être vivant ou une présence, c’était avant tout un membre de la famille. L’auteur a parfaitement su mettre les mots justes sur ces sentiments, ces émotions, qui sont un tant soit peu différentes lorsqu’il s’agit d’une perte soudaine et inattendue contrairement à une fin de vie plus « logique et normale ». Car on ne peut pas comprendre réellement si on n’a pas vécu ce drame. Et la situation qui illustre parfaitement cela et qui m’a le plus touché, c’est quand l’auteur a du continuer de travailler, essayer de se concentrer, faire son travail tout en ayant cette peine en tête et à transporter, sans qu’aucun de ses collègues comprennent ou ne tente de comprendre.

En bref:

            La plume de Xavier de Moulins est une très belle découverte dans ce livre témoignage où il parle de la perte inattendue d’un chaton. A l’image du titre qui peut sembler être choc et percutant, les mots qu’il emploie sont justes, simples, et réels. Il a parfaitement su décrire les émotions et les ressentis exprimés face à un tel drame, quand on est un adulte ou un enfant, un adepte des félins ou pas, un père de famille et un homme socialement actif. Bref, c’est beau, c’est juste et le tout reste dans la simplicité sans jamais être larmoyant ou tomber dans le pathos.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire