Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


dimanche 18 août 2019

Est-ce ainsi que les hommes jugent? (Mathieu Ménégaux)





Nationalité de l’auteur: Française
Editions Points (9 mai 2019)
P5009
226 pages
ISBN-10: 2757875590
ISBN-13: 978-2757875599
Genre: Contemporain
Lu le: 1er Août 2019
Ma note: 17/20




Résumé/4ème de couverture:

Alors que Gustavo est à l'aube d'une journée déterminante pour sa carrière, la police fait irruption à son domicile. Placé en garde à vue pour homicide volontaire, questionné, bousculé, Gustavo s'effondre. Son épouse Sophie s'acharne à tenter de démontrer son innocence.

Mais comment rétablir la justice dans une société où les réseaux sociaux et le tribunal de l'opinion font désormais la loi ?

Mon avis:

            Pour avoir lu les deux précédents livres de l’auteur qui sont de véritables coups de poings tellement ils déménagent et ils envoient du lourd (pouvant même être classés dans le genre noir et qui ne sont pas à la portée de tout public), je m’attendais et me préparais encore une fois à quelque chose qui allait me retourner et me donner une claque. Sachant que l’histoire était portée sur le thème, presque récurrent, de la justice, j’avais une autre vision de l’angle pris par l’auteur et je ne m’attendais pas à ce genre d’histoire. Au final, j’ai vraiment beaucoup aimé ce livre, moins coup de poing que les autres et qui plutôt porté vers la réflexion.

Points de vue/Critiques:

            Les romans de Mathieu Ménégaux ne sont pas à recommander à tout le monde, vu comment ses deux premiers romans sont durs, percutants voire dérangeants. En attendant la sortie poche de ce troisième opus, je savais que ce dernier roman n’était pas forcément dans la même lignée. Dans « est-ce ainsi que les hommes jugent » l’auteur focalise son sujet sur la justice, thème assez récurrent puisqu’on le retrouve en toile de fond dans ses précédents livres. J’étais partie dans l’idée que l’on allait se retrouver au cœur d’une affaire de justice donc dans un tribunal, ce qui n’était pas forcément quelque chose que j’avais envie de découvrir. Mais finalement, l’histoire est bien plus en amont que le tribunal : à travers une enquête policière, on va suivre comment Gustavo, un mari et père de famille sans antécédents va voir sa vie basculer après avoir été perquisitionné, arrêté et mis en examen pour une affaire de tentative d’enlèvement et d’homicide.

            Dans cette histoire, Mathieu Ménégaux nous questionne sans cesse et nous pousse à pousser loin notre réflexion. En effet, d’un côté nous suivons l’enquête policière avec ses preuves et ses témoignages portant à croire que Gustavo est coupable et de l’autre, nous découvrons un homme dont tout porte à croire qu’il est innocent. Alors qui croire ? Qui a raison ? Comment la police enquête et fonctionne ? Jusqu’où cela va aller ? Et quand les médias prennent le relais d’une telle affaire, le rouleau compresseur est activé : quel est le rôle des médias dans ce tribunal public ? Car lorsqu’on est un citoyen lambda, extérieur à une telle affaire, ne se repose-ton et ne juge-t-on pas uniquement sur ce que les médias disent et diffusent ? N’émettent-ils pas un jugement, une étiquette « coupable » ou « innocent » immédiatement sans connaissance du dossier ? Sont-ils dénués d’impartialité ? Ne sommes-nous pas manipulés ? Sans compter que les médias comprennent également les réseaux sociaux qui peuvent être considéré comme un véritable fléau lorsqu’il est question de justice… ou d’injustice. Les interrogations sur le danger de ces réseaux sont multiples et sont poussés à leur paroxysme par l’auteur. Cela est effrayant et l’on se dit que non seulement nous ne sommes pas loin de la réalité (la limite a sûrement déjà été franchie) et que l’on est pas à l’abri…

En bref:

            Pas aussi fort et dérangeant que ses deux précédents livres, le troisième opus de Mathieu Ménégaux reste tout de même percutant et se concentre sur la justice. L’histoire nous fait émettre sans cesse des questionnements sur la justice française, sur la crédibilité dans une enquête policière, sur l’implication des médias et sur les dangers des réseaux sociaux. Une fois immergé dans cette affaire, les évènements vont s’amplifier et se complexifier dans un crescendo émotionnel faisant en sorte que l’on ne peut pas lâcher le livre avant de connaître le fin mot de l’histoire et savoir de quel côté la balance entre justice et injustice va flancher.

Autour du livre:
  • Du même auteur:
    • Je me suis tue (<— chronique à retrouver ici)
    • Un fils parfait (<— chronique à retrouver ici)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire