Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


lundi 5 août 2019

Emma dans la nuit (Wendy Walker)



Titre original: Emma in the Night
Traduction:  Karine Lalechère
Nationalité de l’auteur: Américaine
Editions Pocket (2 Mai 2019)
Collection Thriller
numéro 17342
368 pages
ISBN-10: 2266287583
ISBN-13: 978-2266287586
Genre: Thriller
Lu le: 23 Juillet 2019
Ma note: 16/20



Résumé/4ème de couverture:

Une nuit, Emma et Cassandra Tanner, deux sœurs de 15 et 17 ans disparaissent. Tout est envisagé : fugue, enlèvement, meurtre. Trois ans plus tard, Cass revient, seule. Et raconte. La fuite d'Emma cette nuit-là, Cass qui l'a suivie, un couple d'inconnus, une route, un bateau, une île transformée en prison, puis son évasion. Lorsque Abby Winter, psychiatre du FBI, recueille le témoignage de Cass, elle est envahie par le doute. Son récit comporte de troublantes zones d'ombre... 
Dit-elle toute la vérité ? 

Mon avis:

            Premier roman étranger lu dans cette catégorie pour le prix Nouvelle Voix du Polar chez Pocket et l’histoire de Wendy Walker est un bon thriller psychologique. On se laisse très rapidement entraîner dans cette histoire abracadabrante et on est malmené et manipulé du début à la fin. Cela fait en sorte que l’on ne sait plus à qui ou à quoi se fier, difficile alors d’établir des hypothèses. Pour autant, sans avoir deviné quoi que se soit, le final ne l’a pas plus surprise que cela et semble finalement logique, ce qui pourrait décevoir les adeptes du genre, qui penseront à du déjà-vu et qui trouveront la clé assez facilement.

Points de vue/Critiques:

            Lorsque les deux sœurs Emma et Cassandra disparaissent et que seule la dernière revient mystérieusement trois ans plus tard, beaucoup de questions surgissent. Et alors que Emma est dans le titre du livre, paradoxalement c’est l’autre sœur qui revient et que l’on va logiquement suivre et prendre pour personnage principal. Cassandra va donc être longuement interrogée sur ce qu’il s’est réellement passé au moment de la disparition, pourquoi, où elles étaient durant tout ce temps et comment et pourquoi Cassandra a réussi à s’échapper et revenir auprès de sa famille mais pas Emma, laquelle doit être activement et immédiatement recherchée. Son témoignage sera analysé, plusieurs fois répétée et la jeune fille subira de nombreux examens afin de s’assurer de sa santé physique mais aussi psychologique. Car entre sa mère et les quelques petites incohérences, des petits doutes sur sa sincérité s’insérer au fil de l’histoire. Néanmoins, tout ce que Cassandra dit, avec les détails (corroborés par les inspecteurs et par l’enquête menée après leur disparition il y a trois ans), la logique psychologique et la logique des faits font en sorte que tout ce que les jeunes filles ont vécus est plus que crédible et tient la route ; donc pourquoi mettre en doute la parole de Cassandra ? Mais en commençant ce livre, il est évident qu’il y a forcément un hic quelque part dans l’histoire de Cassandra. Mais où ? A propos de qui ?

            La composante essentielle de cette histoire aux emprises psychologiques est la famille de Cassandra et d’Emma et en particulier leur mère. Cette dernière est une narcissique pathologique. Je crois que c’est la première que j’aborde ce thème en littérature et je dois avouer que c’est non seulement très intéressant d’en apprendre beaucoup sur cette pathologique mais en plus, elle est tout bonnement impressionnante et ahurissante de voir à quel point cela peut aller. La dimension psychologique est alors extrêmement forte. Ajoutez à cela, une famille recomposée où chaque membre exerce un pouvoir ou une manipulation psychologique personnelle et vous obtenez une famille totalement malsaine et dérangeante, donnant un environnement plus que propice pour engranger toute cette histoire.

            On est donc rapidement pris entre les filets psychologiques du récit. Sans vraiment trop s’interroger dans les détails, tout en sachant que quelque chose de « moins simple » que ce que raconte Cassandra est arrivé, on se laisse entrainer dans les méandres de l’histoire. Et rapidement, la vérité prend forme. Si ce dénouement m’a pleinement satisfaite, elle ne m’a pas vraiment surprise, puisque je pense que l’on reste dans un schéma assez classique et logique. Pour les adeptes du thriller psychologique, je pense donc qu’ils pourraient être plutôt déçus. En revanche, plus je m’approchais de la fin, plus je voyais l’histoire se dérouler sous mes yeux en me disant qu’elle serait parfaitement adaptable en film !

            Le duo d’enquêteur avec notamment la psychiatre Abigail Winter, apporte la stabilité, un regard extérieur à la situation, et un pied sur terre face à toute cette histoire qui nous fait danser entre mensonges et réalité. En revanche, le côté personnel d’Abigail, pour lequel on devine qu’elle a elle-même vécu avec une mère narcissique (dommage que cela ne soit pas clairement mentionné à la fin puisque l’on est sûr de rien), n’apporte véritablement pas grand chose à l’histoire. C’est peut-être l’élément trop « gros » ou alors pas assez mis en avant et exploité.

En bref:


            « Emma dans la nuit » est bon thriller psychologique bien construit. Le témoignage de Cassandra nous entraîne rapidement dans un certain tourbillon crédible et prenant même si parfois on s’interroge et on doute, sans savoir sur quoi ou sur qui. Pour cela, la dimension psychologique est importante en partant d’un personnage narcissique pathologique et dérivant sur une famille recomposée dont la description est malsaine, dérangeante et qui fait froid dans le dos. Wendy Walker nous fait pénétrer dans les méandres de l’esprit humain dans tout ce qu’il peut avoir de névrotique et c’est réussi, même si la fin n’est, au final, pas si surprenante (surtout pour les adeptes du genre) mais très satisfaisante !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire