Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


lundi 10 février 2020

L'année du gel (Agathe Portail)






Nationalité de l’auteur: Française
Editions Calmann-Lévy (8 Janvier 2020)
Collection Territoires
356 pages
ISBN-10: 2702167381
ISBN-13: 978-2702167380
Genre: Policier
Lu le: 11 Janvier 2020
Ma note: 14/20



Résumé/4ème de couverture:

Le crime s’invite dans un château du Bordelais.

Été 2017. Après un épisode de gel qui a dévasté ses vignes, Bernard Mazet se range à l’idée de sa femme d’ouvrir des chambres d’hôtes pour sauver la propriété familiale de Haut Méac. Le château affiche complet avec la venue d’un groupe de trentenaires pour une semaine. La fantasque Olivia, Vincent, le célibataire volage, Clara, si discrète, et leurs deux couples d’amis semblent heureux de se retrouver. Mais dans la chaleur écrasante, les esprits s’échauffent et les drames personnels refont surface.
À l’aube du quatrième jour, un cadavre est découvert dans la chambre froide du château. Le major Dambérailh, chef de la brigade locale, est chargé de l’affaire. Tandis que les conflits d’intérêt émergent au sein de son équipe, sa tante Daphné, vieille fille loufoque, s’invite dans l’enquête. Il faudra exhumer bien des secrets honteux ou douloureux pour que la lumière se fasse.

Mon avis:

            C’est avec le premier roman d’Agathe Portail « l’année du gel » que débute la nouvelle collection « territoires » des éditions Calmann-Lévy. Comme son nom l’indique, cette collection nous emmène à travers ses histoires dans les contrées régionales du territoire français. Et avec ce premier opus, c’est dans les vignobles phares de la région Bordelaise que nous entraîne ce récit.  Cet aspect territorial et géographique est totalement au rendez-vous et est parfaitement maîtrisé. L’intrigue est en elle-même est par contre assez prévisible, avec parfois une certaine lenteur, ce qui donne un avis général qui pourrait se rapprocher de « le contrat est rempli ». 

Points de vue/Critiques:

            Puisque l’histoire tourne autour d’un cadavre découvert au milieu d’un groupe d’amis en vacances au milieu des vignobles bordelais, cela n’est pas sans rappeler un certain huit-clos digne des romans d’Agatha Christie (ce qui nous est d’ailler plus ou moins vendu comme tel il me semble). Mais comparer un petit poucet à un étant n’est pas chose aisée et il faut avouer que nous sommes loin d’un dénouement et d’une emprise telle que le reine du crime s’est si bien le faire. En effet, on peut déjà retrouver une certaine lenteur, surtout dans la première partie du livre, au moins jusqu’à la découverte du meurtre. Et non seulement ce dernier arrive assez tardivement dans le séjour du groupe d’amis (le 4ème jour), mais en plus cette information est dévoilé comme telle dans le résumé de couverture, ce qui n’est pas une idée très judicieuse puisque tout suspense est anéantit et en plus, l’attente est tout de suite présente dés l’entame de l’histoire. 
A partir du moment où l’on rentre dans l’enquête, le fait d’avoir d’autres personnages en dehors du groupe d’amis et des enquêteurs, cela étoffe et aère considérablement l’histoire. De plus, les petits secrets que peuvent cacher chacun des amis se révèle très intéressant et très mystérieux. L'auteure distille alors savamment les contours des personnalités de chacun des personnages pour mieux instiller le doute chez le lecteur. 
En ce qui concerne le dénouement, il faut avouer, surtout lorsqu’on est amateur de thriller et de policiers, qu’il n’est absolument pas surprenant et que ce que l’on peut deviner arrive tel quel sans aucune petite cerise sur le gâteau. Néanmoins, cette fin n’est absolument pas mauvaise en soi, faisant simplement en sorte que le contrat est rempli, ni plus ni moins. 

            L’aspect terroir du roman est très plaisant et est bien présent, comme nous le promet cette nouvelle collection. Retrouver une certaine authenticité territoriale française dans le récit, de façon importante et mise en avant comme elle l’est, est vraiment agréable, puisque beaucoup trop rare dans la littérature française.

En bref:

            Pour inaugurer sa nouvelle collection « territoires » Calmann-Lévy et Agathe Portail dans « L’année du gel » nous emmènent à la (re)découverte du vignoble Bordelais. Cette mise en avant du terroir français est bien au rendez-vous et est très plaisante. L’intrigue est un peu en pointillé et en deçà à cause de quelques longueurs initiales associées à un dévoilement du timing du meurtre dans le résumé qui empêche un certain engouement. L’enquête est par contre agréable à suivre avec des contours de personnalités très flous mais elle débouche sur un dénouement assez classique, prévisible et sans surprise. « L’année du gel » est donc un bon policier qui remplit son contrat.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire