Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


jeudi 3 octobre 2019

Les sept soeurs, tome 1: Maïa (Lucinda Riley)






Titre original: The Seven Sisters
Nationalité de l’auteur: Irlandaise
Editions Points (6 Mai 2016)
624 pages
ISBN-10: 2757855174
ISBN-13: 978-2757855171
Genre: Contemporain
Lu le: 2 Septembre 2019
Ma note: 17/20



Résumé/4ème de couverture:

À la mort de leur père, énigmatique milliardaire qui les a adoptées aux quatre coins du monde lorsqu'elles étaient bébés, Maia d'Aplièse et ses soeurs se retrouvent dans la maison de leur enfance, Atlantis, un magnifique château sur les bords du lac de Genève.

Pour héritage, elles reçoivent chacune un mystérieux indice qui leur permettra peut-être de percer le secret de leurs origines. La piste de Maia la conduit au-delà des océans, dans un manoir en ruines sur les collines de Rio de Janeiro, au Brésil. C'est là que son histoire a commencé… Secrets enfouis et destins brisés : ce que Maia découvre va bouleverser sa vie.

Mon avis:

            Parce que je me suis retrouvée en panne de livres durant mes vacances, je suis allée piocher dans la bibliothèque de maman et c’était l’occasion parfaite pour enfin découvrir Lucinda Riley et sa fameuse saga des sept sœurs, aux avis unanimes et aux notes toutes très élevées, quelque soit le tome. Même si je suis pas hyper fan à l’origine de tout ce qui a trait aux secrets de famille (bien trop souvent trop faciles à deviner), je dois avouer que je me suis totalement laissée entraîner et emporter par cette histoire qui tient largement la route et dont tous les mystères ne sont pas révélées dans ce premier tome.

Points de vue/Critiques:

            L’intrigue du roman est assez original, et cela dés le début. En effet, nous faisons rapidement la connaissance d’une famille atypique composée de sept sœurs, chacune d’entre elles adoptée aux quatre coins du monde par un père riche, aimant mais très mystérieux, qui a donné à ses filles le nom des 7 sœurs des Pléiades : Maïa, Ally (Alcyone), Star (Astérope), Cece (Célaéno), Tiggy (Taygète) et Electra. Et la mort de ce père adoptif apportera encore plus de mystères et d’interrogations dans la vie de ses filles, incitant chacune à aller en quête de ses origines. Chaque volume de la saga se consacre donc à une sœur qui va partir sur les traces de son passé. Pour ce premier tome c’est donc Maïa, l’ainée de la fratrie qui partira au Brésil afin d’en savoir plus sur ses origines familiales et sur les modalités de son adoption.

            Comme je le disais, dés le début du roman, on plonge véritablement dans l’intrigue. On ne s’éternise pas sur le fait de faire connaissance avec tous les personnages ou de poser l’intrigue, le but n’est pas là. Les bases de la famille sont rapidement établies mais immédiatement les doutes, les mystères et les interrogations sont présents. J’ai beaucoup aimé le fait que l’on aille directement dans le vif du sujet, faisant en sorte d’être happée par l’histoire et tous ses mystères, dés les premières pages. Voilà très certainement ce qui fait la différence entre des auteurs étrangers et des auteurs français sur le thème des secrets de famille.

            Puisque Maïa découvre que ses origines se trouvent au Brésil, nous faisons le voyage avec elle, mais nous établissons également un voyage dans le temps, puisque nous suivrons l’histoire de sa famille d’origine au fur et à mesure qu’elle-même la découvre. Et pour une fois, le présent est tout aussi intéressant et captivant que le passé, étant donné que les découvertes de Maïa se succèdent au fil des interrogations soulevées et des pièces de puzzle qui s’imbriquent. Beaucoup de détails et d’objets trouvent leur importance dans les origines de Maïa qui se transmettent de génération en générations, faisant en sorte d’avoir une histoire vraiment riche en éléments et qui ne repose pas seulement sur un secret de famille. Cette richesse et cette complexité pourraient même se rapprocher de ce que l’on peut retrouver dans certaines policiers et thrillers. D’autant plus, que le suspense et les mystères ne s’arrêtent pas à la fin du tome. En effet, si Maïa connaît les origines de sa famille biologique, tout ce qui a trait à son père adoptif (son but de l’adoption, les modalités, les faits ainsi que les éléments légués) restent encore dans le champ des mystères, créant ainsi un fil rouge empli de suspense et retenant notre souffle au gré des tomes.

            A noter que l’on retrouve un petit plus apporté à cette histoire, en ce qui concerne l’histoire du Brésil. En effet, qui dit Brésil dit le Christ Rédempteur. Et Lucinda Riley a intégré cet élément majeur dans son récit puisque lorsque nous suivons le récit des ancêtres de Maïa, nous suivons également la construction de ce fameux monument ! C’était donc très intéressant d’intégrer dans les personnages Heitor da Silva Costa, l’ingénieur brésilien qui a conçu la Christ Rédempteur, ainsi que Landowski, le sculpteur.

En bref:

            Je découvre enfin la saga phare de Lucinda Riley qui offre une véritable expérience romanesque et aventurière unique. En effet, la découverte d’une famille atypique pose les bases d’une intrigue emprunte de beaucoup de mystères avec un présent chargé de surprises. Et puisque ce premier tome se concentre sur les origines de l’ainée de la Pléiade, et de la fratrie par la même occasion, Maïa, c’est au Brésil et dans le passé que nous voyageons et que nous découvrons les origines de la jeune femme dans une aventure épique et chargée de découvertes. Une histoire riche en éléments et complexe qui nous tient en haleine tout le long du récit et qui ne s’arrête pas là puisque toutes les questions ne trouvent pas leurs réponses. Maintenant,  c’est foutu, il va falloir lire toute la suite !

2 commentaires: