Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


mercredi 23 octobre 2019

Chiens de sang (Karine Giébel)





Nationalité de l’auteur: Française
Editions Pocket (9 septembre 2010)
Collection Thriller
numéro 14489
253 pages
ISBN-10: 2266207989
ISBN-13: 978-2266207980
Genre: Thriller
Lu le: 7 Octobre 2019
Ma note: 16/20



Résumé/4ème de couverture:

Courir; toujours plus vite. Plus loin. Fuir la mort qui plane au-dessus d'eux; oiseau de proie aux ailes gigantesques dont l'ombre les dévore déjà. Diane a choisi la fuite. D'instinct. Elle sait qu'ils sont derrière. Juste derrière. Avance minime, infime. Comme son espérance de vie, désormais. Pourtant, elle marche. Pourtant, elle veut vivre. Rémy avance. Avec le poids de la peur qui comprime son cœur. Le poids de la fatigue, comme un boulet enchaîné à ses jambes. Il devrait être ailleurs, en ce moment même. En compagnie de sa femme et de sa fille. Mais non, il est là, errant dans ces bois inhospitaliers, avec ces inconnus qui fuient comme lui. Il est devenu une proie. Rien qu'une proie. Il n'existe plus. Déjà mort. Alors, pourquoi a-t-il aussi peur? Le monde est ainsi fait, qui ne changera jamais. Les chasseurs d'un côté, les proies de l'autre.

Mon avis:

            Une petite envie d'un thriller dur et poignant m'a prise, sans avoir envie d'un livre trop long : le dernier arrivé dans ma PAL de Karine Giébel se prêtait à merveille à cette envie, puisque les livres de cette autrice vous en mettent en général plein la figure ! Dans « chiens de sang », que je ne connaissais pas plus de nom, on assiste à de véritables chasses à l'homme et c'est l'instinct de survie de l'homme qui est mis en avant. Avec un style toujours aussi percutant et bref, occultant toutes descriptions inutiles, le récit est glaçant et vous tient en haleine tout le long du livre.

Points de vue/Critiques:

            Dans « chiens de sang », on va suivre deux histoires en parallèle, l'une avec une femme, Diane, l’autre avec un homme, Rémy, comme personnage principal. Et toutes deux vont avoir pour point commun le fait que ces personnages seront traqués. Mais pas par n'importe qui ou quoi, par d'autres Hommes. Et les raisons de ces traques, surtout celle concernant Rémy, font vraiment froid dans le dos. Et dés le début de ces traques, on entre dans un processus de tension extrême, redoutant ce qui peut arriver à nos protagonistes, tant les finalités de leur situations ne sont pas multiples et optimistes. Leurs différents rebondissements nous tiennent parfaitement en haleine et comme le livre est assez court et que l'autrice garde son style d'écriture franche et directe, on va à l'essentiel et tout est percutant. J'ai suspecté et j'ai cherché dés le début de ma lecture, le lien que pourrait avoir Rémy et Diane, mais force est de constater qu'il s'agit de deux histoires différentes, en parallèle l'une de l'autre. Ce n'est que là que pourrait se situer une petite déception de ma part.

A travers les personnages de Diane et de Rémy, Karine Giébel cherche à montrer que l'instinct de survie humain est fort et puissant et qu'il sommeille en chaque personne, prêt à se réveiller et à se mettre en action lorsque le danger qui pèse sur sa vie est pressant, voire oppressant. Et à travers les personnages secondaires, ceux qui traquent, l'autrice met en lumière tous les côtés sombres de l'âme humaine, car pour x raisons, qu'ils soient « justifiables » ou non, on s'intéresse également à leur personnalité. Ces petites descriptions du caractère et du passé de chacun de ces traqueurs sont intéressantes pour essayer de mieux cibler leur personnalité ou pour essayer de les « comprendre », néanmoins, ces passages sont beaucoup trop brefs, les personnages sont nombreux et l'histoire trop directe pour que l'on puisse vraiment s'arrêter un instant dans le récit afin de s'intéresser à eux et de creuser leurs psychologie.

En bref:

            Avec un style toujours aussi concis et percutant afin d'aller à l'essentiel, sans prendre des chemins détournés menant à des descriptions superflues et inutiles, Karine Giébel maîtrise une nouvelle fois parfaitement son style, surtout dans ce court livre dont l'histoire ne laisse place à aucun répit. En effet, ce sont à de véritables chasses à l'homme que nous assistons avec beaucoup d'effroi et de tension, puisque les personnages principaux sont purement traqués comme de vraies bêtes. Instinct de survie et noirceur de l'âme humaine sont donc clairement mis en lumière dans ce récit incisif et effrayant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire