Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


dimanche 4 août 2019

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur





Adaptation et illustrations: Fred Fordham
D’après l’oeuvre de Harper Lee
Nationalité des auteurs: Anglaise et Américaine
Editions Grasset (7 Novembre 2018)
288 pages
ISBN-10: 2246815223
ISBN-13: 978-2246815228
Genre: Bande-dessinée
Lu le: 21 Juillet 2019
Ma note: 16/20



L’histoire:

Livre culte dans le monde entier, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur raconte l’histoire d’Atticus Finch, jeune avocat, qui élève seul ses deux enfants Jem et Scout. Lorsqu’il est commis d’office pour la défense d’un homme noir accusé d’avoir violé une femme blanche, la vie de la petite famille bascule. Nous sommes dans les années 1930, dans une petite ville de l’Alabama et certaines vérités peuvent être dangereuses à démontrer…
Grâce au talent de Fred Fordham (notamment découvert en France grâce à Nightfall, paru chez Delcourt), ce roman graphique donne une nouvelle vie au chef d’œuvre d’Harper Lee. L’illustrateur a exploré les lieux qui ont compté pour la mythique auteure américaine en se plongeant dans sa vie afin de s’approcher au plus près de son imaginaire. Fred Fordham offre un éclairage inédit du texte avec ce magnifique ouvrage qui renforce encore la modernité de l’œuvre de Lee. Couronné par le prix Pulitzer en 1961, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur est l’un des plus grands classiques de la littérature du xxème siècle.

Mon avis:


            Après avoir eu l’agréable surprise avec le roman, qui m’avait beaucoup plu et dans lequel je m’étais laissé embarquée, j’étais avide de lire la bande-dessinée, afin de mettre des images sur les personnages et les actions. D’après mes souvenirs du roman de Harper Lee, le récit est fidèlement retranscrit dans cette bande-dessinée. On y retrouve bien évidemment les thèmes forts et marquants de l’histoire des Etats-Unis : la ségrégation, le racisme, les inégalités, les exclusions et la discrimination. Les illustrations sont très belles et ont une petite touche de douceur qui fait du bien et qui apaise face à ce récit emprunt constamment de dureté.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire