Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


jeudi 24 octobre 2019

Ceux qu'on aime (Victoria Hislop)





Titre original: Those who are loved
Traduction: Alice Delarbre
Nationalité de l’auteur: Anglaise
Editions Les Escales (10 Octobre 2019)
496 pages
ISBN-10: 2365694829
ISBN-13: 978-2365694827
Genre: Historique
Lu le: 11 Octobre 2019
Ma note: 16/20



Résumé/4ème de couverture:

Le destin poignant de Themis, femme courageuse et engagée au cœur d'une Grèce tourmentée.

Athènes, 1941. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la Grèce, après avoir été libérée de l'occupation allemande est ruinée et le pays devient le théâtre d'une guerre civile. Révoltée par les injustices qui touchent ses proches, la jeune Themis décide de s'engager dans l'armée communiste et se révèle prête à tout, même à donner sa vie, pour défendre ses droits et sa liberté. Quand elle est emprisonnée sur l'île de Makronisos, Themis doit prendre une décision qui la hantera à jamais pour protéger ceux qu'elle aime.
Au crépuscule de sa vie, Themis prend conscience qu'il faut parfois rouvrir certaines blessures pour en guérir d'autres, et lève enfin le voile sur son passé tourmenté.

Mon avis:

            J’ai découvert Victoria Hislop avec son plus gros succès littéraire: L’île des oubliés, mais jusqu’à ce dernier opus, je n’ai pas lu ses autres livres, ses derniers prenant un aspect un peu différent de « l’île des oubliés » du fait que l’on situait plutôt dans des histoires plus contemporaines et plus fictives. Mais avec « Ceux qu’on aime », Victoria Hislop renoue avec le roman historique mêlé à une saga familiale, et c’est extrêmement réussi, puisque non seulement on se prend d’affection pour Thémis et sa famille que l’on aime suivre sur plusieurs générations, mais en plus, on plonge avec intérêt dans l’histoire de la Grèce. 

Points de vue/Critiques:

            Le début du roman nous fait découvrir Thémis, une jeune fille discrète et intelligente au milieu de sa fratrie et de sa famille. C’est uniquement à travers ses yeux et sa personnalité que nous découvrons sa famille au complet, ce qui permet d’avoir une proximité avec Thémis et de s’attacher à elle, mais cela permet également d’avoir un oeil à la fois extérieur mais aussi intérieur sur les membres de sa famille. Une sorte de lien est donc établi avec tout le monde par l’intermédiaire de Thémis. Néanmoins, il y aura toujours une sorte de distance établie, du fait d’un seul et unique sujet récurrent de l’histoire: la politique intérieure de la Grèce. 

Si ce sujet peut s’avérer frileux et pas vraiment attrayant, il n’en n’est rien puisque Victoria Hislop a non seulement su rendre ce sujet passionnant et intéressant mais elle l’a habillement mis en scène grâce à Thémis et à l’histoire de sa famille. Car des personnes ont beau être frère et soeur, partager de nombreuses choses et être élevés de la même manière, ce n’est pas pour cela que les opinions politiques sont identiques. Ainsi, Thémis et un de ses frères sont communistes, alors que les deux autres soutiennent le parti royaliste. Et la Seconde Guerre Mondiale va marquer le début du changement de régime de la Grèce, le début des combats et le point de départ de la défense des opinions de Thémis et de sa famille. Au fil des années et à travers le combat et le périple incroyable et courageux de Thémis, nous suivons donc toute l’histoire de la Grèce, jusqu’à la démocratie que nous connaissons aujourd’hui. 

Si le sujet de la politique intérieure de la Grèce est omniprésente, c’est sûrement l’histoire de Thémis qui est prédominante et qui est le véritable sujet principal. Car à travers les tourments qu’a connu la Grèce, l’autrice met avant tout en avant le pouvoir des liens familiaux qu’ils soient de sang ou non, qu’ils soient innés ou acquis ou encore qu’ils soient aimants ou plus distants. Suivre Thémis de l’enfance jusqu’à son accomplissement en tant que grand-mère, faire connaissance avec les nouvelles générations, suivre le vieillissement de ceux connus au début, retrouver le même appartement familial, le tout malgré le nombre d’années passées et les épreuves endurées de la guerre sont un vrai ravissement touchant.

En bref:

            Avec « Ceux qu’on aime », Victoria Hislop renoue avec la saga familiale historique comme l’était « l’île des oubliés ». Dans ce nouvel opus, nous suivons Thémis de son enfance jusqu’à sa fonction de grand-mère. Durant tout ce laps de temps, c’est à travers les affres de la guerre, qu’elles soient mondiale (avec la Seconde Guerre mondiale) ou intérieure (avec les changements de statuts de la Grèce) que nous découvrons une jeune fille courageuse, convaincue et intelligente, mais avant tout un personnage très attachant. C’est donc la famille et les liens familiaux qui sont les porte-paroles de ce nouveau livre qui est à la fois captivant par son côté saga familiale et intéressant par son côté historique mettant en lumière toute l’histoire de la Grèce. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire