Mes derniers avis ROMANS: 

Mes derniers avis BD & Mangas

  Mes derniers avis BD et MANGAS:  


mardi 9 juillet 2019

La vie rêvée des chaussettes orphelines (Marie Vareille)





Nationalité de l’auteur: Française
Editions Charleston (12 Juin 2019)
410 pages
ISBN-10: 2368124721
ISBN-13: 978-2368124727
Genre: Chick-Lit
Lu le: 22 Juin 2019
Ma note: 16/20





Résumé/4ème de couverture:

Sur le papier, Alice va très bien : célibataire parfaitement assumée, elle a une carrière en or dans la finance à New-York, un loft avec vue sur Central Park et un secret si profondément enfoui qu’elle peut presque prétendre l’avoir oublié. Certes, elle ne dort plus sans somnifères, elle collectionne les crises d’angoisse, les TOC et les névroses, mais on ne va pas en faire tout un plat. Tout le monde a ses petits secrets, non ? Mais le problème avec les petits secrets, c’est qu’ils peuvent générer de grosses complications... et si Alice est devenue experte à fuir le passé, elle est beaucoup moins douée quand il s’agit d’affronter la réalité.

Mon avis:

            À force de suivre Marie sur sa chaîne Youtube (« Marie lit en pyjama »), j’avais vraiment envie de découvrir son univers d’autrice. Et au fil des rencontres lors des évènements littéraires, Marie m’a invitée à sa soirée de lancement pour « La vie rêvée des chaussettes orphelines » (Merci !!!!), une belle entrée en matière pour découvrir sa plume et son univers. Et avec ce roman, non seulement j’ai passé un très bon moment de lecture mais en plus, il a su vraiment me surprendre par sa profondeur et par l’histoire en elle-même, pleine de découvertes et de surprises.

Points de vue/Critiques:

            Avec cette couvertures aux couleurs flashy et estivales (dont bon nombre d’essais ont été réalisés… !!!) et ce titre assez drôle évoquant le phénomène international et mystérieux des chaussettes orphelines, on démarre cette lecture en se disant que l’on va entrer dans une histoire assez légère, feel-good et chick-lit comme le genre auquel il est associé. Effectivement, nous faisons la connaissance de Alice, une trentenaire célibataire, à fond dans sa carrière et qui profite de la vie, bref, un personnage comme on peut avoir l’habitude de voir dans les romans de chick-lit. Néanmoins, entre l’histoire romancée à proprement parlé, dans le présent, et les pages du journal intime d’Alice qui entrecoupe le récit, on se rend vite compte qu’Alice n’est pas un personnage tout à fait lambda, et qu’elle cache finalement de nombreuses failles et blessures dont la plupart sont encore bien dissimulées.

            L’intrigue prend son temps, dans le bon sens du terme. C’est à dire que l’on prend du temps pour prendre conscience du contexte, s’imprégner des personnage qui ne passent pas en coup de vent et pour lesquels on cherche à mieux comprendre leur personnalité et leur profondeur et enfin, cela permet indéniablement de se poser des questions concernant tout le mystère entourant le personnage d’Alice et donc ne faire monter le petit suspense jusqu’à savoir le pourquoi de comment. Et après avoir baigné et s’être habitué  à cette atmosphère particulière, Marie Vareille nous cueille merveilleusement bien et avec énormément de surprise par la révélation finale concernant Alice. Je ne m’y attendais pas du tout, c’est assez bluffant, d’autant plus que l’on se rend compte après coup, que les petits indices étaient là depuis le début, disséminés çà et là, et que l’on est tout simplement tombé dans le piège. Mais la plume envoutante et juste de l’autrice fait en sorte de nous envelopper dans un cocon pour nous révéler soudainement sa véritable histoire au grand jour. Dans cette histoire, on voyage donc vraiment entre tragique et comique et entre rire et émotion !

En bref:


            Ce fut un grand plaisir d’enfin découvrir la plume et l’univers de Marie Vareille grâce à son dernier opus « La vie rêvée des chaussettes orphelines » car c’était une très belle lecture, divertissante, touchante et surprenante. En effet, entre rire et émotion et entre comédie et tragédie, beaucoup de choses se passent et se succèdent grâce au personnage d’Alice. Il est alors difficile de clairement catégoriser cette histoire, mais l’essentiel est de savoir que l’on découvre, grâce à ce livre, une histoire aux abords légers et innocents mais qui nous cueille littéralement de surprise. Grâce à la plume juste et envoutante de Marie Vareille, on découvre qu’une histoire « chick-lit » peut aussi avoir beaucoup de profondeur et que l’ascenseur émotionnel est possible !

2 commentaires: