Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


jeudi 18 juillet 2019

Un parfum de rose et d'oubli (Martha Hall Kelly)





Titre original: Lost roses
Traduction: Géraldine d’Amico et Laurence Videloup
Nationalité de l’auteur: Américaine
Editions Charleston (18 Juin 2019)
544 pages
ISBN-10: 2368124705
ISBN-13: 978-2368124703
Genre: Historique
Lu le: 6 Juillet 2019
Ma note: 16/20



Résumé/4ème de couverture:

            En 1914, l’Europe a été sur le chemin de la guerre tellement de fois, que personne n’y croit plus vraiment. Et pourtant, en juillet, c’est tout cet équilibre précaire qui vacille…ainsi que le destin de trois femmes hors du commun. Sofya, l’aristocrate russe, y perdra sa fortune, son pays et peut-être aussi ce qu’elle a de plus précieux… son enfant. Eliza, la mondaine américaine, tremblera pour ses amis russes et cette guerre qui se rapproche chaque jour un peu plus. Varinka, enfin, la jeune paysanne russe, presque une enfant, fera des choix qu’elle ne pourra jamais effacer, quitte à basculer au cœur d’un combat qu’elle ne peut pas gagner.

Mon avis:

            À la hauteur du bonheur et de la délectation qu’avait été la lecture de « Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux », rencontrer de façon privilégiée Martha Hall Kelly à l’occasion de sa venue en France était tout aussi délicieux ! L’entendre raconter avec passion et ferveur son lien mystérieux et son engouement pour Caroline Ferriday (une des héroïnes de son premier roman qui a réellement existé) était envoutant. C’est plus particulièrement dans la maison de Caroline qu’est arrivé le point de départ de la vie d’autrice de Martha Hall Kelly. Après de nombreuses recherches, le premier roman est né. Mais la passion ne s’est pas arrêtée là, puisque Martha Hall Kelly est allée plus loin dans son écriture, en remontant le temps. Ainsi, dans son deuxième opus « Un jardin de rose et d’oubli » que l’on peut presque caractériser comme une suite (les deux romans peuvent se lire indépendamment), à ceci prés que l’on se situe dorénavant durant la Première Guerre Mondiale et que le personnage de Caroline est cette fois-ci adolescente et que c’est plutôt sa mère qui est un des personnages principaux.

            Ce deuxième opus n’est pas au niveau de « Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux » ce qui est « logique » je dirais, vu la beauté et la puissance du premier roman. Néanmoins, malgré un début assez lent, on retrouve les mêmes codes efficaces précédemment utilisés par l’autrice et le fait de se focaliser sur la Russie au moment de la Grande Guerre est très intéressant, enrichissant et original.

Points de vue/Critiques:

            Pour « Un parfum de rose et d’oubli », Martha Hall Kelly a repris son schéma narratif utilisé lors de son premier roman, c’est à dire prendre trois femmes comme personnages principaux et raconter de façon alterné leur vie, leurs actions et leurs destins respectifs, dans un moment dur et fort comme celui de la guerre. Cette fois-ci-, au niveau du contexte historique, on remonte le temps puisque l’on se retrouve durant la Première Guerre Mondiale et nous suivrons les trois héroïnes au fil des années à partir de 1914. Nous faisons ainsi la connaissance de Varinka, une jeune paysanne Russe partagée entre sa condition miséreuse et ses rêves grandiloquents qui l’amèneront à commettre des actes et prendre des décisions majeures ; Sofya, une aristocrate Russe à qui tout réussi et qui vit un bonheur familial parfait rempli de plein de richesse mais qui se retrouvera confronter elle-aussi à la dureté de la Guerre ;  et enfin Eliza Ferriday (la mère de Caroline, personnage phare du premier roman de Martha Hall Kelly) la mondaine Américaine qui dévouera sa vie à aider les Russes à fuir la guerre.

            Lorsque nous faisons connaissance de ses trois héroïnes au début du roman, nous suivons leur quotidien au début de la guerre, en 1914. Et ce début de roman (qui dure assez longtemps)  traine vraiment en longtemps et peine réellement à démarrer. Nous avons l’impression qu’il ne se passe pas grand chose car qu’il y a bien, ici ou là, quelques éléments perturbateurs qui viennent chambouler le quotidien et la tranquillité des héroïnes mais la tension retombe très vite après cela. Il faut attendra un certain moment pour qu’il y ait des rebondissements vraiment intéressants qui tiennent en haleine.

            Du côté des personnages, si la famille Ferriday a encore une fois retenu toute mon attention, il est vrai que non seulement Eliza est le personnage qui revient le moins souvent, mais en plus, le personnage de Varinka est presque détestable tant ses actions sont incompréhensibles et égoïstes et le personnage de Sofya est touchant mais assez fade en substance puisqu’elle se révèle un peu tardivement. Le fait donc de ne pas retrouver des héroïnes aussi fortes et attachantes que dans « le lilas.. » et vivant des choses pour lesquelles nous retenons notre respiration, fait en sorte qu’il manque indéniablement un petit quelque chose à cette histoire pour que cette lecture soit tout aussi plaisante voire inoubliable.

            En revanche, encore une fois, l’aspect historique de ce roman est incontestablement bien documenté et intéressant à souhait. Si la Première (comme la Seconde) Guerre Mondiale est une sujet de livre récurrent, cette fois-ci, nous la suivons uniquement du point de vue de pays presque « externe » au conflit majeur. L’Amérique est présente grâce à Eliza mais c’est surtout la Russie et sa révolution de 1917, entraînant son implication dans la Grande Guerre qui est au cœur du récit.

En bref:

            Le second roman de Martha Hall Kelly « Un parfum de rose et d’oubli » est une bonne lecture qui ne peut que plaire lorsqu’il est question de romans historiques, associé à des personnages forts et percutants. Mais je n’ai pas été totalement séduite par ce nouveau titre que l’on compare indéniablement au merveilleux « le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux ». Car après un début d’histoire assez lent qui peine à se mettre en place, où l’on découvre trois héroïnes pas énormément fortes, ni charismatiques et pas particulièrement attachantes, le récit devient enfin dynamique. Néanmoins, le tout manque de drames et d’émotions. En revanche, le contexte historique de la révolution Russe et de l’implication de ce pays dans la Première Guerre Mondiale est un sujet très intéressant et novateur en la matière.

Autour du livre:

  • Tome 1 : Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux (ß chronique à retrouver ici)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire